Si la Fashion week de Londres est officiellement devenue "non genrée", Paris maintient ses quatre semaines de prêt-à-porter par an, deux féminines et deux masculines, mais les frontières deviennent de plus en plus poreuses.

Brouiller les genres n'est pas nouveau, Margiela en est champion, mais ce qui était marginal il y a une dizaine d'années est devenue monnaie courante.

"C'est un mouvement de fond, il est très fort. Vous avez une nouvelle génération qui se pose les questions du masculin/féminin, des représentations du féminin, qui, pour certains, peuvent se classer dans une démarche d'ouverture, de fluidité", souligne Serge Carreira, maître de conférences à Sciences-Po, spécialisé dans la mode et le luxe.

Les réseaux sociaux ont contribué au message d'"identité multiple" permettant de passer d'un vestiaire à un autre et à une approche du corps "beaucoup plus ouverte et respectueuse en dehors des stéréotypes" qui se reflètent sur les podiums, poursuit-il.

Des stylistes recommandent aussi aux femmes de ne pas négliger le rayon homme pour une chemise bien coupée...

- Jupe "libératrice" -

"Nous avons des jupes-trapèzes. C'est libérateur en 2021", a déclaré l'Américain Virgil Abloh, directeur artistique des collections homme de Louis Vuitton, cité par le média spécialisé WWD.

Dans son film présentant la collection homme à Paris, ce sont des hommes qui portent des jupes et des robes inspirées tantôt de kilts, tantôt des tenues de kendo.

"Ma génération ne croit pas aux frontières rigides entre les genres", assure le styliste touche-à-tout de 40 ans.

La marque chinoise Sankuanz revendique son esthétique "asexuelle", que ce soit dans des costumes surdimensionnés ou des T-shirts aux imprimés graffiti inspirés de la culture underground.

Chez Gamut, collectif de mode basé à Paris, des pièces streetwear sont portées par hommes et femmes, dont une défile les seins nus et les aisselles au naturel.

Lanvin, la plus ancienne maison de couture française, présente une garde-robe qui "gomme les saisons (...) pour lui et pour elle".

Pierre Mahéo, fondateur de sa marque française Officine Générale, a fait défiler vendredi à Paris, côte à côte, hommes et femmes en tailleurs avec des pantalons ou shorts et trenchs presque identiques, bleu marine, gris.

"J'ai commencé avec l'homme et j'ai intégré de la femme après. Je n'ai pas vocation à m'inscrire dans deux calendriers et je préfère gérer la présentation de la femme dans le calendrier homme", explique-t-il à l'AFP.

- Liberté de choix -

Les jeunes créateurs espagnols qui défilent à Paris ont un discours plus radical.

"Nous n'avons jamais accordé d'importance au genre, mais accordons trop d'importance à l'équilibre entre les hommes et les femmes du point de vue de la beauté", déclarait à l'AFP le cofondateur de la marque Oteyza Paul García en janvier.

Le plus radical dans ce domaine est sans doute Palomo Spain, qui a habillé des stars comme Madonna et Beyoncé.

Bien que ces tenues soient taxées de "transgenres" ou "gay", son créateur Alejandro Palomo, temporairement absent à Paris où il défile depuis 2018 aux Fashion weeks homme, estime que ses "vêtements sont pour qui veut les porter".

Le Brésilien Francisco Terra, inscrit aux Fashion weeks femmes depuis la création de sa marque Neith Nyer en 2017, a décidé de sortir du calendrier et d'organiser des défilés de son côté... pendant la Fashion week homme.

"Je me suis libéré des questions de genre, j'ai toujours mélangé les deux dans mes défilés". Et les dates des semaines du prêt-à-porter féminin, en mars et septembre, ne sont pas avantageuses pour une marque comme la sienne, avec des acheteurs qui travaillent pour des "concept stores" et sont à ces périodes à bout de leur budget.

"Je préfère livrer tôt, commencer plus tôt et présenter la femme pas en septembre, mais en juin", soutient Pierre Mahéo.

