Jupes azurées avec détails dorés, tissus brodés et bijoux somptueux. La mode traditionnelle afghane, très riche, est très variée. Avec la réapparition des talibans, les femmes afghanes pourraient devoir échanger définitivement leurs vêtements contre la burka bleue.
...

Jupes azurées avec détails dorés, tissus brodés et bijoux somptueux. La mode traditionnelle afghane, très riche, est très variée. Avec la réapparition des talibans, les femmes afghanes pourraient devoir échanger définitivement leurs vêtements contre la burka bleue.La burka afghane est apparue dans les rues dans les années 1990, lorsque le pays est tombé aux mains des talibans. "Elle n'est disponible que dans des nuances de bleu et est fabriqué dans un tissu lourd. L'habit est conçu pour couvrir le porteur de la tête aux pieds", explique Nawed Elias, créateur de mode et propriétaire du label ZAZAI Design. Cet Afghan de 27 ans a fui aux Pays-Bas à l'âge de quatorze ans, où il est entré en contact avec la culture et la mode occidentales. Dans ses collections, il réunit des éléments de l'Occident et de la culture afghane. Ses oeuvres très remarquées ont été exposées à Paris, Amsterdam et Dubaï. Le créateur n'aime pas le fait que l'Afghanistan soit parfois associé à la burka. "Ce n'est rien de plus qu'un stéréotype, un élément du passé qui, espérons-le, ne reviendra jamais sur le devant de la scène", dit-il.Beaucoup de jeunes femmes afghanes ne sont pas de son avis. La résurgence des talibans leur fait craindre que le passé ne se répète et que la burka ne devienne à nouveau la nouvelle norme. Il en va de même pour la blogueuse Lema Afzal, âgée de 25 ans, qui a fui en Belgique lorsqu'elle avait quatre ans. Elle qualifie la burka bleue de symbole d'oppression. "Ma mère a dû la porter dans le passé. Elle pouvait à peine respirer à travers les petits trous et elle trébuchait parfois dessus. Elle a été soudainement imposée aux femmes afghanes, mais la plupart d'entre elles ne connaissaient pas la burka. Ce n'était pas une caractéristique de la culture afghane. Les femmes qui en avaient, se les prêtaient entre elles. C'est un peu comme maintenant avec les masques de bouche. Il y a d'abord eu une pénurie, puis, tout à coup, il y en a eu partout", explique Lema. Entre-temps, les vêtements afghans contemporains et traditionnels ont progressivement disparu de l'arrière-plan.Ces vêtements traditionnels font partie de l'identité de Lema.Sa page Instagram est sa vitrine. Elle regorge de photos de looks traditionnels. "Ce sont des bijoux, des tissus et des vêtements afghans que mon père avait l'habitude d'acheter pour moi", dit-elle. Tous ces tissus brodés et ces beaux détails. Saviez-vous qu'il y a beaucoup de travail manuel ? C'est un art en soi. Je veux montrer aux gens que nous sommes bien plus que des burkas. Je veux que la riche culture afghane continue à vivre de cette manière."La créatrice Nawed Elias convient également que les vêtements traditionnels afghans sont extrêmement variés. "Il y a tellement de motifs, de couleurs et de formes différents qui sont propres à la mode traditionnelle. Vous devez faire l'expérience d'un mariage afghan. Toutes ces robes de fête sont d'une beauté enivrante", dit-il. Dans les rues, on voit un mélange de mode contemporaine et traditionnelle, des jeans aux tunbaans (vêtements amples et traditionnels, nvdr.). Mais la plupart des Afghans ne s'arrêtent pas pour penser à ce qu'ils portent. Ils sont trop occupés à survivre."L'Afghane Maryam Yamshid - qui a fui en Belgique alors qu'elle était l'enfant d'une famille progressiste - se souvient que son pays était autrefois très moderne. "Il suffit de regarder Mohammed Zahir Shah (le tout dernier roi d'Afghanistan, destitué en 73), il était toujours habillé de vêtements modernes. Mes soeurs et moi portions des robes, des pantalons et des jeans quand nous étions enfants. Certains membres de la famille portaient même des minijupes", dit-elle en riant. Dans les années 1990, cela a changé. Maryam et sa famille ont soudainement dû suivre de nouvelles règles. "Parfois, maman raconte les moments où elle a dû porter une burka. Et elle a détesté ça. Elle avait l'impression de disparaître dans la foule. Son identité lui a été enlevée. Elle n'existait plus. Enfant, mes deux soeurs et moi n'avions pas le droit de porter des chaussettes blanches, car c'était la couleur du drapeau des talibans. Nous n'étions pas autorisés à montrer une seule mèche de cheveux, car c'était provocant. Si vous portez des bijoux, vous cherchez des ennuis. C'étaient les lois les plus absurdes."Pendant longtemps, Maryam a associé la burka, mais aussi le foulard ordinaire, à l'oppression des femmes. "Jusqu'à ce que j'aille à l'université. C'est là que j'ai commencé à parler avec des personnes qui portaient un voile de leur plein gré. Je les comprends beaucoup mieux, mais je porte toujours ces traumatismes en moi." Aujourd'hui, Maryam est présidente du Conseil d'intégration du Limbourg et coordinatrice du Groupe INTRO Limbourg. "Je suis de près la situation en Afghanistan. Ma tante et ses filles y vivent toujours. Habituellement, ma tante porte un foulard lorsqu'elle sort, mais depuis que les talibans dirigent le pays, elle n'ose plus sortir. Aujourd'hui, les talibans affirment qu'ils respecteront les femmes et leurs droits, mais dans le cadre des lois de la charia. Cela inclut la burka bleue. J'ai peur pour les femmes afghanes. Ils sont les plus vulnérables en ce moment."Selon le designer Nawed Elias, la peur de la burka bleue est injustifiée. "Nous devons nuancer un peu l'histoire. Je comprends que l'incertitude est grande aujourd'hui, mais les Talibans d'aujourd'hui ne sont pas comparables à ceux d'il y a vingt ans. La probabilité que la burka devienne une obligation n'est pas si grande. Selon le blogueur Lema, il est pratiquement certain que le rôle des femmes dans la société afghane sera réduit. Sous la loi de la charia, les femmes n'ont pas les mêmes droits. Nous devons attendre et espérer que le passé ne se répétera pas."Source: Weekend Knack/Traduction: CA.L