Les femmes - en particulier celles qui ont des enfants - sont souvent considérées comme des héroïnes qui ont un don d'ubiquité au point d'être capable de slalomer avec aisance entre différentes tâches. Ainsi elles peuvent faire leur liste de courses tout en restant concentrées lors d'une réunion, inventer tout un menu sur le trajet vers l'école et, en passant, aller chercher les médicaments à la pharmacie. C'est bien simple: elles peuvent tout faire. Du moins, c'est ce qu'on a cru pendant longtemps. En réalité, cela tiendrait plus du mythe puisqu'une étude vient démontrer que l'être humain n'est en réalité pas doué pour le multitâche. Et ne l'oublions pas : la femme est un être humain comme les autres.

L'étude allemande, publiée dans PLOS One, a examiné comment le cerveau des femmes réagit lorsqu'elles doivent répartir leur attention entre différentes tâches. On a ainsi demandé aux 48 hommes et 48 femmes participants à l'expérience d'effectuer deux tâches en même temps ou de passer rapidement d'une tâche à l'autre. Les deux genres de tests ont montré que le cerveau des femmes n'était pas plus "efficace" que celui des hommes lorsqu'il s'agissait de faire plusieurs choses en même temps.

Un mythe qui s'écroule

Un résultat surprenant, tant c'est encore souvent les femmes qui assument la majeure partie du travail dans le ménage. Bien que la participation des hommes aux tâches ménagères est en progression, les recherches montrent que cela reste les femmes qui y consacrent le plus de temps. Par ailleurs, même dans les ménages où les tâches ménagères sont réparties de façon égale, c'est encore trop souvent la femme qui assume la majeure partie de ce qu'on appelle la charge mentale. Une réalité souvent basée sur l'idée, fausse donc, que les femmes sont meilleures dans ce domaine, ou plus susceptibles de voir ce qui doit être fait.

Quatre conseils pour bien répartir le travail invisible à la maison

Acheter un cadeau d'anniversaire, nettoyer rapidement les toilettes ou vider le lave-vaisselle. Ce sont de petites tâches, souvent invisibles, qui consomment encore beaucoup de ce qu'on appelle l'énergie mentale.

Quatre conseils pour répartir la charge mentale à la maison de façon équilibrée.

N'en faites pas trop

Au début de toute relation - que ce soit avec votre partenaire, vos enfants, vos collègues ou vos beaux-parents - mesurez bien les règles tacites que vous mettez en place. Car si, au début, il peut être amusant de s'en charger cela peut sur la durée devenir pesant dit Rika Ponnet, thérapeute de couple. Par exemple, cuisiner pour l'autre, faire les courses, donner le bain à son nouveau-né peut être particulièrement plaisant. Mais si cela devient une habitude, cela se transforme en routine particulièrement difficile à changer. Il est donc important d'être prévoyant et d'y réfléchir en amont.

© iStock

Donner deux adresses de contact

"Je reçois des WhatsApp's du professeur quand Titus est malade. C'est donc moi qui vais le chercher", dit Lieselot. Et c'est la même chose pour les obligations scolaires, les invitations d'anniversaires et toutes sortes de rendez-vous qui arrivent dans une seule boîte aux lettres. Or rien ne vous empêche de donner deux adresses e-mail. Faites-le et ça peut déjà changer pas mal de choses", dit Nele Wouters, porte-parole de Child and Family. Vous recevrez ainsi aussi tous les deux un rappel pour le rendez-vous de l'enfant."

N'intervenez pas tout de suite

"Permettez aux autres d'aider et laissez-leur le temps de le faire d'eux-mêmes. Ne surgissez pas toujours tel un djinn pour tout résoudre dit Miet Timmers, chercheuse en sciences de la famille. "Il ne trouve pas les torchons alors que vous savez parfaitement où se trouve la clé jaune de son cadenas de vélo ? He bien laissez-le chercher."

Faites une planification

Retranscrire toutes les tâches à faire par écrit est une excellente chose, dit la psychologue Annick Van den Nest. Seulement, ne le faites pas sous forme de liste. Les listes deviennent en effet rapidement des projets sans fin. Si vous barrez deux taches, deux nouvelles seront ajoutées. C'est plus intelligent d'élaborer ensemble un planning avec ce qui est à faire aujourd'hui, demain, la semaine prochaine, voire sur le plus long terme. Cela permet une répartition claire et plus précise de la charge mentale.