"Les conditions actuelles de santé de l'ordre public ne vont en aucune manière vers une situation qui pourrait nous permettre de vivre les carnavals pleinement", a indiqué Laurent Devin, bourgmestre de Binche. "Il faudra faire preuve de patience et de courage en attendant les carnavals en 2022. Nous savons que cette décision, qui est le fruit de plusieurs concertations, va avoir des conséquences sur la vie des Binchois. Nous avons consulté les forces de l'ordre, les services de la santé, des membres du comité de concertation ainsi que tous les présidents des carnavals de l'entité. L'avis a été unanime."

Le président de l'Association de Défense du Folklore, Daniel Pourbaix, a de son côté indiqué que le carnaval de Binche se vit pleinement. "Nous ne voulons pas d'un carnaval au rabais. Nous avions certes un peu d'espoir à la fin du mois d'août, quand la situation sanitaire s'améliorait. Mais l'arrivée de la deuxième vague de la pandémie a fait que l'espoir est devenu très ténu. Nous ne pouvons pas envisager de vivre un carnaval soldé. La décision de l'annulation est volontaire et pleine de sagesse. Notre folklore est certes en deuil mais il renaîtra en 2022."

"Les conditions actuelles de santé de l'ordre public ne vont en aucune manière vers une situation qui pourrait nous permettre de vivre les carnavals pleinement", a indiqué Laurent Devin, bourgmestre de Binche. "Il faudra faire preuve de patience et de courage en attendant les carnavals en 2022. Nous savons que cette décision, qui est le fruit de plusieurs concertations, va avoir des conséquences sur la vie des Binchois. Nous avons consulté les forces de l'ordre, les services de la santé, des membres du comité de concertation ainsi que tous les présidents des carnavals de l'entité. L'avis a été unanime."Le président de l'Association de Défense du Folklore, Daniel Pourbaix, a de son côté indiqué que le carnaval de Binche se vit pleinement. "Nous ne voulons pas d'un carnaval au rabais. Nous avions certes un peu d'espoir à la fin du mois d'août, quand la situation sanitaire s'améliorait. Mais l'arrivée de la deuxième vague de la pandémie a fait que l'espoir est devenu très ténu. Nous ne pouvons pas envisager de vivre un carnaval soldé. La décision de l'annulation est volontaire et pleine de sagesse. Notre folklore est certes en deuil mais il renaîtra en 2022."