La photo a été prise et partagée sur Instagram dimanche par le photo-reporter britannico-canadien Finbarr O'Reilly. Elle montre un touriste porté sur une sorte de "tipoy" par quatre Congolais dans le parc des Virunga, près de Goma.

D'après le photographe joint par l'AFP sur Instagram, le touriste n'était pas handicapé "mais il n'était pas capable de monter seul". "Les jeunes gens travaillent comme porteurs au parc", a-t-il précisé. Au nombre de six au total, ils ont touché 100 dollars chacun, selon le photographe. Sans provoquer des remous majeurs, l'image a choqué quelques internautes en RDC.

"#RDC le parc des Virunga @gorillacd devrait avoir honte de proposer ce genre de service aux #touristes. On se croirait à une époque coloniale", a twitté la photo-journaliste congolaise Ley Uwera.

Un autre internaute dénonce en commentaire une "pratique qui symbolise la domination de l'homme blanc sur l'homme noir".

"Il s'agit d'un service qui, à l'occasion, a été offert comme un soutien supplémentaire aux personnes ayant une déficience ou qui pourraient avoir du mal à marcher sur un terrain plus difficile au parc", a expliqué le service de communication des Virunga.

Le volcan Nyiragongo est un des sites du parc Virunga rouvert en février 2019 après huit mois de fermeture liée à des incidents meurtriers et des kidnappings.

L'ascension du Nyiragongo (3.470 m) n'est pas possible sans l'assistance d'accompagnateurs. La montée du volcan nécessite entre 8 à 10 heures de marche. La randonnée est totalement déconseillé aux personnes âgées, aux enfants de bas âge et aux personnes présentant un problème de santé.