Chaque année, le monde consomme des ressources naturelles équivalentes à 1,6 fois celles de la planète entière, selon le dernier rapport de la Fondation Ellen MacArthur, qui entend redessiner le futur de la sphère fashion.

Pour répondre aux enjeux environnementaux actuels, la mode doit se réinventer et mettre au défi les professionnels du secteur. Plus question de se limiter à faire du marketing légèrement green. Le développement durable doit devenir un pilier à part entière des marques qui souhaitent rendre la mode durable, tout en restant attractive.

Pour produire de façon plus responsable, les labels doivent miser sur la technologie et l'innovation, tout en ayant une stratégie et une vision claires. La plate-forme du design et de la mode bruxelles MAD entend les aider, en agissant comme catalyseur du changement. Pour ce faire, elle organise ce mercredi une conférence, pour découvrir des professionnels et des projets inspirants, en matière d'économie circulaire dans la mode.

Un séminaire de deux heures, qui met à l'honneur trois intervenants belges. Cédric Vanhoeck, gagnant du Global Change Award 2018 avec quatre autre projets internationaux, est le co-fondateur de la start-up Resortecs, qui entend créer un fil soluble, pour faciliter le recyclage. Géraldine Louis est quant à elle l'une des deux fondatrices de la marque de maroquinerie Rusée, qui utilise des chutes de tissus pour fabriquer de façon artisanale de nouveauxsacs. Quant à Soraya Candido, elle est Researcher Sustainable Transformation Lab à l'Antwerp Management School.

Organisée dans le cadre de la première édition des We Are Fashion, cette conférence aura lieu ce 24 octobre de 18h30 à 20h30, avant de laisser la place à une session de networking, autour d'un verre.

"Let's talk about bringing circular fashion into the future", le 24 octobre de 18h30 à 20h30, 10, place du Nouveau Marché aux grains, à 1000 Bruxelles. Entrée: 5 ou 10 euros. Infos: https://mad.brussels/fr

Chaque année, le monde consomme des ressources naturelles équivalentes à 1,6 fois celles de la planète entière, selon le dernier rapport de la Fondation Ellen MacArthur, qui entend redessiner le futur de la sphère fashion.Pour répondre aux enjeux environnementaux actuels, la mode doit se réinventer et mettre au défi les professionnels du secteur. Plus question de se limiter à faire du marketing légèrement green. Le développement durable doit devenir un pilier à part entière des marques qui souhaitent rendre la mode durable, tout en restant attractive.Pour produire de façon plus responsable, les labels doivent miser sur la technologie et l'innovation, tout en ayant une stratégie et une vision claires. La plate-forme du design et de la mode bruxelles MAD entend les aider, en agissant comme catalyseur du changement. Pour ce faire, elle organise ce mercredi une conférence, pour découvrir des professionnels et des projets inspirants, en matière d'économie circulaire dans la mode. Un séminaire de deux heures, qui met à l'honneur trois intervenants belges. Cédric Vanhoeck, gagnant du Global Change Award 2018 avec quatre autre projets internationaux, est le co-fondateur de la start-up Resortecs, qui entend créer un fil soluble, pour faciliter le recyclage. Géraldine Louis est quant à elle l'une des deux fondatrices de la marque de maroquinerie Rusée, qui utilise des chutes de tissus pour fabriquer de façon artisanale de nouveauxsacs. Quant à Soraya Candido, elle est Researcher Sustainable Transformation Lab à l'Antwerp Management School. Organisée dans le cadre de la première édition des We Are Fashion, cette conférence aura lieu ce 24 octobre de 18h30 à 20h30, avant de laisser la place à une session de networking, autour d'un verre.