"Les écolières de Waikato seront les premières à avoir accès gratuitement aux protections périodiques au sein de leur établissement scolaire, ce qui constitue une nouvelle étape dans le soutien aux jeunes en situation de pauvreté", a déclaré la Premier ministre Jacinda Ardern.

Le gouvernement a investi 2,6 millions de dollars afin de fournir gratuitement ces protections aux écoles. Le matériel hygiénique sera distribué à 15 premières écoles durant le troisième trismestre et sera étendu en 2021 à tous les établissements scolaires publics et ceux "intégrés à l'État" sur base volontaire.

La Première ministre néo-zélandaise a rappelé que plusieurs jeunes filles, âgées entre 9 et 18 ans restent chez elles pendant leurs règles parce qu'elles ne peuvent pas s'offrir de protection hygiénique. "En les mettant gratuitement à disposition, nous aidons ces jeunes à poursuivre leur apprentissage à l'école", a insisté, dans un communiqué, Jacinda Ardern.

Julie Anne Genter, ministre des Femmes, a affirmé que "les règles sont une réalité de la vie pour la moitié de la population et l'accès à ces produits [d'hygiène] est une nécessité, pas un luxe."

"Les écolières de Waikato seront les premières à avoir accès gratuitement aux protections périodiques au sein de leur établissement scolaire, ce qui constitue une nouvelle étape dans le soutien aux jeunes en situation de pauvreté", a déclaré la Premier ministre Jacinda Ardern.Le gouvernement a investi 2,6 millions de dollars afin de fournir gratuitement ces protections aux écoles. Le matériel hygiénique sera distribué à 15 premières écoles durant le troisième trismestre et sera étendu en 2021 à tous les établissements scolaires publics et ceux "intégrés à l'État" sur base volontaire.La Première ministre néo-zélandaise a rappelé que plusieurs jeunes filles, âgées entre 9 et 18 ans restent chez elles pendant leurs règles parce qu'elles ne peuvent pas s'offrir de protection hygiénique. "En les mettant gratuitement à disposition, nous aidons ces jeunes à poursuivre leur apprentissage à l'école", a insisté, dans un communiqué, Jacinda Ardern.Julie Anne Genter, ministre des Femmes, a affirmé que "les règles sont une réalité de la vie pour la moitié de la population et l'accès à ces produits [d'hygiène] est une nécessité, pas un luxe."