En avril, s'opposant à une proposition de loi visant l'interdiction du hijab en France, Rawdah Mohamed avait publié sur son compte Instagram une image qui en quelques jours est devenue virale. Elle vient d'être nommée rédactrice en chef de l'édition scandinave du prestigieux magazine Vogue, qui devrait voir le jour d'ici peu.

Le 4 avril dernier, le mannequin somalien - norvégien publiait sur son compte Instagram une photo aussi simple qu'efficace, où sur la paume de sa main apparaissait le hashtag #handsoffmyhijab. Un signe de protestation à l'encontre d'un projet de loi défendu en France, visant à interdire le port de ce voile.

Instagram
© Instagram

Cette image était accompagnée de son témoignage et d'un appel à se manifester : "Je refuse de laisser passer cela sans m'exprimer (...) Partagez vos histoires ! Je crois fermement que le seul antidote aux crimes de haine est l'activisme. De nombreux gouvernements ont déjà été du mauvais côté de la libération et de l'égalité. Il est de notre devoir, en tant que peuple, de nous lever et de nous battre pour les droits de chacun. L'interdiction du hijab est une rhétorique haineuse venant du plus haut niveau du gouvernement et restera dans les annales comme un énorme échec des valeurs religieuses et de l'égalité."

Sa nomination au poste de rédactrice en chef de l'édition scandinave du prestigieux magazine Vogue, qui sera bientôt lancée, fait d'elle la première rédactrice en chef de couleur d'un magazine de mode occidental portant un hijab.

"Vogue Scandinavia est passé à l'étape suivante en matière de diversité, c'est-à-dire qu'il a créé un environnement de travail où les personnes d'origines différentes sont valorisées. Nous pouvons participer aux conversations, prendre part aux processus de décision et sommes capables d'avoir une voix influente dans la mode" a-t-elle déclaré.

Son message en faveur du port du hijab est devenu viral non seulement sur Instagram, son point de départ, mais aussi sur Twitter et TikTok.

Figure du streetstyle, la jeune femme est convaincue que sa récente nomination aura un effet d'entraînement sur sa communauté. "Cela a un impact énorme pour les musulmans, et je vois cela comme [une] réalisation collective pour mieux comprendre le monde de la mode", a-t-elle déclaré.

La diversification de l'industrie de la mode est l'un sujet brûlant qui touche ce secteur depuis quelques années, et encore plus depuis le meurtre de George Floyd le 25 mai 2020.

La nouvelle rédactrice en chef a annoncé que le magazine avait engagé d'autres personnes issues de minorités ethniques à des postes rédactionnels de haut niveau. "Ça enlève la pression sociétale et le travail émotionnel d'être la seule minorité ethnique dans l'équipe", a-t-elle déclaré.

Certains voit dans sa nomination un moyen d'éteindre les controverses raciales qui ont récemment secoué Condé Nast, comme l'embauche puis la démission d'Alexi McCammond chez Teen Vogue au début de l'année. Rawdah Mohamed n'y voit aucun lien.

Alexi McCammond, rédactrice en chef de Teen VOgue, congédié en 2020, Getty Images
Alexi McCammond, rédactrice en chef de Teen VOgue, congédié en 2020 © Getty Images

"Je ne me perçois pas comme une correction à quoi que ce soit", a déclaré Mohamed. "Si je peux aider l'ensemble de l'industrie à progresser dans le processus, alors c'est un merveilleux addendum que j'ai toujours défendu."

Vogue Scandinavia lancera son premier numéro en août. Il publiera des éditions imprimées six fois par an, mais sera largement axé sur le numérique.

En avril, s'opposant à une proposition de loi visant l'interdiction du hijab en France, Rawdah Mohamed avait publié sur son compte Instagram une image qui en quelques jours est devenue virale. Elle vient d'être nommée rédactrice en chef de l'édition scandinave du prestigieux magazine Vogue, qui devrait voir le jour d'ici peu. Le 4 avril dernier, le mannequin somalien - norvégien publiait sur son compte Instagram une photo aussi simple qu'efficace, où sur la paume de sa main apparaissait le hashtag #handsoffmyhijab. Un signe de protestation à l'encontre d'un projet de loi défendu en France, visant à interdire le port de ce voile. Cette image était accompagnée de son témoignage et d'un appel à se manifester : "Je refuse de laisser passer cela sans m'exprimer (...) Partagez vos histoires ! Je crois fermement que le seul antidote aux crimes de haine est l'activisme. De nombreux gouvernements ont déjà été du mauvais côté de la libération et de l'égalité. Il est de notre devoir, en tant que peuple, de nous lever et de nous battre pour les droits de chacun. L'interdiction du hijab est une rhétorique haineuse venant du plus haut niveau du gouvernement et restera dans les annales comme un énorme échec des valeurs religieuses et de l'égalité."Sa nomination au poste de rédactrice en chef de l'édition scandinave du prestigieux magazine Vogue, qui sera bientôt lancée, fait d'elle la première rédactrice en chef de couleur d'un magazine de mode occidental portant un hijab."Vogue Scandinavia est passé à l'étape suivante en matière de diversité, c'est-à-dire qu'il a créé un environnement de travail où les personnes d'origines différentes sont valorisées. Nous pouvons participer aux conversations, prendre part aux processus de décision et sommes capables d'avoir une voix influente dans la mode" a-t-elle déclaré. Son message en faveur du port du hijab est devenu viral non seulement sur Instagram, son point de départ, mais aussi sur Twitter et TikTok. Figure du streetstyle, la jeune femme est convaincue que sa récente nomination aura un effet d'entraînement sur sa communauté. "Cela a un impact énorme pour les musulmans, et je vois cela comme [une] réalisation collective pour mieux comprendre le monde de la mode", a-t-elle déclaré. La diversification de l'industrie de la mode est l'un sujet brûlant qui touche ce secteur depuis quelques années, et encore plus depuis le meurtre de George Floyd le 25 mai 2020.La nouvelle rédactrice en chef a annoncé que le magazine avait engagé d'autres personnes issues de minorités ethniques à des postes rédactionnels de haut niveau. "Ça enlève la pression sociétale et le travail émotionnel d'être la seule minorité ethnique dans l'équipe", a-t-elle déclaré.Certains voit dans sa nomination un moyen d'éteindre les controverses raciales qui ont récemment secoué Condé Nast, comme l'embauche puis la démission d'Alexi McCammond chez Teen Vogue au début de l'année. Rawdah Mohamed n'y voit aucun lien. "Je ne me perçois pas comme une correction à quoi que ce soit", a déclaré Mohamed. "Si je peux aider l'ensemble de l'industrie à progresser dans le processus, alors c'est un merveilleux addendum que j'ai toujours défendu."Vogue Scandinavia lancera son premier numéro en août. Il publiera des éditions imprimées six fois par an, mais sera largement axé sur le numérique.