Il a longtemps été menacé par la seule beauté de son pelage, immaculé en hiver, que certains rêvaient de transformer en manteaux de fourrure. Celui que l'on surnomme aussi "isatis" craint moins aujourd'hui les chasseurs que le réchauffement climatique. La hausse progressive des températures pousse désormais le renard roux à migrer vers le nord surtout depuis la quasi disparition de son principal prédateur, le loup gris. Plus costaud et présent en nombre, le goupi...

Il a longtemps été menacé par la seule beauté de son pelage, immaculé en hiver, que certains rêvaient de transformer en manteaux de fourrure. Celui que l'on surnomme aussi "isatis" craint moins aujourd'hui les chasseurs que le réchauffement climatique. La hausse progressive des températures pousse désormais le renard roux à migrer vers le nord surtout depuis la quasi disparition de son principal prédateur, le loup gris. Plus costaud et présent en nombre, le goupil s'attaque aux proies naturelles de son cousin polaire quand il ne s'en prend pas directement à ses petits... Comme pour d'autres espèces fragilisées, il se pourrait donc bien qu'un jour les seuls spécimens encore vivants ne se trouvent plus que dans les zoos ou les parcs animaliers.Celui du Domaine des Grottes de Han a adopté le 27 décembre dernier trois renardeaux nés au Parc Zoologique de Lille en mai 2018: les deux mâles, Jackson et Tjarek et la femelle, Speedy, se sont vu attribuer un terrain de jeu en contrebas de la Canopée, ce sentier de balade à la cime des arbres qui permet d'observer sans trop les déranger les espèces qui vivent plus bas. A peine plus volumineux qu'un gros chat à poil long, le renard polaire ne garde pas en été son pelage blanc qui lui permet de se fondre dans le décor neigeux de son habitat. Il voit sa fourrure tirer vers le gris-brun pour s'adapter aux couleurs de son environnement et c'est donc bien sous cette forme-là que l'on risque de l'apercevoir en Belgique. Selon certaines sources, il aurait d'ailleurs vécu dans nos contrées durant la préhistoire dans les millénaires ayant suivi la dernière glaciation.Curieux de nature, il est moins farouche que le renard roux et devrait se laisser plus facilement repérer par les visiteurs. Avec leurs petites bouilles craquantes, les trois lascars pourraient bien faire un brin d'ombre aux populaires pandas de Pairi Daiza!