Depuis samedi minuit, comme presque tout le monde, je compte les minutes. J'habite seul, dans un studio. Autant dire que cela n'aide pas. Pour tuer l'ennui et surtout la solitude, je m'autorise quelques voyages -- les seuls n'étant pas encore vivement déconseillés -- sur mes applications de rencontres. Je démarre de Grindr, fais une escale sur Tinder, j'en profite pour pousser jusque PlanetRomeo et j'atterris sans mal à Surge. En amour, comme à la guerre, il me semble judicieux d'être sur tous les fronts. Sans surprise, c'est bondé. Il y a plus de connectés que d'habitude et je reçois également davantage de messages, tapes, matchs et autres emojis (connotés ou non) qu'à l'accoutumée. Aussi, les demandes de rendez-vous s'enchaînent.

En amour, comme à la guerre, il me semble judicieux d'être sur tous les fronts

Jusque-là, je ne me suis jamais posé la question mais elle se profile clairement dans ma tête : ai-je le droit de me rendre à ces dates ? La réponse, si elle ne me procure aucun plaisir et pourtant limpide : non. Les recommandations sont très claires : les contacts rapprochés sont à éviter. Et le sexe me semble être la définition même d'un contact rapproché. Et bien oui, difficile de respecter la distance d'un mètre minimum entre les personnes lors d'une partie de jambes en l'air... Si le Covid-19 n'est pas encore défini comme une infection sexuellement transmissible, on sait désormais qu'il se transmet par les gouttelettes de salive. Dès lors, il n'y a donc pas moyen d'avoir des contacts sexuels sans risquer la transmission. Désolé.

Je tiens tout de même à rassurer les couples vivant sous le même toit : si aucun de vous ne présente de symptômes, il n'y a aucune mesure particulière intrafamiliale à prendre. En d'autres termes, continuez à faire l'amour comme avant cette pénible crise sanitaire. Par contre, pour nous, les pauvres célibataires, il est vivement recommandé d'éviter tout contact sexuel dans les prochaines semaines. Et ce, peu importe votre sexualité.

Faites preuve d'imagination pour séduire, montrer votre affection ou, tout simplement, aimer ; pensez aux sextos, aux appels coquins, échangez des nudes ou pratiquez le sexe par FaceTime, par exemple.

D'ici là, je vous en supplie, ne cessez pas de communiquer, d'échanger. Soyez patients ou vivez votre sexualité différemment. Faites preuve d'imagination pour séduire, montrer votre affection ou, tout simplement, aimer ; pensez aux sextos, aux appels coquins, échangez des nudes ou pratiquez le sexe par FaceTime, par exemple. On aura tout le temps de s'aimer et/ou de s'amuser à la fin de ce confinement. Dans la vraie vie, cette fois."

Depuis samedi minuit, comme presque tout le monde, je compte les minutes. J'habite seul, dans un studio. Autant dire que cela n'aide pas. Pour tuer l'ennui et surtout la solitude, je m'autorise quelques voyages -- les seuls n'étant pas encore vivement déconseillés -- sur mes applications de rencontres. Je démarre de Grindr, fais une escale sur Tinder, j'en profite pour pousser jusque PlanetRomeo et j'atterris sans mal à Surge. En amour, comme à la guerre, il me semble judicieux d'être sur tous les fronts. Sans surprise, c'est bondé. Il y a plus de connectés que d'habitude et je reçois également davantage de messages, tapes, matchs et autres emojis (connotés ou non) qu'à l'accoutumée. Aussi, les demandes de rendez-vous s'enchaînent. Jusque-là, je ne me suis jamais posé la question mais elle se profile clairement dans ma tête : ai-je le droit de me rendre à ces dates ? La réponse, si elle ne me procure aucun plaisir et pourtant limpide : non. Les recommandations sont très claires : les contacts rapprochés sont à éviter. Et le sexe me semble être la définition même d'un contact rapproché. Et bien oui, difficile de respecter la distance d'un mètre minimum entre les personnes lors d'une partie de jambes en l'air... Si le Covid-19 n'est pas encore défini comme une infection sexuellement transmissible, on sait désormais qu'il se transmet par les gouttelettes de salive. Dès lors, il n'y a donc pas moyen d'avoir des contacts sexuels sans risquer la transmission. Désolé.Je tiens tout de même à rassurer les couples vivant sous le même toit : si aucun de vous ne présente de symptômes, il n'y a aucune mesure particulière intrafamiliale à prendre. En d'autres termes, continuez à faire l'amour comme avant cette pénible crise sanitaire. Par contre, pour nous, les pauvres célibataires, il est vivement recommandé d'éviter tout contact sexuel dans les prochaines semaines. Et ce, peu importe votre sexualité.D'ici là, je vous en supplie, ne cessez pas de communiquer, d'échanger. Soyez patients ou vivez votre sexualité différemment. Faites preuve d'imagination pour séduire, montrer votre affection ou, tout simplement, aimer ; pensez aux sextos, aux appels coquins, échangez des nudes ou pratiquez le sexe par FaceTime, par exemple. On aura tout le temps de s'aimer et/ou de s'amuser à la fin de ce confinement. Dans la vraie vie, cette fois."