Le coronavirus précipitera-t-il la fin des célébrités telles que nous les connaissons aujourd'hui, se demande le quotidien De Morgen. À voir Madonna, installée nue dans une baignoire remplie de pétales de rose et entourée de bougies, méditer seule sur le coronavirus, on peut en effet se poser la question.
...

Le coronavirus précipitera-t-il la fin des célébrités telles que nous les connaissons aujourd'hui, se demande le quotidien De Morgen. À voir Madonna, installée nue dans une baignoire remplie de pétales de rose et entourée de bougies, méditer seule sur le coronavirus, on peut en effet se poser la question. Le grand égalisateur"Le coronavirus est le grand égalisateur", philosophe Madonna. Il nous rend tous égaux, à bien des égards". "Nous sommes tous dans le même bateau, et si le bateau coule, nous coulons tous ensemble", murmure-t-elle depuis sa villa de Lisbonne. C'est une sortie pour le moins maladroite, vu que le confinement révèle plus que jamais les inégalités, entre ceux qui sont enfermés dans un petit espace restreint et tentent, tant bien que mal, de combiner vie de famille et télétravail, et que d'autres vivent "un confinement de luxe" dans une énorme propriété agrémentée d'un grand jardin. Supprimée depuis, la vidéo de Madonna relayée par Le Nouvel Observateur a suscité la colère et l'ironie sur la Toile. Un internaute se demande ainsi si le Covid-19 a atteint le cerveau de la chanteuse américaine. Une autre fan, indignée, lui propose plutôt d'aider les professionnels de la santé en finançant des masques, des respirateurs, des équipements de protection, etc.Une frontière déjà très minceMadonna n'est pas la seule à ne pas trouver le ton juste. L'actrice américaine Vanessa Hudgens n'a pas hésité à déclarer que "oui, des gens meurent, c'est inévitable". Quant à l'acteur américain Arnold Schwarzenegger, il a souligné l'importance de la distanciation sociale. Une initiative tout à fait louable, si ce n'est qu'il le fait en distribuant des carottes à un poney et un âne miniatures. "Aujourd'hui, les artistes plus anciens perdent les pédales, contrairement aux jeunes créateurs habitués de partager leur contenu en ligne. Ils sont habitués depuis des années à faire des vidéos qui atteignent des millions de spectateurs depuis leur chambre à coucher. Cette tendance est irréversible, la crise du coronavirus ne fait que l'accélérer un peu", estime Hannes Coudenys, spécialiste en réseaux sociaux et directeur artistique de son agence de publicité. Interrogée par De Morgen, Flo Windey, présentatrice Stu Bru qui doit une grande partie de sa célébrité aux réseaux sociaux, pense également que les jeunes qui font du contenu plus en phase avec le quotidien de leurs followers tireront leur épingle du jeu. "Les célébrités ne sont généralement actives sur les réseaux parce qu'elles y sont obligées", explique-t-elle. "Cela se reflète depuis des années dans leurs publications. Elles sont souvent faites pour marquer des points. Mais en ces temps étranges, où nous vivons presque exclusivement de manière numérique, cela n'atteint plus le grand public. Le contraste avec les jeunes créateurs de médias ne pourrait pas être plus grand", conclut-elle.AuthenticitéPour Olivier Driessens, professeur en études médiatiques à l'université de Copenhague, il s'agit d'une tentative des célébrités traditionnelles de se faire passer pour authentiques. "Mais que se passera-t-il ensuite ? Tout sera-t-il à nouveau mis en scène comme après ? Heureusement, certaines stars se mobilisent et viennent en aide aux soignants. Ainsi, Blake Lively et son mari, Ryan Reynolds, ont versé 400.000 dollars à quatre hôpitaux de New York. La chanteuse Rihanna a, quant à elle, versé pas moins de 5 millions de dollars à des associations. Justin Bieber et Lady Gaga ont également mis la main au portefeuille pour contribuer à la lutte contre la pandémie. Bill Gates, qui avait déjà mis en garde contre l'apparition d'une telle pandémie en 2015, s'est engagé à verser 100 millions de dollars dans la lutte contre le coronavirus.