D'où vous est venue l'envie de dessiner une collection à votre nom?

Comme beaucoup de petites filles, j'ai toujours rêvé de créer ma propre collection de vêtements. En grandissant, on prend conscience que ça demande une logistique de dingue. Chez LolaLiza, j'avais derrière moi toute une structure pour m'épauler.

Que représentent les fêtes de fin d'année pour vous?

Je viens d'une culture assez festive: les Cap-Verdiens sont des gens qui se retrouvent généralement autour de la musique, de la nourriture et de la danse. Les gens s'habillent avec soin pour faire la fête: ils vont chez le coiffeur, choisissent une belle tenue. D'où qu'ils viennent pour rendre visite à leur famille à cette période de l'année, que ce soit de Boston, de Lisbonne, de Rotterdam, ils sont déjà apprêtés même dans l'avion! Chez nous, on n'est jamais overdressed! C'est une manière de faire honneur à celui qui nous reçoit. Ma mère était très coquette: elle achetait des mois à l'avance des pièces de seconde main en prévision des fêtes: elle savait déjà ce qu'elle allait porter avec quels bijoux. Je pense qu'elle m'a transmis ça...

Quelle est l'inspiration mode de la collection?

Je voulais qu'elle soit à mon image. Or souvent, lorsque vous faites une collab', les marques vous imposent de respecter leur univers, elles ne vous donnent pas toujours carte blanche. Mais les équipes de LolaLiza ont vraiment joué le jeu. On m'a même proposé de créer une longue robe en sequins! Je suis très glamour et paillettes! Ça tombait bien.

Un mot sur le choix plutôt audacieux de créer deux modèles à manches asymétriques?

Au printemps, je cherchais une tenue pour le festival de Cannes. J'ai essayé une robe asymétrique... et j'ai beaucoup aimé! Alors que spontanément je ne serais pas allée vers une pièce de ce genre. Du coup, j'ai eu envie d'en proposer dans la collection. De plus, j'ai toujours adoré les petites épaulettes, le côté robe trois-quart au genou, assez cintrée, c'est vraiment moi. Il faut essayer!

Porterez-vous certaines pièces à l'antenne pendant les fêtes?

Plusieurs même! Pour le réveillon du 31 où je serai à l'antenne en direct à 20h50 avec les téléspectateurs de TF1, je porterai sans doute la robe fourreau en velours noire - pour la petite histoire, nous l'avions d'abord créée en vert bouteille, c'est le prototype que je porte d'ailleurs aujourd'hui... -, la robe rouge en dentelle le lendemain et la combi, un peu quand je veux finalement pendant cette période car j'ose mettre des pièces scintillantes.

Quels sont vos projets pour les réveillons?

Pour le 31, comme je travaille ces jours-là, ce sera très calme, à la maison, avec mes chats ! Je ne les laisse jamais seuls pour les fêtes. Ils auront leur petite festin à eux sans doute. Et pour Noël, ce sera en famille, comme chaque année, aux Pays-Bas. C'est le 25 que cela se passe. On sera une petite trentaine. On partage une grand buffet puis on pousse meubles et on danse! Les mets sont assez simples, nous ne passons pas des heures à table. Mais il y a beaucoup de gâteaux, beaucoup de sucreries...

Et vous craquez? Parce que d'ordinaire vous mangez plutôt sainement non?

Oui mais je m'autorise quand même des petites plaisirs! Là, je viens de terminer une tarte brésilienne! Si on ne peut pas faire des écarts à Noël, où va-t-on! Pendant les fêtes, je ne filtre rien! Non seulement je profite le jour même des plats mais le lendemain je me régale des restes, c'est le meilleur, non? Après c'est mon corps qui me demande de revenir à la raison.

Avez-vous une recette à vous que vous cuisinez chaque année?

Non, ce sont mes tantes qui font à manger! Moi, je peux redevenir insouciante, comme une petite fille, je suis prise en charge par la famille. Ça me fait du bien de ne penser à rien.

Avez-vous déjà installé votre sapin?

Je n'en ai pas chez moi. Je vis seule, je n'en sens pas le besoin mais en revanche, je mets des lumières qui scintillent un peu partout. Je suis fan depuis des années d'un parfum d'ambiance d'Annick Goutal qui s'appelle Noël et qui sent le sapin.

Vous croisera-t-on sur le marché de Noël à Bruxelles?

Certainement! Je passerai par Bruxelles le 23 avant de me rendre aux Pays-Bas, je viens chaque année fêter Noël avec des amis. Ce sera l'occasion d'y faire un tour. Là je viens de voir que la patinoire était installée sur la place De Brouckere. Je redécouvre tout le quartier du centre ville. Quand j'étais petite, je venais au City 2 tous les week-ends ou presque. Aujourd'hui, j'ai l'impression de boucler la boucle. Je n'imaginais pas alors qu'un jour je présenterais ici cette collection dont je suis très fière.

La collection est disponible en ligne et dans une sélection de boutiques LolaLiza. Pièces à partir de 49,99 euros.

