"Faites le plus possible à l'extérieur". C'est l'une des six règles d'or pour lutter contre la pandémie. Un conseil utile, car le coronavirus est effectivement moins contagieux à l'extérieur. Après tout, les aérosols se dispersent plus rapidement à l'air libre. Mais s'il était relativement facile de suivre cette mesure pendant les mois d'été, il n'en va pas de même durant les mois d'hiver.
...

"Faites le plus possible à l'extérieur". C'est l'une des six règles d'or pour lutter contre la pandémie. Un conseil utile, car le coronavirus est effectivement moins contagieux à l'extérieur. Après tout, les aérosols se dispersent plus rapidement à l'air libre. Mais s'il était relativement facile de suivre cette mesure pendant les mois d'été, il n'en va pas de même durant les mois d'hiver. Du coup, lorsqu'on nous suggère de fêter Noël dans le jardin ou à la porte d'entrée (avec un maximum de quatre personnes et la distance nécessaire !), cela fait frémir la plupart d'entre nous. D'autant plus quand le crachin s'invite. Pourtant, il est possible de survivre à cette épreuve. Voici quelques conseils.Toute personne qui grandit ou vit dans une ville ou une zone urbanisée aura sans doute beaucoup plus de mal à goûter et apprécier la "vie en plein air". Mais vous n'avez pas besoin d'aller à la montagne ou les vastes toundras pour être en plein air. Notre pays compte également de nombreux endroits dans des régions relativement peu construites où c'est possible. Un week-end roots dans les Ardennes ou une semaine de randonnée dans les forêts de la Campine pourrait tout à fait vous convertir à la vie en plein air.Ne vous y trompez pas, "nature" n'est pas synonyme de bivouaquer avec un sac de couchage. Un coup d'oeil sur le site de location natuurhuisje.be montre de façon surprenante de nombreux chalets pittoresques dans des endroits idylliques de notre pays : un chalet dans les bois, une cabane dans un pré ou un chalet au bord de l'eau, avec ou sans sauna et jacuzzi. Le nomade numérique y trouve même parfois son signal wifi. Mais nous déconseillons fortement ce dernier. Les petits bips doivent provenir uniquement des oiseaux de la forêt.2020 semble donc être l'année où nous avons enfin communié avec la nature près de chez nous. Comme lieu de promenade, de pique-nique, d'apéritif, de barbecue, d'observation des oiseaux et des étoiles. A quoi pensions-nous, en 2019, quand nous réservions encore en masse des voyages à Barcelone ?Il semble que nous ayons une fois de plus pris conscience que nous, en tant qu'humains, sommes faits pour être dans la nature. Le succès de la retraite nature peut être attribué non seulement à la pandémie, mais aussi aux innombrables avantages qu'apporte la vie en plein air. Des recherches ont montré que le fait de passer deux heures par semaine dans un environnement naturel augmente le bien-être. Nous regardons davantage tout ce qui nous entoure. L'environnement naturel offre en même temps une opportunité d'auto-réflexion et d'introspection. Il vide le cerveau et augmente la créativité. Depuis le début de la pandémie, les bienfaits de la nature se font encore davantage ressentir. En avril, l'Université d'Anvers a étudié l'effet d'un bain de nature sur la santé et le bien-être général. 85 à 90 % des personnes interrogées ont déclaré se sentir plus en forme plus positives, plus énergiques, plus heureuses et plus détendues après avoir été en contact avec la nature. Tout autant de personne ont indiqué que cela avait fait disparaître le stress, l'anxiété et les sentiments de vulnérabilité disparaissent.Autre bonne nouvelle : la règle d'or qui consiste à "faire le plus possible à l'extérieur" s'est également avérée particulièrement efficace contre le blues hivernal, que l'on appelle aujourd'hui "coronablues". L'exposition à la lumière naturelle, en particulier la lumière du matin, inhibe la production de mélatonine, l'hormone qui rend somnolent. De plus, cela renforce votre système immunitaire, améliore votre humeur et vous donne la vitamine D dont vous avez tant besoin, même si le soleil ne brille que très peu en hiver.Outre un bain de nature, un "état d'esprit hivernal positif" est une deuxième condition pour pouvoir mener une vie de plein air. La psychologue américaine Kari Leibowitz explique dans l'International Journal of Wellbeing que vous pouvez apprendre à apprécier ce qu'offre la saison hivernale. Si vous êtes plutôt du type à hiberner, sachez qu'il est possible de changer ça. Ne vous focalisez pas sur les aspects négatifs, mais recherchez ce que vous aimez de l'hiver, par exemple la neige, s'emmitoufler dans moelleuse écharpe de laine toute douce, ou encore la beauté des ombres projetées par un arbre dénudé. Pensez aussi à utiliser un langage positif. La pluie froide n'est pas toujours une mauvaise chose. Une telle attitude influence non seulement votre humeur, mais aussi la façon dont vous vous adaptez aux circonstances.Lorsqu'il s'agit d'apprécier le plein air, la Norvège est l'exemple ultime : les bébés font leur sieste invariablement en plein air, les enfants apprennent à l'école en plein air et, ici et là, un Norvégien fait se rend à son travail sur des skis. Pour les Norvégiens, la "friluftsliv", comme l'a décrit le dramaturge et poète norvégien Henrik Ibsen, n'est pas seulement une règle obligatoire à cause du covid, mais un véritable mode de vie.Mais toute cette histoire friluftsliv est-elle vraiment pour tout le monde ? En Belgique, il n'y a pas de grand froid tonique, mais souvent une humidité maussade. La réponse est "oui". Tous les effets sur la santé d'un bain de nature ne disparaissent pas soudainement avec l'arrivée de l'hiver. Il faut juste réfléchir et planifier un peu plus. Les Norvégiens ont un proverbe approprié pour cela : "Det finnes ikke dårlig vær, bare dårlige klær" (il n'y a pas de mauvais temps, il n'y a que de mauvais vêtements).Il est donc primordial de s'habiller avec soin quand on ne commence pas une activité de plein air. Un indispensable est les sous-vêtements thermiques qui s'ajustent bien au corps, une deuxième couche isolante qui coupe le corps de l'humidité et une couche extérieure imperméable. N'oubliez pas de porter un chapeau, des chaussettes chaudes et des gants lorsque vous sortez. Un bon thermos pour vous réchauffer de temps en temps avec une tasse de thé ou chocolat chaud n'est pas un luxe superflu.Ne sous-estimez pas votre corps. Grâce à l'invention du chauffage central, notre corps délicat n'est plus autant mis à l'épreuve de nos jours qu'au temps de nos ancêtres. C'est également l'une des raisons pour lesquelles la température moyenne du corps humain a baissé de 0,03 °C par rapport au siècle dernier. Pour relancer le "thermostat" de votre corps, vous pouvez déjà abaisser de quelques degrés le chauffage. Par exemple mettre le thermostat à 18/19°C, ou prendre régulièrement une douche froide ou encore vous faire arroser par un jet froid.Pour garder l'esprit de la vie en plein air, il faut créer des moments "à l'extérieur". Intégrez un nouveau rituel dans votre journée, comme prendre une tasse de café dans le jardin ou sur le balcon chaque matin et regarder le soleil se lever. Ou encore, laisser la voiture pour une balade à vélo. Faites du sport en plein air ou faites une longue promenade en ville. Parfois, il n'en faut pas plus pour faire apparaître un sourire sur votre visage.