L'idée de ce loisir en plein air apparu il y a une quinzaine d'années et à la fois sportif ou plus familial est simple: il consiste à partir à la recherche de boîtes de toutes dimensions (appelées caches) en suivant les données GPS ou énigmes disponibles sur le site Internet dédié, www.geocaching.be pour la Belgique. Le concept séduit actuellement de plus en plus d'adeptes grâce au développement récent d'applications dédiées.
...

L'idée de ce loisir en plein air apparu il y a une quinzaine d'années et à la fois sportif ou plus familial est simple: il consiste à partir à la recherche de boîtes de toutes dimensions (appelées caches) en suivant les données GPS ou énigmes disponibles sur le site Internet dédié, www.geocaching.be pour la Belgique. Le concept séduit actuellement de plus en plus d'adeptes grâce au développement récent d'applications dédiées. Cette activité de plein air enthousiasme petits et grands, il permet, entre autres, de motiver les petits randonneurs curieux à atteindre un but, avec la surprise de découvrir ce qui se cache dans la boîte. Il donne aussi un objectif plus excitant à atteindre aux sportifs chevronnés ou aux photographes qui désirent découvrir des endroits insolites et souvent riches d'histoires. Libre alors à celui qui découvre le trésor d'y laisser un petit mot pour marquer son passage ou de remplacer un des objets qu'il contient par un autre. 2 700 000 caches sont disséminées à travers le monde dans 180 pays. La chasse est ouverte à tous ceux qui possèdent un smartphone ou un GPS. Les coordonnées sont publiées sur internet, il suffit ensuite de les rentrer dans son GPS et de les suivre mais le plus simple dans sa version 2.0 est encore d'utiliser l'application officielle et gratuite Geocaching Intro qui indique la cache grâce à une boussole et les mètres encore à parcourir pour l'atteindre. Une carte s'affichera avec le degré de difficulté pour trouver le trésor. L'app' qui répertorie toutes les caches situées en Belgique se nomme Geocaching Belgium (0,99 euro). Les commentaires laissés par les utilisateurs donnent des indications sur l'état de la cache et la façon dont elle peut être trouvée ainsi que des informations sur la manière dont elle doit être replacée et conservée. Car le geocaching est aussi une question de respect des trésors disséminés dans la nature et que les géocacheurs se font un plaisir à dégoter.Le geoacaching est devenu au fil des ans une véritable sous-culture, les géocacheurs, des millions de par le monde, ont même développé leur propre jargon: TNLN (Took Nothing Left Nothing) et son pendant francophone RPRL ("Rien pris rien laissé") est, par exemple, une inscription souvent laissée sur les registres de visites et les pages Web correspondant à une cache, ainsi que TFTC (Thanks For The Cache), en français MPLC (Merci pour la cache), ou BYOP (Bring Your Own Pen, ou Apportez votre propre crayon). Les non-initiés sont souvent désignés comme des "géomoldus" (en anglais muggles), une référence à la série littéraire Harry Potter. Et lorsqu'une cache est vandalisée, détruite ou volée par un non-initié, elle est qualifiée de muggled en anglais.