Compagne du roi depuis des années, Suthida Vajiralongkorn na Ayudhya était inscrite dans l'organigramme du palais depuis août 2017 comme commandante-adjoint des gardes du corps du roi.

Le 1er mai, cette femme de 40 ans a fait une entrée fracassante sur le devant de la scène, en épousant Maha Vajiralongkorn, déjà marié et divorcé trois fois.

Samedi, dans l'enceinte du Grand Palais de Bangkok, quelques minutes après que son époux eut posé lui-même sur sa tête la "Grande Couronne de la Victoire", elle s'est prosternée devant lui en signe de respect, cintrée dans une robe traditionnelle de soie rose.

Le roi a versé quelques gouttes d'eau sur son front avant de lui remettre les insignes inhérents à sa nouvelle condition de reine. Puis, elle a pris place à ses côtés dans la salle du trône.

© Isopix

Son mariage récent, trois jours avant le couronnement, peut être perçu comme "un moyen de légitimer davantage le roi. Un monarque est censé avoir une reine et maintenant il en a une", relève Paul Chambers, spécialiste de politique thaïlandaise à l'Université de Naresuan, dans le nord du pays, interrogé par l'AFP.

- "Issue du peuple" -

Rien ne prédestinait Suthida à un parcours aussi exceptionnel. Née le 3 juin 1978, elle a étudié dans une école catholique, fréquentée par la jeunesse dorée de Bangkok, l'université de l'Assomption, où elle a obtenu en 2000 un diplôme en Arts de la communication.

Elle a ensuite travaillé comme hôtesse de l'air pour la compagnie aérienne nationale Thai Airways. "C'est une reine issue du peuple", relève Sophie Boisseau du Rocher, spécialiste de la Thaïlande à l'IFRI (Institut Français des Relations Internationales), à la différence de l'ancienne reine Sirikit Kitiyakorn.

La veuve de Bhumibol Adulyadej, aujourd'hui âgée de 86 ans, est l'arrière petite-fille du roi Rama V, une filiation qu'elle partageait avec son époux, petit-fils de ce monarque. Suthida aurait rencontré Maha Vajiralongkorn, alors prince héritier, en 2007, à l'occasion d'un évènement caritatif, d'après un journal local. Elle était alors hôtesse de l'air et lui, titulaire d'un brevet de pilote, pilotait un avion de la Thai Airways.

© AFP

Elle a rejoint les rangs de l'armée royale thaïlandaise en novembre 2013 et a, depuis, gravi très rapidement les échelons. Moins d'un an plus tard, elle a intégré la prestigieuse faction des gardes du corps du roi.

En décembre 2016, deux mois après le décès de Bhumibol Adulyadej et alors que son fils Maha Vajiralongkorn vient de monter sur le trône, elle est promue générale, puis commandante-adjoint des gardes du corps du roi.

Le couple a pris l'habitude de séjourner très fréquemment en Bavière, où Maha Vajiralongkorn a plusieurs résidences.

En 2016, le journal allemand Bild avait publié des photos d'elle aux côtés de son futur époux en tenue très peu protocolaire sur le tarmac de l'aéroport de Munich.

Le palais n'a pour l'instant livré aucun élément biographique la concernant et très peu d'éléments ont circulé dans le pays où le lèse-majesté, toute diffamation ou insulte envers la famille royale, est passible de trois à quinze ans d'emprisonnement.

Elle reste donc inconnue des Thaïlandais qui l'ont simplement aperçue à de très rares occasions derrière le souverain lors de cérémonies publiques.

Maha Vajiralongkorn a répudié sa seconde femme, l'accusant de le tromper. Sa troisième épouse, Srirasmi, épousée en secret en 2001, a été déchue de son titre royal en 2014. Depuis, plusieurs membres de la famille de cette roturière ont été placés derrière les barreaux pour lèse-majesté.

Suthida "jouera pleinement son rôle si jamais elle devient mère d'un fils héritier", relève Sophie Boisseau du Rocher. Le roi a sept enfants, mais a renié quatre de ses fils. Le fils de Srirasmi, Dipangkorn Rasmijoti, 14 ans, occupe pour le moment la première place dans l'ordre de succession.