En juillet, l'Espagne a reçu 10 millions de visiteurs étrangers, soit 4,9% de moins qu'un an auparavant, ce qui représente la première baisse pour un mois de juillet depuis 2009. Le nombre de visiteurs français a particulièrement chuté, de 11,4% par rapport à juillet 2017. Les arrivées en provenance du Royaume-Uni, représentant près d'un cinquième du total, ont également baissé de 5,6%, la dépréciation de la livre rendant moins abordables pour les Britanniques les vacances dans la zone euro.

L'Espagne, deuxième destination touristique mondiale derrière la France, a profité ces dernières années de la désaffection des touristes pour les destinations au Moyen-Orient et en Afrique du nord en raison des problèmes de sécurité. Un nombre record de 82 millions de personnes ont visité l'Espagne en 2017, contribuant à la reprise économique du pays, durement frappé par la crise de 2008 et dont le secteur touristique représente 10% du PIB.

Interrogé sur cette baisse sur la radio Cadena SER, le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez a relativisé en soulignant que le nombre total de touristes depuis le début de l'année restait "historiquement haut". Sur les sept premiers mois de l'année, le nombre de visiteurs a en effet progressé de 0,3%, à 47 millions, ce qui reste loin des hausses à deux chiffres enregistrées les années précédentes. Selon le groupe spécialisé dans les voyages organisés Thomas Cook, l'Espagne a souffert de la concurrence de destinations meilleur marché comme Antalya en Turquie.

En juillet, l'Espagne a reçu 10 millions de visiteurs étrangers, soit 4,9% de moins qu'un an auparavant, ce qui représente la première baisse pour un mois de juillet depuis 2009. Le nombre de visiteurs français a particulièrement chuté, de 11,4% par rapport à juillet 2017. Les arrivées en provenance du Royaume-Uni, représentant près d'un cinquième du total, ont également baissé de 5,6%, la dépréciation de la livre rendant moins abordables pour les Britanniques les vacances dans la zone euro. L'Espagne, deuxième destination touristique mondiale derrière la France, a profité ces dernières années de la désaffection des touristes pour les destinations au Moyen-Orient et en Afrique du nord en raison des problèmes de sécurité. Un nombre record de 82 millions de personnes ont visité l'Espagne en 2017, contribuant à la reprise économique du pays, durement frappé par la crise de 2008 et dont le secteur touristique représente 10% du PIB. Interrogé sur cette baisse sur la radio Cadena SER, le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez a relativisé en soulignant que le nombre total de touristes depuis le début de l'année restait "historiquement haut". Sur les sept premiers mois de l'année, le nombre de visiteurs a en effet progressé de 0,3%, à 47 millions, ce qui reste loin des hausses à deux chiffres enregistrées les années précédentes. Selon le groupe spécialisé dans les voyages organisés Thomas Cook, l'Espagne a souffert de la concurrence de destinations meilleur marché comme Antalya en Turquie.