La marque et les droits de propriété intellectuelle de Sports Illustrated ont été vendus mardi pour 110 millions de dollars (98,2 millions d'euros) à la société de marketing américaine Authentic Brands Group (ABG) par Meredith Corp.

L'arrangement entre Meredith et ABG est original: la première va recevoir de la seconde une licence lui permettant de continuer "pendant au moins deux ans" à publier la version papier de Sports Illustrated et de gérer son site internet contre des paiements.

Que deviendra le magazine, connu pour ses articles de fond et au portefeuille de photos légendaires, à l'issue de ces deux ans ?

"J'espère vraiment que mes collègues vont continuer à écrire leurs articles fouillés et de grande qualité. Il y a tellement de talent et de tradition chez SI" (Sports Illustrated), s'inquiète par exemple Christopher Clarey, journaliste sportif au New York Times sur son compte Twitter.

Meredith, qui avait mis Sports Illustrated à vendre l'an dernier, a assuré mardi que le magazine allait garder son indépendance éditoriale.

L'arrangement avec ABG suggère toutefois que la marque Sports Illustrated est plus importante que le journal lui-même, qui revendique 3 millions d'abonnés, et traduit également les difficultés actuelles de la presse.

ABG, qui gère une partie du patrimoine de Mohamed Ali, d'Elvis Presley et de Marilyn Monroe, sera responsable du marketing et du développement des affaires de la marque Sports Illustrated.

- Leader du divertissement et du lifestyle -

La société a déjà identifié des opportunités de croissance qu'elle entend explorer, dont l'organisation d'événements et de conférences, la vidéo et la télévision.

ABG entend aussi se servir du nom Sports Illustrated dans l'industrie des jeux en développant des produits et dans le marché des paris sportifs, en plein boom aux Etats-Unis suite à la légalisation progressive Etat par Etat.

"La marque Sports Illustrated bénéficie d'une image favorable qui pose les jalons pour en faire un leader du divertissement et du lifestyle", souligne Jamie Salter, le PDG d'ABG, cité dans le communiqué.

Sports Illustrated a été publié pour la première fois en août 1954 et couvre une panoplie de sports, en plus d'offrir une édition annuelle de maillots de bain.

Au fil des années, le magazine s'est imposé dans la culture populaire, en mettant en une des athlètes dont la popularité transcende leur sport ainsi que des célébrités et politiques influents.

- Mannequin en burkini -

Le boxeur Mohamed Ali, le basketteur Michael Jordan, le golfeur Tiger Woods, la joueuse de tennis Serena Williams ont tous eu les honneurs de la fameuse première de couverture.

"En tant que pionnier et phénomène culturel, Sports Illustrated a créé des moments et des expériences pour ses lecteurs qu'aucune autre marque de sports ne saura répliquer", souligne Nick Woodhouse, le numéro 2 d'ABG.

Sports Illustrated a aussi su capter l'air du temps, en s'invitant dans des problématiques sociétales au coeur des conversations à travers le globe.

Son supplément maillots de bains baptisé "Swimsuit issue", qui fait poser chaque année des mannequins femmes en bikini, a été un des premiers grands magazines à mettre à la une en 1993 une top model noir, Tyra Banks.

Il a récidivé avec cette année, en élargissant la définition du "maillot de bain". Halima Aden, une Américaine d'origine somalienne, née dans le camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, est mise en vedette, vêtue d'un burkini et d'un hijab.

En 2018, c'est la snowboardeuse américaine Brenna Huckaby, amputée d'une jambe, qui était la star du fameux "Siwmsuit issue".