Un prénom a-t-il le pouvoir de sceller un destin ? Dès la naissance, quelques syllabes que l'on n'a pas choisies vous tintinnabulent à l'oreille, comme d'autres mots doux de l'enfance qui vous forgent, à votre insu. Installé à la terrasse jazzy du café De Muze, à Anvers, un lieu où il aime traîner pour ciseler ses textes, Tamino se souvient avec malice de sa première rencontre avec le prince d'opéra dont il est l'homonyme. " Ma mère nous avait emmenés, mon frère et moi, à La Monnaie, à Bruxelles, voir la version " junior " de La flûte enchantée. On était tout petits. La scénographie était fantastique mais le plus drôle, c'est que j'avais tout le temps l'impression que quelqu'un m'appelait sur la scène. " Il a fini par y trouver sa place, depuis ; deux ans déjà que le rockeur aux aigus prodigieux enchaîne les concerts en Belgique et à l'étranger, volant, les mois derniers, de Montreux à Ronquières, ses guitares en bandoulière...
...