D'où vous est venue l'envie de dessiner une collection à votre nom?Comme beaucoup de petites filles, j'ai toujours rêvé de créer ma propre collection de vêtements. En grandissant, on prend conscience que ça demande une logistique de dingue. Chez LolaLiza, j'avais derrière moi toute une structure pour m'épauler.Que représentent les fêtes de fin d'année pour vous?Je viens d'une culture assez festive: les Cap-Verdiens sont des gens qui se retrouvent généralement autour de la musique, de la nourriture et de la danse. Les gens s'habillent avec soin pour faire la fête: ils vont chez le coiffeur, choisissent une belle tenue. D'où qu'ils viennent pour rendre visite à leur famille à cette période de l'année, que ce soit de Boston, de Lisbonne, de Rotterdam, ils sont déjà apprêtés même dans l'avion! Chez nous, on n'est jamais overdressed! C'est une manière de faire honneur à celui qui nous reçoit. Ma mère était très coquette: elle achetait des mois à l'avance des pièces de seconde main en prévision des fêtes: elle savait déjà ce qu'elle allait porter avec quels bijoux. Je pense qu'elle m'a transmis ça...Quelle est l'inspiration mode de la collection?Je voulais qu'elle soit à mon image. Or souvent, lorsque vous faites une collab', les marques vous imposent de respecter leur univers, elles ne vous donnent pas toujours carte blanche. Mais les équipes de LolaLiza ont vraiment joué le jeu. On m'a même proposé de créer une longue robe en sequins! Je suis très glamour et paillettes! Ça tombait bien.Un mot sur le choix plutôt audacieux de créer deux modèles à manches asymétriques?Au printemps, je cherchais une tenue pour le festival de Cannes. J'ai essayé une robe asymétrique... et j'ai beaucoup aimé! Alors que spontanément je ne serais pas allée vers une pièce de ce genre. Du coup, j'ai eu envie d'en proposer dans la collection. De plus, j'ai toujours adoré les petites épaulettes, le côté robe trois-quart au genou, assez cintrée, c'est vraiment moi. Il faut essayer!Porterez-vous certaines pièces à l'antenne pendant les fêtes?Plusieurs même! Pour le réveillon du 31 où je serai à l'antenne en direct à 20h50 avec les téléspectateurs de TF1, je porterai sans doute la robe fourreau en velours noire - pour la petite histoire, nous l'avions d'abord créée en vert bouteille, c'est le prototype que je porte d'ailleurs aujourd'hui... -, la robe rouge en dentelle le lendemain et la combi, un peu quand je veux finalement pendant cette période car j'ose mettre des pièces scintillantes. Quels sont vos projets pour les réveillons?Pour le 31, comme je travaille ces jours-là, ce sera très calme, à la maison, avec mes chats ! Je ne les laisse jamais seuls pour les fêtes. Ils auront leur petite festin à eux sans doute. Et pour Noël, ce sera en famille, comme chaque année, aux Pays-Bas. C'est le 25 que cela se passe. On sera une petite trentaine. On partage une grand buffet puis on pousse meubles et on danse! Les mets sont assez simples, nous ne passons pas des heures à table. Mais il y a beaucoup de gâteaux, beaucoup de sucreries...Et vous craquez? Parce que d'ordinaire vous mangez plutôt sainement non?Oui mais je m'autorise quand même des petites plaisirs! Là, je viens de terminer une tarte brésilienne! Si on ne peut pas faire des écarts à Noël, où va-t-on! Pendant les fêtes, je ne filtre rien! Non seulement je profite le jour même des plats mais le lendemain je me régale des restes, c'est le meilleur, non? Après c'est mon corps qui me demande de revenir à la raison.Avez-vous une recette à vous que vous cuisinez chaque année?Non, ce sont mes tantes qui font à manger! Moi, je peux redevenir insouciante, comme une petite fille, je suis prise en charge par la famille. Ça me fait du bien de ne penser à rien. Avez-vous déjà installé votre sapin?Je n'en ai pas chez moi. Je vis seule, je n'en sens pas le besoin mais en revanche, je mets des lumières qui scintillent un peu partout. Je suis fan depuis des années d'un parfum d'ambiance d'Annick Goutal qui s'appelle Noël et qui sent le sapin.Vous croisera-t-on sur le marché de Noël à Bruxelles?Certainement! Je passerai par Bruxelles le 23 avant de me rendre aux Pays-Bas, je viens chaque année fêter Noël avec des amis. Ce sera l'occasion d'y faire un tour. Là je viens de voir que la patinoire était installée sur la place De Brouckere. Je redécouvre tout le quartier du centre ville. Quand j'étais petite, je venais au City 2 tous les week-ends ou presque. Aujourd'hui, j'ai l'impression de boucler la boucle. Je n'imaginais pas alors qu'un jour je présenterais ici cette collection dont je suis très fière.La collection est disponible en ligne et dans une sélection de boutiques LolaLiza. Pièces à partir de 49,99 euros.