...

Ce terme hybride qui désigne la fusion organique entre la chaussure - "shoe" en anglais - et la sneaker, plus sportive par essence, promet finalement le meilleur des deux mondes à nos pieds. Soit le mariage d'un artisanat de haut vol avec le dernier carat de l'innovation technique. A l'initiative du concept, on retrouve le designer coréen Yong Bae Seok, membre du collectif de créateurs d'avant-garde No-Code, initié par Tod's. Une alternative plutôt classe aux dad shoes. I.W.Faire partie du cercle très convoité des must-haves implique de sans cesse se réinventer... sans perdre son âme. Si le denim est emblématique de ces pièces qui traversent les modes et les générations, c'est qu'il a réussi cette gageure en imposant chaque saison une nouvelle manière d'être porté. Pour le printemps-été, ce sera donc la fourche très longue, au point de frôler la cage thoracique (rib cage, en anglais) nous dit Levi's, maître en la matière. De quoi renvoyer les mum jeans et leur simple taille haute se rhabiller. D.K.L'acronyme de "Green Inclinations - No Kids" que l'on pourrait traduire par "Sans enfant pour raison climatique" n'est pas totalement neuf mais il trouve aujourd'hui une nouvelle résonance. Derrière ce concept, Lisa Hymas, une éditorialiste auHuffington Post. L'Américaine affirme ainsi qu'avoir un enfant de moins réduirait votre empreinte carbone de l'équivalent de 60 tonnes de CO2 par an. Une méthode radicale mais 60 fois plus efficace que d'adopter un régime végétarien. I.W.Oubliez le hygge et le lagom. Après avoir cultivé le bonheur selon les préceptes danois et suédois, direction le Japon, où l'on célèbre l'art de la perfection imparfaite. Place à la simplicité et à la convivialité, aux objets passés de mode qu'on néglige parfois, aux beautés cachées, à l'inattendu et à l'enthousiasme aussi. Une philosophie qui se décline différemment aux quatre coins du monde, comme le montre l'ouvrage Le livre du wabi-sabi, rédigé par Julie Pointer Adams chez First Editions. C.Pl.Après les sushis, le teppanyaki, les gyozas et les onigiris, c'est au tour d'une nouvelle spécialité nipponne de faire parler d'elle. Anvers a déjà succombé au charme de l'okonomiyaki à la faveur d'Okoz, une petite cantine de la très en vue Nationalestraat. Okonomiya quoi? Il s'agit d'une spécialité qui se situe entre l'omelette et la pierrade. Le jeu consiste à cuire soi-même, sur une plaque chauffante, une pâte à base de farine et de blé à laquelle on ajoute des ingrédients au choix (légumes, viande, poisson, etc.) Bientôt au coin de votre rue... M.V.