L'eau est trop froide pour la baignade, cette île qui fut une base sous-marine durant les deux guerres mondiales est battue par les vents et le beau temps est rare. Non, les vacanciers sont venus profiter d'un autre spectacle.

Chaque année, entre novembre et janvier, la dune de Helgoland - la "terre sacrée" en allemand - est envahie par les phoques qui viennent mettre bas. Les nouveaux-nés à la fourrure blanche et aux airs de peluche font le bonheur des photographes amateurs.

. © AFP
. © AFP

Si près

"Ils sont si près. Je les regarde souvent à la télévision, mais ici c'est encore plus passionnant", explique Karin, une touriste allemande venue d'Essen, dans l'ouest de l'Allemagne.

Depuis novembre, plus de 520 naissances ont déjà été recensées par l'association Jordsand, qui travaille à la préservation de la biodiversité des espaces côtiers.

Avec deux rangers employés par la commune de Helgoland, des employés de l'association surveillent aussi les touristes sur cette île au romantisme sauvage, où fut écrit au 19ème siècle le texte de l'hymne national allemand.

Les visiteurs ont pour consigne de ne pas s'approcher à moins de 30 mètres des phoques, notamment pendant la période de reproduction.

. © AFP
. © AFP
. © AFP

Malgré l'affection qu'ils suscitent quand ils sont petits, les phoques adultes peuvent peser jusqu'à 300 kilos. Ils n'hésitent pas non plus à mordre pour se défendre.

Ute Pausch, ranger sur la dune de Helgoland, évoque un autre problème. "Parfois, les touristes oublient les limites et s'approchent trop. Il y a des conséquences négatives en été car les phoques s'habituent aux gens. Quand ils veulent jouer dans l'eau, ils peuvent blesser les baigneurs".

Un chemin en bois a donc été aménagé pour tenir les visiteurs à distance. D'autant plus que, depuis plusieurs années, le nombre de phoques rassemblés sur la plage a augmenté.

Réchauffement climatique

Elmar Ballstädt est membre de l'association Jordsand : "Ils sont de plus en plus nombreux. Selon moi, c'est parce qu'ici la nourriture est abondante."

Une des raisons possibles selon les chercheurs: le réchauffement de la température de l'eau de 1,6 degré ces 45 dernières années, conséquence du réchauffement climatique. "Mais si le niveau de l'eau augmente, nous aurons sûrement de nouveaux défis à régler", ajoute Ballstädt. En effet, la surface disponible sur l'île serait alors réduite.

Si les phoques se rendent sur la terre pour mettre bas, les nouveaux-nés restent encore trois semaines auprès de leur mère, le temps du sevrage, avant de se jeter à l'eau.

Ces prochaines semaines, les derniers petits prendront le large, mais ils ne quitteront pas la mer du Nord. En effet, dès le printemps prochain ils seront de retour sur Helgoland, le temps pour eux de changer de fourrure et de se trouver de nouveau dans le champ des photographes.

. © AFP
L'eau est trop froide pour la baignade, cette île qui fut une base sous-marine durant les deux guerres mondiales est battue par les vents et le beau temps est rare. Non, les vacanciers sont venus profiter d'un autre spectacle.Chaque année, entre novembre et janvier, la dune de Helgoland - la "terre sacrée" en allemand - est envahie par les phoques qui viennent mettre bas. Les nouveaux-nés à la fourrure blanche et aux airs de peluche font le bonheur des photographes amateurs.Si près"Ils sont si près. Je les regarde souvent à la télévision, mais ici c'est encore plus passionnant", explique Karin, une touriste allemande venue d'Essen, dans l'ouest de l'Allemagne.Depuis novembre, plus de 520 naissances ont déjà été recensées par l'association Jordsand, qui travaille à la préservation de la biodiversité des espaces côtiers.Avec deux rangers employés par la commune de Helgoland, des employés de l'association surveillent aussi les touristes sur cette île au romantisme sauvage, où fut écrit au 19ème siècle le texte de l'hymne national allemand.Les visiteurs ont pour consigne de ne pas s'approcher à moins de 30 mètres des phoques, notamment pendant la période de reproduction.Malgré l'affection qu'ils suscitent quand ils sont petits, les phoques adultes peuvent peser jusqu'à 300 kilos. Ils n'hésitent pas non plus à mordre pour se défendre.Ute Pausch, ranger sur la dune de Helgoland, évoque un autre problème. "Parfois, les touristes oublient les limites et s'approchent trop. Il y a des conséquences négatives en été car les phoques s'habituent aux gens. Quand ils veulent jouer dans l'eau, ils peuvent blesser les baigneurs".Un chemin en bois a donc été aménagé pour tenir les visiteurs à distance. D'autant plus que, depuis plusieurs années, le nombre de phoques rassemblés sur la plage a augmenté.Réchauffement climatique Elmar Ballstädt est membre de l'association Jordsand : "Ils sont de plus en plus nombreux. Selon moi, c'est parce qu'ici la nourriture est abondante."Une des raisons possibles selon les chercheurs: le réchauffement de la température de l'eau de 1,6 degré ces 45 dernières années, conséquence du réchauffement climatique. "Mais si le niveau de l'eau augmente, nous aurons sûrement de nouveaux défis à régler", ajoute Ballstädt. En effet, la surface disponible sur l'île serait alors réduite.Si les phoques se rendent sur la terre pour mettre bas, les nouveaux-nés restent encore trois semaines auprès de leur mère, le temps du sevrage, avant de se jeter à l'eau.Ces prochaines semaines, les derniers petits prendront le large, mais ils ne quitteront pas la mer du Nord. En effet, dès le printemps prochain ils seront de retour sur Helgoland, le temps pour eux de changer de fourrure et de se trouver de nouveau dans le champ des photographes.