Ce n'est pas entièrement de ma faute : j'ai grandi dans les années 90. Une décennie pendant laquelle l'on a connu tous les trois mois un véritable renouveau en matière de laideur. Le tee-shirt Waïkiki, les Buffalo, le sac banane, on sait maintenant qu'en ce qui concerne la mode, c'est paradoxalement Kurt Cobain qui avait tout compris. Et que les hommes de ma génération ne fassent pas trop les malins, le piercing à l'arcade et le bob de Drazic dans Hartley coeurs à vif ne seront pas moins difficiles à oublier...
...

Ce n'est pas entièrement de ma faute : j'ai grandi dans les années 90. Une décennie pendant laquelle l'on a connu tous les trois mois un véritable renouveau en matière de laideur. Le tee-shirt Waïkiki, les Buffalo, le sac banane, on sait maintenant qu'en ce qui concerne la mode, c'est paradoxalement Kurt Cobain qui avait tout compris. Et que les hommes de ma génération ne fassent pas trop les malins, le piercing à l'arcade et le bob de Drazic dans Hartley coeurs à vif ne seront pas moins difficiles à oublier... Quoi qu'il en soit, puisqu'à présent je monte régulièrement seule sur scène, j'ai décidé de faire appel à une professionnelle pour choisir ma nouvelle tenue. L'ensemble des précédentes se résume en effet en deux mots : noires et informes. C'est que ma morphologie me cause quelques soucis. Je fais 1,57 m, 48 kilos, j'ai une poitrine plutôt généreuse qui me met souvent mal à l'aise mais des hanches qui, cent ans plus tôt, m'auraient valu de mourir en couches. Autant vous dire qu'avec un physique pareil, trouver des vêtements qui me vont est une gageure. J'ai donc confié la tâche à une spécialiste. Parmi les différents services : visagisme, conseils coiffure, analyse de la morphologie... J'ai failli craquer pour le tri de la garde-robe à domicile mais je me suis vite rendu compte que ça reviendrait à tout jeter ou presque. J'ai finalement opté pour une séance de shopping en ligne. Je suis allée à son institut et nous avons commencé par papoter, histoire de voir quelles étaient mes attentes. Ce qui me plaisait ou me déplaisait en matière de vêtements, les critères (confort, look, etc.) auxquels devaient répondre ma tenue de scène. Puisque je fais du stand-up, il importe que ce à quoi je ressemble ne soit pas plus drôle que ce que je raconte, ou plus distrayant. Nous avons ensuite regardé un grand nombre de photos, en discutant des réalités pratiques des pièces exposées. J'avoue qu'être accompagnée m'a pas mal aidée à me décider mais m'a également permis de songer à des aspects auxquels je ne pense jamais : allonger ma silhouette, l'affiner, mettre mes atouts en valeur ou dissimuler mes petites imperfections. C'était aussi l'occasion pour moi de venir à bout d'un de mes préjugés : j'étais convaincue que le rouge ne m'allait pas, alors qu'au contraire il révèle toute mon énergie et ma sensualité. Dernier gros point positif : je sais enfin avec quoi porter certaines de mes chaussures, qui jusqu'ici n'étaient jamais sorties de mon placard, faute d'inspiration. L'expérience m'a plu, je suis convaincue que l'apparence, loin d'être une préoccupation uniquement superficielle, est un vecteur de confiance en soi, surtout lorsqu'elle est en phase avec qui l'on est. Une conseillère peut justement aider à vous exprimer visuellement de façon plus harmonieuse tout en respectant votre nature profonde. Au moins une fois, les sous dépensés pour cette séance permettront certainement d'en économiser beaucoup en achetant moins mais mieux.