La roseraie, qui s'étend sur quelque 9.000 m2, se présente elle-même sous la forme d'une rose. Les visiteurs pourront y apprécier les couleurs, les formes et les senteurs de ces fleurs, dont certaines variétés étaient déjà présentes il y a 25 à 30 millions d'années sur la Terre.

© Belgaimage

La collection de roses sauvages du Jardin Botanique est si vaste que 125 des 200 espèces connues y sont représentées, aux côtés des roses "cultivées", croisées depuis plus de 2.000 ans avec leurs soeurs sauvages. D'ici l'été, de nombreux rosiers seront en fleurs, avant d'atteindre leur plein potentiel l'année prochaine.

Lire aussi: La métamorphose du Jardin botanique de Meise, future attraction touristique phare

Le jardin botanique de Meise reconnu internationalement

Le jardin botanique de Meise a été reconnu en mai par le Botanic Gardens Conservation International (BGCI), une association sans but lucratif qui a pour objet la préservation de la diversité botanique, au titre de "Praticien chevronné en conservation" ("Advanced Conservation Practitioner"), c'est-à-dire un jardin botanique qui s'illustre à l'échelle mondiale dans la conservation des espèces végétales, ont fait savoir mercredi ses responsables.

Cette reconnaissance n'a été accordée qu'à 12 jardins botaniques dans le monde. Elle a été décernée après des recherches approfondies sur la valeur de conservation des collections, la recherche scientifique, la formation et le degré de spécialisation du personnel, les efforts consentis, le respect des conventions internationales, etc. Les efforts de conservation se concentrent sur les espèces menacées de Belgique et d'Afrique centrale, mais aussi sur les espèces sauvages apparentées aux cultures économiques comme les bananiers, les caféiers et les haricots.