Si le nombre de primes octroyées avait tendance à baisser depuis 2010 (1.429 en 2010, 1.087 en 2011, 879 en 2012 et 457 en 2017), il est reparti à la hausse en 2018 (860) et 2019. Et Bruxelles Mobilité annonce déjà près de 400 primes pour le premier trimestre 2020.

Chaque année, la Région bruxelloise prévoit un budget de 750.000 euros pour diminuer l'usage de la voiture privée.

Lorsqu'un Bruxellois rend ses plaques d'immatriculation, il peut ainsi bénéficier soit d'un abonnement MTB (Stib, TEC, de Lijn, SNCB dans Bruxelles) durant un an ainsi que d'un abonnement à Cambio pour un an, soit d'une prime (505 euros maximum) pour acheter un vélo et d'un abonnement Cambio d'un an. Si en plus de faire radier sa plaque, le Bruxellois fait procéder à la destruction de sa voiture, la prime est doublée.

"Le système de primes va être revu pour 2021. Il confirmera l'encouragement au modal shift. Nouveauté, il va aussi prévoir une prime en faveur d'un public précarisé, pour lequel le coût d'un vélo est un frein à son achat", a précisé la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).

Si le nombre de primes octroyées avait tendance à baisser depuis 2010 (1.429 en 2010, 1.087 en 2011, 879 en 2012 et 457 en 2017), il est reparti à la hausse en 2018 (860) et 2019. Et Bruxelles Mobilité annonce déjà près de 400 primes pour le premier trimestre 2020. Chaque année, la Région bruxelloise prévoit un budget de 750.000 euros pour diminuer l'usage de la voiture privée. Lorsqu'un Bruxellois rend ses plaques d'immatriculation, il peut ainsi bénéficier soit d'un abonnement MTB (Stib, TEC, de Lijn, SNCB dans Bruxelles) durant un an ainsi que d'un abonnement à Cambio pour un an, soit d'une prime (505 euros maximum) pour acheter un vélo et d'un abonnement Cambio d'un an. Si en plus de faire radier sa plaque, le Bruxellois fait procéder à la destruction de sa voiture, la prime est doublée. "Le système de primes va être revu pour 2021. Il confirmera l'encouragement au modal shift. Nouveauté, il va aussi prévoir une prime en faveur d'un public précarisé, pour lequel le coût d'un vélo est un frein à son achat", a précisé la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).