A 7 heures et demie de Bruxelles
...

Avec sa dense couverture verdoyante, les amateurs de nature trouveront certainement le bain dont ils rêvent dans cette envoûtante région allemande qui tutoie la Suisse et l'Autriche. Rendez-vous au lac de Constance, dans la jolie cité médiévale de Lindau qui prend des allures de riviera dès que le soleil se pose sur ses terrasses. Ensuite, c'est déjà le pays des merveilles avec la découverte de deux châteaux de Louis II de Bavière, classés au patrimoine mondial de l'Unesco: Neuschwanstein (photo) et ses formes féeriques d'où l'on s'attend à voir sortir une princesse Disney, et Linderhof dont il ne faut rater ni les jardins ni la promenade en barque sur le lac sous-terrain où résonne la musique de Wagner. Après ces parenthèses hors du temps, on roule tranquillement vers Oberammergau, village typiquement bavarois où les artisans sur bois sont aussi réputés que les maisons rococo peintes en trompe-l'oeil.Même programme du côté de Garmisch- Partenkirchen (vous pouvez l'appeler GaPa), qui n'est rien d'autre que la plus célèbre station de ski allemande et où règne l'immense Zugspitze, le plus haut sommet du pays. En voiture, on atteint ses cimes en se rendant au lac d'Eibsee, puis en prenant un petit téléphérique. De là-haut, par temps clair, on peut contempler la suite de l'itinéraire, dont la charmante commune de Murnau où Kandisky et sa compagne Gabriele Münter venaient peindre durant leurs étés. A faire absolument: poursuivre sa route jusqu'au plus grand lac d'Allemagne, alias le Chiemsee, au milieu duquel flottent trois îles. Sur l'une d'elles, se trouve le troisième château bâti par Louis II de Bavière: le Herrenchiemsee, cousin éloigné de Versailles. Dans le nord-ouest du Pays de Galles, à moins de deux heures de route de Liverpool ou de Manchester, se trouve l'un des trésors les plus méconnus du Royaume-Uni: le Parc National de Snowdonia. Une terre verdoyante de 2.170 km2 et abritant le plus haut sommet du pays: le mont Snowdon qui lui a donné son nom. Bonne nouvelle pour les férus de road trips: il y a quelques mois, les autorités touristiques locales ont lancé un itinéraire qui, selon leurs propres mots, a été "inspiré par la mythique Route 66 américaine". Chacun jugera. Mais niveau décor, vu les tourbières, les marais et les dizaines de lacs, on est quand même plus proche de la somptueuse North Coast 500 des Highlands écossais. Au programme de ce parcours d'environ 580 km? Des surprenantes vallées glacières qui donnent naissance à des chutes d'eau spectaculaires (dont celles de Swallow Falls), des vastes forêts pour marcher ou pédaler, l'immense château médiéval de Conwy, et même plusieurs kilomètres de... plages. Le bonheur à l'état sauvage. A faire absolument: rejoindre le sommet du mont Snowdon (où s'entraîna Edmund Hillary avant d'escalader l'Everest en 1953), soit via des sentiers de randonnée bien balisés, soit via le petit chemin de fer à crémaillère partant de Llanberis. Vue époustouflante garantie, of course! En français: "les pics d'Europe". Qui, avec leurs sommets enneigés, leurs rivières sauvages, leurs hameaux, leurs greniers à grains et leurs ponts romans, n'ont rien à envier aux trésors haut perchés de la Sierra Nevada ou des Pyrénées. Où sommes-nous? A cheval entre les Asturies, la Cantabrie et le Leon, où les vertes vallées forment une région classée "réserve de la biosphère". Pour en faire un tour copieux - sans compter les détours - il faut parcourir environ 220 km. Suggestion: partir de San Vicente vers Las Arenas, le temps d'une boucle qui dévoile des merveilles à chaque tournant, entre la petite ville de Potes au parfum d'eau-de-vie fleurie (la spécialité du coin), l'austère monastère de Santo Toribio de Liébana, les villages de Posada de Valdeon, Cain, Canga de Onis et Arenas de Cabrales où se fabrique un fromage aux saveurs montagnardes (très) prononcées. L'outil à ne pas oublier: une paire de jumelles. Car dans les airs, volent le vautour fauve et l'aigle royal, tandis que les derniers loups alpins d'Espagne vagabondent parmi les hauts alpages... A faire absolument: une escapade dans le parc national de Covadonga, histoire de se dégourdir les jambes au bord des lacs glaciers d'Enol et de La Ercina, dont il est possible de faire le tour en deux petites heures de marche à peine. On dit que pour y passer inaperçu, il faut louer un van et y accrocher une planche de surf. Mais hors saison, les surfeurs se montrent frileux le long des côtes Atlantique. De quoi profiter sereinement d'un paysage qui déploie alors des couleurs insoupçonnées sur ses beaux morceaux de littoral balayés par les embruns. Pertinente case départ: Biscarrosse et son âme landaise typique qui invite à une première petite balade et un pique-nique au bord du lac. Une bonne heure de route plus au sud, on atteint la réserve naturelle du Courant d'Huchet, figée dans le temps entre dunes et forêts denses, où l'on gare sa voiture afin de se laisser embaumer par la quiétude des lieux en compagnie d'un batelier. Plus bas, impossible de contourner la célèbre forêt de pins de Seignosse (aussi composée de... chênes), alias la "perle des Landes". Non loin, la station balnéaire d'Hossegor - où sommeille, selon certains, l'une des plus belles plages de France - constitue une sympathique escale, avec ses jolies maisons aux styles Art déco ou hispanique. Encore plus charmante, sa voisine de Capbreton abrite l'unique port de la côte landaise, et la douceur de vivre y règne toute l'année, notamment grâce à ses excellents petits restos sur le front de mer... A faire absolument: pousser une pointe jusqu'à Dax (à une quarantaine de minutes de Seignosse) pour profiter de l'un des quinze établissements thermaux qu'abrite la ville et s'offrir une parenthèse 100% décompression bien méritée. Bien sûr, la côte Amalfitaine, la route toscane ou les sommets des Dolomites constituent des concurrents de poids en Italie. Mais l'avantage des Abruzzes, c'est que les touristes n'ont pas encore vraiment pris le temps de les fouiller. Du coup, il règne une quiétude permanente sur son bitume comme sur les reliefs de ses paysages verdoyants. Sa capitale de L'Aquila, petit à petit, se remet du tremblement de terre de 2009 ayant secoué ses palais médiévaux, son fort hispanique, ses églises baroques et ses palais Renaissance. Mais la suite du trajet est encore plus enivrante, puisque selon les envies, on peut traverser pas moins de trois parcs nationaux, tous parsemés de bourgs en pierre quasi déserts et qui semblent posés sur leurs éperons rocheux depuis des millénaires. Quelques escales recommandées? Les superbes gorges du Sagittario, où se régalent les cyclistes en été et les skieurs en hiver. Le spectaculaire château de Rocca Calascio servant de mirador au massif des Apennins et offrant un grandiose panorama à 360° sur la vallée. Ou le pittoresque village de San Valentino qui se gagne en roulant à travers les vignes et les potagers. Dans cette ancienne région de transhumance, s'imposent à la fois la majesté et le mystère des grands espaces... A faire absolument: arpenter Sulmona, cité du poète Ovide. Non seulement c'est joli comme tout, mais en plus, on y déguste une spécialité insolite: les confettis, bonbons qui ressemblent à des dragées et sont notamment façonnés à Pelino, la fabrique phare de la ville.