En Une du magazine, on peut voir une photo d'Angèle, toute de rose vêtue avec, en titre : "Génération Angèle" et "la nouvelle idole des jeunes". Jusque-là, rien de bien méchant. Mais le sous-titre, en jaune, est plus interpellant : "Subversive mais pas agressive".

. © Capture d'écran Instagram angele_vl

Paris Match semble, via ces mots, valider l'engagement féministe de la chanteuse, tout en voulant plaire au lectorat plus âgé du magazine. L'artiste est furieuse et l'a fait savoir sur son compte Instagram. La chanteuse, qui a prouvé à maintes reprises son engagement féministe, n'aime pas se faire passer pour une "bonne féministe" en opposition à la "féministe agressive". Avec ce choix de termes, le magazine encourage les clichés sexistes.

Couverture de Paris Match du 12 mars 2020 © DR

Le magazine féminin Cheek Magazine a également commenté la Une de Paris Match: "Dans 'Subversive mais pas agressive', l'allusion est limpide. Et même si le mot 'féminisme' n'est écrit nulle part, pas besoin d'avoir une thèse en gender studies pour comprendre le label de 'bonne féministe' que Paris Match essaye d'attribuer à Angèle et son visage photogénique, faisant justement écho aux paroles de Balance ton Quoi. 'Les gens me disent à demi-mot / Pour une fille belle t'es pas si bête /Pour une fille drôle t'es pas si laide'".

En Une du magazine, on peut voir une photo d'Angèle, toute de rose vêtue avec, en titre : "Génération Angèle" et "la nouvelle idole des jeunes". Jusque-là, rien de bien méchant. Mais le sous-titre, en jaune, est plus interpellant : "Subversive mais pas agressive". Paris Match semble, via ces mots, valider l'engagement féministe de la chanteuse, tout en voulant plaire au lectorat plus âgé du magazine. L'artiste est furieuse et l'a fait savoir sur son compte Instagram. La chanteuse, qui a prouvé à maintes reprises son engagement féministe, n'aime pas se faire passer pour une "bonne féministe" en opposition à la "féministe agressive". Avec ce choix de termes, le magazine encourage les clichés sexistes. Le magazine féminin Cheek Magazine a également commenté la Une de Paris Match: "Dans 'Subversive mais pas agressive', l'allusion est limpide. Et même si le mot 'féminisme' n'est écrit nulle part, pas besoin d'avoir une thèse en gender studies pour comprendre le label de 'bonne féministe' que Paris Match essaye d'attribuer à Angèle et son visage photogénique, faisant justement écho aux paroles de Balance ton Quoi. 'Les gens me disent à demi-mot / Pour une fille belle t'es pas si bête /Pour une fille drôle t'es pas si laide'".