Là où vivotaient jadis quelques villages de pêcheurs de perles, s'érige désormais l'une des villes-phares de la planète. Grâce aux pétrodollars, le budget n'est pas un problème, et les projets les plus farfelus ont toutes les chances de voir le jour. Bienvenue pour 72 heures dans la cité qui rêve tout haut.
...

Là où vivotaient jadis quelques villages de pêcheurs de perles, s'érige désormais l'une des villes-phares de la planète. Grâce aux pétrodollars, le budget n'est pas un problème, et les projets les plus farfelus ont toutes les chances de voir le jour. Bienvenue pour 72 heures dans la cité qui rêve tout haut.Le décor est très vite planté : gratte-ciel à la pelle. On prend le métro (sans conducteur) et on admire le défilé des 200 tours de Sheikh Zayed Road. Arrivé à la station de Dubai Mall, on emprunte le couloir climatisé (quelques minutes de marche) en direction de Burj Khalifa. On la voit de partout. La " tour dans les nuages ", avec ses 828 mètres de verre et d'aluminium, fait la fierté des Dubaïotes. Burj Khalifa surpasse de loin l'ensemble des bâtiments de la ville. Avant d'être prochainement détrôné par d'autres projets, ce building est aujourd'hui le plus haut du monde. Certains jours, le sommet se perd littéralement dans les cieux...Chaque nouvelle idée baigne dans la démesure. Toujours plus grand, plus haut, plus cher, plus fou. Et plus rapide : en 60 secondes d'ascenseur, on atteint l'observatoire du 124e étage, record mondial ! De là, l'endroit baptisé " At the top " s'ouvre à 360 ° sur la ville et la mer. Mieux : le coin VIP au 148e étage, à 555 mètres d'altitude, forcément dingue au coucher du soleil. Attention, il faut réserver son billet à l'avance, sur Internet.Direction le Dubai Mall, plus vaste centre commercial de la planète, qui immerge le visiteur dans le gigantisme et l'outrance. S'y trouve notamment l'attraction Ski Dubai : sur la plus grande piste artificielle du monde, on skie, on s'offre une descente en bobsleigh, on glisse en luge, on se prend en photo avec des manchots... Et on surfe avec les amplitudes : - 3 °C à l'intérieur, + 50 °C dehors. Pour changer d'élément, on enfile une combinaison et on plonge avec les raies et les requins dans le Dubai Aquarium. Un lunch dans l'ambiance magique du Rainforest Cafe, par exemple. Voire un plat indien, italien ou libanais, n'importe où ailleurs. Puis un " camelccino " - capuccino au lait de dromadaire - pour terminer son repas au Al Majlis...Toujours au mall, frénésie de shopping dans les 1 200 boutiques incluant toutes les grandes enseignes internationales !Pour des achats plus bigarrés et orientaux, on peut faire un saut en taxi vers le quartier de Satwa tout proche. Et, éventuellement, revenir vers le mall pour le spectacle du soir...En soirée, le lac artificiel qui fait face au Dubai Mall se transforme en salle de spectacle en plein air. Toutes les 30 minutes, The Dubai Fountain emporte les spectateurs dans un show son et lumière qui fait scintiller les mirettes.Alors que les températures n'ont pas encore grimpé, cap sur Al Bastakiya, l'un des plus anciens quartiers de la ville, aux ruelles étroites. Sur les toits, des tours à vent, ingénieux système de climatisation. Galeries d'art et petits cafés : l'ambiance est aux antipodes du Dubai ultramoderne. Brève halte au Dubai Museum, installé dans le vaste fort Al Fahidi, résidence des souverains jusqu'en 1896, pour en savoir plus sur l'histoire des émirats. Plongée dans l'univers des 1 001 nuits à la Sheikh Saeed Al Maktoum House. L'une des plus anciennes maisons de l'émirat, dans le plus pur style traditionnel, hébergeait la famille régnante Al Maktoum de 1896 à 1958. Restaurée, elle expose à présent la rude vie d'autrefois, au temps des pêcheurs de perles. On passe dans Hindi Lane, étroite mais très animée. Encens, fleurs et épices guident les pas, tandis que deux temples hindouistes complètent ce morceau d'Inde en concentré. On part ensuite faire provision de tissus, de pashminas, de babouches... au Bur Dubai Old Souk. Petite pause arty au XVA Gallery Art Café, installé dans un bâtiment ancien. Ses plats végétariens, mais aussi ses chambres et sa galerie d'art ont fait sa réputation... non usurpée. Le soleil étant au zénith, rien de tel qu'une balade en abra, cette embarcation traditionnelle qui fonctionne comme un taxi aquatique. On peut en privatiser un pour remonter toute la Creek, le bras de mer qui s'enfonce à l'intérieur de la ville, et admirer la skyline en perpétuelle mutation. Autre option : une promenade au Creek Park, l'un des seuls espaces verts de la ville. Cap vers le quartier ancien de Deira où se trouvent le célèbre souk de l'or et celui des épices, provenant en majorité d'Inde ou d'Iran. On s'y régale de beignets traditionnels, à la viande ou aux légumes, et de jus frais. Plus loin, le marché aux poissons.Pour une petite dose de frisson (ou de vertige), rendez-vous au Level 43, installé en plein air à plus de 155 mètres du sol, au 43e étage du Four Points, sur la Sheikh Zayed Road.En bordure de plage, le Burj al Arab dresse sa voilure de verre face à The Palm, gigantesque archipel artificiel gagné sur l'océan et visible depuis l'espace. Il s'agit du premier hôtel à sept étoiles du globe : ici, pas besoin de s'inquiéter de la taille de votre chambre, vous ne trouverez que des suites (la plus petite s'étend sur 170 m2 ! ). Ce palmier géant abrite (notamment) un restaurant aérien et un resto sous-marin.Cap sur le " nouveau " Dubai où l'on s'offre une balade de 7 kilomètres en " byky ", l'équivalent de notre Villo, sur Marina Walk. Alternative rafraîchissante : un plongeon dans la mer et une pause farniente sur la JBR Beach. Sur la promenade (Al Sabkha Road), un lunch s'impose chez SimSim, histoire d'y déguster fattouche, houmus et autres glaces à la pistache. Découverte du Lost Chambers Aquarium, qui vous entraîne sous la mer, dans les tunnels de l'Atlantis, au milieu de 65 000 animaux marins de toutes tailles.En fin de journée, retour à Dubai Marina Walk pour embarquer sur une boutre (ou " dhow "), bateau traditionnel en bois qui sert encore aujourd'hui aux commerçants opérant entre les deux rives du Golfe arabo-persique. Une inoubliable excursion au coucher du soleil, assis sur des poufs et des tapis. Pour prolonger encore un peu la soirée, les pieds dans le sable, lové dans un canapé design et au son d'une musique paisible, on s'installe au Jetty Lounge, situé dans le One & Only Royal Mirage.