Si la Fashion week de Londres est officiellement devenue "non genrée", Paris maintient ses quatre semaines de prêt-à-porter par an, deux féminines et deux masculines, mais les frontières deviennent de plus en plus poreuses. Brouiller les genres n'est pas nouveau, Margiela en est champion, mais ce qui était marginal il y a une dizaine d'années est devenue monnaie courante. "C'est un mouvement de fond, il est très fort. Vous avez une nouvelle génération qui se pose les questions du masculin/féminin, des représentations du féminin, qui, pour certains, peuvent se classer dans une démarche d'ouverture, de fluidité", souligne Serge Carreira, maître de conférences à Sciences-Po, spécialisé dans la mode et le luxe. Les réseaux sociaux ont contribué au message d'"identité multiple" permettant de passer d'un vestiaire à un autre et à une approche du corps "beaucoup plus ouverte et respectueuse en dehors des stéréotypes" qui se reflètent sur les podiums, poursuit-il. Des stylistes recommandent aussi aux femmes de ne pas négliger le rayon homme pour une chemise bien coupée..."Nous avons des jupes-trapèzes. C'est libérateur en 2021", a déclaré l'Américain Virgil Abloh, directeur artistique des collections homme de Louis Vuitton, cité par le média spécialisé WWD.Dans son film présentant la collection homme à Paris, ce sont des hommes qui portent des jupes et des robes inspirées tantôt de kilts, tantôt des tenues de kendo. "Ma génération ne croit pas aux frontières rigides entre les genres", assure le styliste touche-à-tout de 40 ans.La marque chinoise Sankuanz revendique son esthétique "asexuelle", que ce soit dans des costumes surdimensionnés ou des T-shirts aux imprimés graffiti inspirés de la culture underground. Chez Gamut, collectif de mode basé à Paris, des pièces streetwear sont portées par hommes et femmes, dont une défile les seins nus et les aisselles au naturel.Lanvin, la plus ancienne maison de couture française, présente une garde-robe qui "gomme les saisons (...) pour lui et pour elle".Pierre Mahéo, fondateur de sa marque française Officine Générale, a fait défiler vendredi à Paris, côte à côte, hommes et femmes en tailleurs avec des pantalons ou shorts et trenchs presque identiques, bleu marine, gris."J'ai commencé avec l'homme et j'ai intégré de la femme après. Je n'ai pas vocation à m'inscrire dans deux calendriers et je préfère gérer la présentation de la femme dans le calendrier homme", explique-t-il à l'AFP.Les jeunes créateurs espagnols qui défilent à Paris ont un discours plus radical. "Nous n'avons jamais accordé d'importance au genre, mais accordons trop d'importance à l'équilibre entre les hommes et les femmes du point de vue de la beauté", déclarait à l'AFP le cofondateur de la marque Oteyza Paul García en janvier.Le plus radical dans ce domaine est sans doute Palomo Spain, qui a habillé des stars comme Madonna et Beyoncé. Bien que ces tenues soient taxées de "transgenres" ou "gay", son créateur Alejandro Palomo, temporairement absent à Paris où il défile depuis 2018 aux Fashion weeks homme, estime que ses "vêtements sont pour qui veut les porter". Le Brésilien Francisco Terra, inscrit aux Fashion weeks femmes depuis la création de sa marque Neith Nyer en 2017, a décidé de sortir du calendrier et d'organiser des défilés de son côté... pendant la Fashion week homme."Je me suis libéré des questions de genre, j'ai toujours mélangé les deux dans mes défilés". Et les dates des semaines du prêt-à-porter féminin, en mars et septembre, ne sont pas avantageuses pour une marque comme la sienne, avec des acheteurs qui travaillent pour des "concept stores" et sont à ces périodes à bout de leur budget."Je préfère livrer tôt, commencer plus tôt et présenter la femme pas en septembre, mais en juin", soutient Pierre Mahéo.