D'entrée de jeu, elle en convient, "gagner n'est pas une fin en soi". Voilà pourquoi Sarah Levy (Seattle, 1982) est partie à Hyères le coeur léger, avec sa première collection d'accessoires Creatures of Habit, participer à ce concours international qui concentre ce qui se fait de mieux en matière de jeune création alternative. Elle aspirait à en être, trouve que "c'est prodigieux", pressent "de manière assez évidente que ce festival intelligent est ouvert à l'expérimentation". Formée à l'architecture et à l'accessoire à La Cambre, elle est de cette génération qui privilégie le collectif comme extension de soi - seul, on est si peu. Elle était encore étudiante, à peaufiner ses accessoires de Master, qu'elle avait rencontré Cyril Bourez. Il préparait son défilé de fin d'études, même école mais section mode. Il lui avait demandé de dessiner un sac et une ceinture, elle n'avait pas hésité. "Sa collection traitait de cette nouvelle figure d'homme très assumé dans son envie de paternité, nous nous sommes rencontrés à l'intersection de son travail et du mien. Très rapidement, je lui ai ...