Alpes, France
...

Combien parmi vous, amis lecteurs, se sont déjà promis de tenter l'expérience ultime du vol en parapente lors d'une visite à la montagne... et y ont renoncé à la dernière minute, faute de temps ou de témérité? Le site du lac d'Aiguebelette, au coeur de l'avant-pays savoyard, offre l'occasion de vous rattraper. Ici, le décollage s'effectue tout en douceur au départ d'une plate-forme herbeuse située à 900 mètres en surplomb du plus petit, sauvage et turquoise des quatre grands lacs de la région. La topographie des lieux et la maîtrise des courants ascendants permet à votre pilote de prendre assez d'altitude pour dominer non pas le seul lac d'Aiguebelette, mais également celui du Bourget dans la vallée voisine, au pied d'Aix-les-Bains. Le "vol libre", l'autre nom de la discipline, prend alors tout son sens. Et c'est là qu'on se dit: "Pourquoi ai-je attendu si longtemps pour oser?" Sa longue expérience de sauveteur en montagne a donné l'idée à Gilles Leroy de proposer l'une des activités les plus fun et insolites des Alpes et des Pyrénées, qu'il est le seul à pratiquer avec toutes les conditions de sécurité et d'expérience requises. "Je me suis rendu compte que j'effectuais de plus en plus fréquemment des secours de nuit, parce que les gens perdus ou blessés finissent souvent par être pris au piège de la nuit tombée, avec tous les repères qui changent. Je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire sur la manière d'appréhender son environnement, de retrouver confiance en soi et de vaincre ses peurs." Ce survivaliste autoproclamé, fondateur de Latitude Canyon qui emmène les adeptes du canyoning glisser dans les eaux vives des quatre coins du monde, propose depuis peu de pratiquer ce sport de nuit dans plusieurs torrents de France et de Navarre. Sauts, toboggans ou descentes en rappel sous des cascades de plus de 20 mètres se pratiquent au clair de lune dans le faisceau d'une lampe frontale, offrant des sensations pour le moins inédites. Différents niveaux de difficulté permettent l'accès à tous, enfants compris. Mais croyez-en notre expérience, effectuer un rappel de 25 mètres dans le noir et sous une chute d'eau est finalement moins angoissant qu'en plein jour, puisqu'on n'en voit pas le bout. Pas de vertige à la clé donc. Mais quelle émotion! Banale, la randonnée en montagne? Pas quand l'itinéraire offre son lot de surprises. Prenez celui qui conduit au lac Blanc. Posé à 2.500 mètres d'altitude en surplomb de Chamonix, c'est l'un des seuls lacs glaciaires des Alpes, entendez qu'il est directement alimenté par la fonte des glaciers situés en amont. De quoi lui donner une couleur turquoise et consteller ses eaux translucides d'icebergs au coeur de l'été. Ajoutons qu'il est situé sur le versant opposé au Mont-Blanc, offrant sur celui-ci mais aussi sur la Vallée Blanche, les Aiguilles, les Drus ou les glaciers des Bossons et d'Argentières des points de vue uniques tout au long de la promenade. Laquelle grimpe parfois sèchement mais reste accessible à tous, surtout si l'on effectue la première partie du tronçon en télécabine. En revanche, le sentier traverse de nombreux névés parfois bien inclinés et glissants, histoire de renforcer le côté aventureux de la rando. Un bon conseil: emmenez des bâtons de marche. C'est l'un des plus beaux cirques rocheux de France, sinon d'Europe. Et de ses parois vertigineuses, jaillissent partout de majestueuses cascades. Les falaises de Sixt-Fer-à-Cheval se prolongent au-dessus de la vallée du Giffre et c'est là, en surplomb de cette rivière tumultueuse irriguée par les glaciers du cirque, que la compagnie des guides locaux a planté les anneaux qui assurent les prises de la Via Ferrata du Mont. Sans conteste l'une des plus impressionnantes de la région. Au croisement entre la randonnée et l'escalade sur un flanc rocheux de plusieurs centaines de mètres, elle permet à tout un chacun de goûter à la sensation du vide tout en gardant le corps - et le coeur! - bien agrippé. On est pendu au-dessus des célèbres Gorges de Tines, on crapahute de falaise en falaise en empruntant des passerelles suspendues, et on en redemande à l'arrivée au sommet. Sans avoir perdu une miette du paysage environnant, dont on est au balcon. Grimper de branche en branche jusqu'à la cime, sentir, toucher, écouter le vent et le chant des oiseaux, se déplacer et jouer dans le houppier: Grimpe dans les Arbres propose une approche différente de la forêt à Orcières, dans les Hautes-Alpes. Une activité nomade qui permet de vivre au rythme des arbres et de découvrir leurs mystères "d'en haut". Pour les familles qui rêvent d'aventures partagées, elle peut être intégrée à une équipée insolite et ludique étalée sur deux jours: le Raid Urcinia combine différentes épreuves - escalade, VTT, grimpe dans les arbres, canoë sur un lac de montagne, fabrication d'un totem... - sur un parcours de randonnée coupé par une nuit en bivouac, avec repas montagnard et conte sous les étoiles. Qui a dit qu'il fallait rejoindre un océan pour pouvoir kiffer la vague? Au coeur du Valais suisse, la ville de Sion accueille depuis l'été dernier le premier bassin de surf construit en Europe continentale. Alaïa Bay offre plus de 8 300 m2 de vagues destinées à la pratique du surf, tous niveaux confondus. Totalement unique et plutôt atypique mais pas si éloigné, au fond, du snowboard en vogue sur les pistes en hiver. Ici, on s'initie ou on s'aguerrit, mais on peut aussi apprendre le "shaping" via des ateliers qui permettent de découvrir les différentes étapes de fabrication d'une planche de surf... avant de repartir avec celle que l'on a façonnée de ses habiles mains. Caroline Favre a importé aux portes de la Vanoise une discipline née sur les hauts plateaux tibétains. Le yoga Toumo ou "yoga du froid" passe par une immersion dans les eaux glaciaires des lacs et des ruisseaux d'altitude. "A travers le froid, explique cette thérapeute en ayurvéda, on active la chaleur de notre feu intérieur." Avec de nombreuses vertus à la clé: stimulation des défenses naturelles, régénération cellulaire, action anti-inflammatoire et antalgique, boost de la confiance et de l'estime de soi... L'entrée dans l'eau se prépare en pleine conscience pour permettre une immersion jusqu'aux épaules dans une eau à quelques degrés. "On plonge alors au coeur de soi", résume Caroline. Qui s'est par ailleurs associée avec Véronique, une accompagnatrice en montagne, pour proposer une formule inédite et 100% féminine alliant randonnée et yoga sur des itinéraires sauvages et reculés. Objectif: se reconnecter à la nature... et à sa nature intérieure. Quatre jours d'itinérance dans le somptueux décor de la Vanoise, sous le regard des marmottes et des bouquetins. En mode zen.