En termes de voyages, l'année 2020 a été douze mois inédits: interdictions et restrictions de voyage, incitation au tourisme de proximité, crainte sanitaire, etc. Les nouveautés n'ont pas manqué, ainsi que les frustrations. 2021 s'ouvre, et avec elle l'espoir d'un retour à une certaine normalité. Voici quelques tendances qui devraient marquer notre manière de voyager les mois qui viennent.

Travaillant pour des fournisseurs de voyages (compagnies aériennes), des hôteliers, des compagnies terrestres et maritimes de transports, et des voyagistes, l'entreprise Amadeus a établi quelques tendances qui devraient marquer le tourisme pour l'année qui débute.

Moins loin de chez soi, ou loin plus longtemps et plus fort

Moins de voyages, mais sur de plus longues périodes, c'est ce que projette de faire le voyageur en 2021, si l'on en croit le rapport d'Amadeus. Ainsi, 55% des voyageurs déclarent vouloir voyager pendant au moins 14 jours et 60% de ne faire que quelques voyages par an désormais.

Les futurs voyages semblent aussi se voir plus grandioses, sans doute pour compenser les frustrations de 2020 dans ce domaine. Faire des expériences uniques, que ces voyages comptent vraiment et soient marquants, notamment en faisant durer le voyage pour en tirer le meilleur parti, tout en prenant moins souvent l'avion. Telles seraient les grandes lignes du programme de 2021.

Une plus petite empreinte carbone et une plus grande solidarité

2019 avait vu émerger le flygskam, cette honte de prendre l'avion pour des raisons écologiques.

Cloués au sol, il semblerait que le voyageur ait pris le temps de réfléchir. Il semblerait que les mentalités aient évolué. Et avec elle l'offre, qui devient de plus en plus verte. Ils seraient 68% de consommateurs à vouloir que l'argent dépensé durant leur voyage revienne à la communauté. Minimiser l'empreinte de leur voyage et que celui-ci ait un impact positif sur le lieu où ils se rendent, sont deux critères qui devraient guider les choix du voyageur en 2021.

Mais comme le #travelshaming devrait perdurer encore - parce que voyager sera encore quelque temps synonyme de faire circuler le virus, voire de l'importer - , partager tout ça sur les réseaux sociaux sera beaucoup moins tendance.

iStock
© iStock

Le voyage pour aller télétravailler

Peut-être même plus que le voyage, la manière de travailler pourrait avoir été encore plus bouleversée. Et l'année à venir pourrait être celle d'une transformation de fond. Notamment l'apparition de travailleur nomade. Ainsi la Barbade a été l'une des premières destinations à proposer un visa de "travailleur nomade" valable un an. Au Portugal, une chaîne d'hôtel propose un tarif réduit pour des séjours de longue durée destinés aux familles qui souhaitent déménager pendant la pandémie, et donc travailler sur place. Pour Airbnb, 2021 sera aussi l'année des séjours longue durée.

Enfin, preuve que voyage rime désormais avec télétravail, le site de Lonely Planet publiait d'ailleurs il y a quelques semaines la liste des meilleurs pays pour travailler à distance

., Getty Images
. © Getty Images

La sécurité des services comme critère principal

Être sûr d'être entre de bonnes mains et en sécurité sanitaire sera aussi un critère pour choisir sa compagnie aérienne, son hôtel, etc. Pour cela, la technologie sans contact sera au centre des opérations. Plusieurs chaînes hôtelières ont déjà adopté le sans contact. Dans les aéroports aussi cette technologie gagne du terrain, notamment grâce à la biométrie, notamment pour les contrôles. Selon une étude, 52% des sondés seraient heureux de partager leurs données personnelles si cela aboutit à une expérience de réservation en ligne personnalisée.

Pour garder le contrôle de l'hygiène, le voyageur privilégiera aussi les maisons de vacances plutôt que les hôtels. En Belgique, Belvilla, par exemple, a déjà enregistré une forte augmentation des réservations pour les vacances scolaires 2021. Les réservations ont déjà doublé pour les vacances de Pâques. Les destinations les plus populaires sont la Belgique, l'Autriche, la France, les Pays-Bas et l'Espagne.

Être parfaitement informé et choisir la flexibilité

Conditions d'annulation, de remboursement, assurances proposées par les compagnies aériennes, ... tout ce qui assure et garantir de retomber sur ses pattes en cas de limitations voire d'annulation de voyage est au centre des préoccupations des voyageurs, dont les 3/4 selon booking.com exigent de connaitre parfaitement ces termes. De là, la flexibilité est devenue essentielle, pour pouvoir s'adapter aux situations de crise. Annuler ou modifier leur date de voyage en cas de problème lié au covid est crucial. D'ailleurs certaines compagnies proposent dans ce sens une assurance covid 19 gratuite, couvrant frais médicaux, rapatriement évacuation ou encore quarantaine lié à la pandémie.

Le retour des agents de voyage

Dans ce même sens, et après leur disparition en quelques années, le retour des agences de voyages pourrait être l'un des faits de 2021. En effet, l'agent de voyage est celui qui informe et recommande avant le voyage. Une option que nombre de voyageurs comptent bien retrouver. Avoir mis au point son périple avec un agent de voyage est la garantie d'avoir un interlocuteur efficace en cas de problème, d'annulation de vol, avant ou sur place. Il permet de ne pas passer à côté de petits caractères dans le contrat. .

