La rose rouge reste la star des fleurs pour les Valentins et Valentines. Marijke Walbers, de l'URFB, s'est rendue sur les deux pépinières de roses que compte la Belgique et a pu observer la bonne qualité de ce symbole de l'amour. "Le temps n'est pas trop mauvais, il ne fait pas trop froid, ce qui a naturellement une influence sur la qualité des roses", explique-t-elle.

Selon Mme Walbers, les fleurs ne doivent en outre pas être placées prématurément en refroidissement afin qu'elles puissent "tenir" jusqu'à la fête des amoureux. Ce qui a un impact positif sur leur qualité. Le prix des roses sera à peu près équivalent à celui pratiqué lors de la Saint-Valentin l'an dernier.

Les roses s'arracheront toutefois à un coût plus élevé que ces derniers jours car la production de cet or floral n'augmente pas alors que la demande est à la hausse. "C'est la loi de l'offre et de la demande", souligne Mme Walbers. Celle-ci n'était toutefois pas en mesure d'indiquer le prix exact qui sera pratiqué car cela dépend de la sorte et de la taille de la fleur.

Marijke Walbers ne savait pas non plus préciser la hausse exacte du chiffre d'affaires des fleuristes à cette occasion. "Cela dépend du fleuriste. Pour l'un, le chiffre d'affaires sera doublé, pour l'autre, non. Dans tous les cas, la Saint-Valentin doit rattraper la période hivernale."