Le musée d'Auschwitz en Pologne attire de plus en plus de visiteurs

04/01/19 à 15:27 - Mise à jour à 15:28

Source: Afp

Un nombre record de 2,152 millions de visiteurs du monde entier se sont rendus en 2018 dans l'ancien camp d'extermination nazi allemand d'Auschwitz-Birkenau, soit 50.000 personnes de plus qu'en 2017, l'année record précédente, a indiqué vendredi le site du musée.

Le musée d'Auschwitz en Pologne attire de plus en plus de visiteurs

Entrée principale d'Auschwitz, symbole du mal absolu : les voyages scolaires s'y sont développés ces dernières années, les élèves représentant la moitié des visiteurs. © Lucas Vallecillos/Belgaimage

Environ 80% de ces visiteurs étaient accompagnés par l'un des 320 guides-éducateurs du musée parlant une vingtaine de langues. "Un aussi grand pourcentage de ceux qui décident de connaître l'histoire d'Auschwitz lors des visites de groupe guidées revêt une grande importance", a commenté le directeur du musée Piotr Cywinski, cité dans un communiqué.

Cela permet "non seulement d'acquérir un savoir et une compréhension plus approfondis, mais également de dialoguer, de poser des questions sur cette histoire tragique", a-t-il ajouté. "Aucune forme écrite ou un appareil électronique ne remplacera un contact humain lors d'une visite tellement difficile, aussi bien du point de vue de l'information que des émotions'".

Quelque 405.000 Polonais ont visité le site l'an dernier, suivis de 281.000 Britanniques, 136.000 Américains, 116.000 Italiens, 95.000 Espagnols, 76.000 Allemands, 69.000 Français et 65.000 Israéliens.

Le site internet du musée du camp a été visité plus de 27 millions de fois, alors que quelque 275.000 personnes suivent le musée sur Twitter et 265.000 sur Facebook.

Pendant la Seconde guerre mondiale, environ 1,1 million de personnes, dont près d'un million de Juifs, ont été tuées par les nazis dans le camp d'Auschwitz-Birkenau, installé dans le sud de la Pologne occupée, entre 1940 à 1945.

Les autres victimes furent surtout des Polonais non-juifs, des tziganes et des prisonniers soviétiques.

Nos partenaires