C'est au Drohme Park que, dimanche dernier, la chanteuse Angèle et quelques 1 300 joggeurs ont bravé les averses pour courir contre le cancer pédiatrique. La seconde édition de RUN TO KICK, organisée par KickCancer, a rassemblé petits et grands, coureurs, marcheurs, ou simples donateurs. Beaucoup d'enfants sur la ligne de départ, fonçant tête baissée pour la bonne cause. Angèle, chanteuse amie, a aussi mouillé le maillot et, à la fin de cette journée, 595 000 ont pu être récoltés.

Kick Cancer, c'est une fondation créée par deux mamans confrontées au cancer de leurs enfants. La maladie leur a mis le nez dans une triste réalité : la recherche sur le cancer pédiatrique n'est que trop peu importante, n'intéressant pas, ou si peu, l'industrie pharmaceutique, et la prise en charge existante n'étant de toute évidence pas suffisamment " adaptée " aux enfants. Des événements comme RUN TO KICK doivent servir à financer la recherche, mais aussi, et surtout, à sensibiliser les pouvoirs publics sur la prise en charge, européenne et mondiale, des cancers pédiatriques. La fondation s'est donc fixée une mission de lobbying et networking auprès du monde politique et médical. Delphine Heenen, maman de Raphaël et administratrice de la fondation, explique : " Nous faisons du lobbying auprès du monde politique et pharmaceutique, pour déterminer ce qui les bloque et pourquoi ils ne s'intéressent pas aux cancers pédiatriques, lever les barrières pour susciter l'intérêt dans le développement des médicaments pour les enfants... Comprendre les mentalités pour les changer. "

Sur le site de Kick cancer, une page détaille tous les projets auxquels les fonds récoltés pour la fondation sont alloués. L'idée serait aussi que ce ne soit plus seulement la philanthropie qui finance ces recherches, mais les laboratoires pharmaceutiques eux-mêmes.

Il y a encore du boulot, mais à plusieurs, on est plus forts.

Et comme l'important c'est de participer, si vous voulez donner, c'est par ici : team.kickcancer.org/en/pages/run-to-kick