Le last voire very last minute

Pour éviter de perdre son billet ou de subir la frustration d'un voyage annulé, il semblerait que la plupart des voyageurs en 2021 opteront pour les réservations à la toute dernière minute, soit seulement un ou deux jours avant le départ, pour être assuré de la possibilité de celui-ci, et de l'accueil sur place.

En termes de voyages, l'année 2020 a été douze mois inédits: interdictions et restrictions de voyage, incitation au tourisme de proximité, crainte sanitaire, etc. Les nouveautés n'ont pas manqué, ainsi que les frustrations. 2021 s'ouvre, et avec elle l'espoir d'un retour à une certaine normalité. Voici quelques tendances qui devraient marquer notre manière de voyager les mois qui viennent. Travaillant pour des fournisseurs de voyages (compagnies aériennes), des hôteliers, des compagnies terrestres et maritimes de transports, et des voyagistes, l'entreprise Amadeus a établi quelques tendances qui devraient marquer le tourisme pour l'année qui débute. Moins de voyages, mais sur de plus longues périodes, c'est ce que projette de faire le voyageur en 2021, si l'on en croit le rapport d'Amadeus. Ainsi, 55% des voyageurs déclarent vouloir voyager pendant au moins 14 jours et 60% de ne faire que quelques voyages par an désormais.Les futurs voyages semblent aussi se voir plus grandioses, sans doute pour compenser les frustrations de 2020 dans ce domaine. Faire des expériences uniques, que ces voyages comptent vraiment et soient marquants, notamment en faisant durer le voyage pour en tirer le meilleur parti, tout en prenant moins souvent l'avion. Telles seraient les grandes lignes du programme de 2021. 2019 avait vu émerger le flygskam, cette honte de prendre l'avion pour des raisons écologiques. Cloués au sol, il semblerait que le voyageur ait pris le temps de réfléchir. Il semblerait que les mentalités aient évolué. Et avec elle l'offre, qui devient de plus en plus verte. Ils seraient 68% de consommateurs à vouloir que l'argent dépensé durant leur voyage revienne à la communauté. Minimiser l'empreinte de leur voyage et que celui-ci ait un impact positif sur le lieu où ils se rendent, sont deux critères qui devraient guider les choix du voyageur en 2021.Mais comme le #travelshaming devrait perdurer encore - parce que voyager sera encore quelque temps synonyme de faire circuler le virus, voire de l'importer - , partager tout ça sur les réseaux sociaux sera beaucoup moins tendance. Peut-être même plus que le voyage, la manière de travailler pourrait avoir été encore plus bouleversée. Et l'année à venir pourrait être celle d'une transformation de fond. Notamment l'apparition de travailleur nomade. Ainsi la Barbade a été l'une des premières destinations à proposer un visa de "travailleur nomade" valable un an. Au Portugal, une chaîne d'hôtel propose un tarif réduit pour des séjours de longue durée destinés aux familles qui souhaitent déménager pendant la pandémie, et donc travailler sur place. Pour Airbnb, 2021 sera aussi l'année des séjours longue durée.Enfin, preuve que voyage rime désormais avec télétravail, le site de Lonely Planet publiait d'ailleurs il y a quelques semaines la liste des meilleurs pays pour travailler à distance Être sûr d'être entre de bonnes mains et en sécurité sanitaire sera aussi un critère pour choisir sa compagnie aérienne, son hôtel, etc. Pour cela, la technologie sans contact sera au centre des opérations. Plusieurs chaînes hôtelières ont déjà adopté le sans contact. Dans les aéroports aussi cette technologie gagne du terrain, notamment grâce à la biométrie, notamment pour les contrôles. Selon une étude, 52% des sondés seraient heureux de partager leurs données personnelles si cela aboutit à une expérience de réservation en ligne personnalisée.Pour garder le contrôle de l'hygiène, le voyageur privilégiera aussi les maisons de vacances plutôt que les hôtels. En Belgique, Belvilla, par exemple, a déjà enregistré une forte augmentation des réservations pour les vacances scolaires 2021. Les réservations ont déjà doublé pour les vacances de Pâques. Les destinations les plus populaires sont la Belgique, l'Autriche, la France, les Pays-Bas et l'Espagne. Conditions d'annulation, de remboursement, assurances proposées par les compagnies aériennes, ... tout ce qui assure et garantir de retomber sur ses pattes en cas de limitations voire d'annulation de voyage est au centre des préoccupations des voyageurs, dont les 3/4 selon booking.com exigent de connaitre parfaitement ces termes. De là, la flexibilité est devenue essentielle, pour pouvoir s'adapter aux situations de crise. Annuler ou modifier leur date de voyage en cas de problème lié au covid est crucial. D'ailleurs certaines compagnies proposent dans ce sens une assurance covid 19 gratuite, couvrant frais médicaux, rapatriement évacuation ou encore quarantaine lié à la pandémie. Dans ce même sens, et après leur disparition en quelques années, le retour des agences de voyages pourrait être l'un des faits de 2021. En effet, l'agent de voyage est celui qui informe et recommande avant le voyage. Une option que nombre de voyageurs comptent bien retrouver. Avoir mis au point son périple avec un agent de voyage est la garantie d'avoir un interlocuteur efficace en cas de problème, d'annulation de vol, avant ou sur place. Il permet de ne pas passer à côté de petits caractères dans le contrat. . Pour éviter de perdre son billet ou de subir la frustration d'un voyage annulé, il semblerait que la plupart des voyageurs en 2021 opteront pour les réservations à la toute dernière minute, soit seulement un ou deux jours avant le départ, pour être assuré de la possibilité de celui-ci, et de l'accueil sur place.