Le musée du camp d'extermination construit par l'Allemagne nazie en Pologne occupée pendant la Seconde Guerre mondiale réagissait à ces courtes vidéos où des jeunes utilisateurs prétendent raconter comment ils sont décédés durant l'Holocauste, arborant parfois de fausses blessures, où habillés d'un uniforme rayé doté d'une étoile.

., DR
. © DR

"La tendance +victimes+ sur TikTok peut être blessante et offensante. Certaines vidéos sont dangereusement proches ou déjà au-delà d'une banalisation de l'histoire", a commenté le Mémorial d'Auschwitz sur Twitter.

"Certaines (vidéos) n'ont pas été créées en souvenir de quelqu'un, mais pour faire partie de la tendance en ligne. C'est très douloureux", a précisé le musée situé dans la ville d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne.

"Mais nous devrions en parler, pas pour jeter opprobre et attaquer des jeunes gens dont les intentions semblent très diverses. Ce n'est pas un défi éducatif", a-t-il ajouté.

Un million de Juifs d'Europe ont péri dans le camp entre 1940 et 1945 sur les 6 millions exterminés lors du génocide.

Plus de 100.000 personnes non-juives y ont également péri selon le musée. Près de 232.000 victimes étaient des enfants.

Le musée du camp d'extermination construit par l'Allemagne nazie en Pologne occupée pendant la Seconde Guerre mondiale réagissait à ces courtes vidéos où des jeunes utilisateurs prétendent raconter comment ils sont décédés durant l'Holocauste, arborant parfois de fausses blessures, où habillés d'un uniforme rayé doté d'une étoile."La tendance +victimes+ sur TikTok peut être blessante et offensante. Certaines vidéos sont dangereusement proches ou déjà au-delà d'une banalisation de l'histoire", a commenté le Mémorial d'Auschwitz sur Twitter. "Certaines (vidéos) n'ont pas été créées en souvenir de quelqu'un, mais pour faire partie de la tendance en ligne. C'est très douloureux", a précisé le musée situé dans la ville d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne."Mais nous devrions en parler, pas pour jeter opprobre et attaquer des jeunes gens dont les intentions semblent très diverses. Ce n'est pas un défi éducatif", a-t-il ajouté.Un million de Juifs d'Europe ont péri dans le camp entre 1940 et 1945 sur les 6 millions exterminés lors du génocide.Plus de 100.000 personnes non-juives y ont également péri selon le musée. Près de 232.000 victimes étaient des enfants.