Y participer n'est pas chose facile. Trente candidates, qui doivent avoir moins de 18 ans, sont sélectionnées par un comité local. Puis un jury choisit sept d'entre elles. Chacune est bénie et symbolise une des filles du légendaire roi Kabinlaphom, décapité.

© AFP

Le jour du Nouvel an, accompagnées de gardes du corps, elles se rendent au temple bouddhiste de Wat Xien Thong, l'un des plus sacrés de l'ancienne capitale royale Luang Prabang, et déposent des offrandes.

© AFP

"Si elle gagne, elle sera célèbre pendant toute une année! C'est très spécial pour les filles laotiennes", s'enthousiasme Kini, venue soutenir sa soeur, Mila Douangmixay.

© AFP

Le spectacle est un moment fort des célébrations du Nouvel An bouddhiste qui attirent des milliers de fidèles et de touristes à Luang Prabang.

© AFP

Des éléphants défilent dans les rues, des stupas de sable sont sculptés sur les rives du Mékong, et des hommes masqués, qui représentent les protecteurs sacrés du pays, dirigent une procession.

© AFP

Mais le concours de beauté, connu sous le nom de "Nang Sang Khan", reste l'évènement le plus prisé: la gagnante aura les honneurs toute l'année jusqu'à ce que la prochaine "fille" bénie de Kabinlaphom soit élue.

Cette année, Mila Douangmixay a été désignée Miss Laos 2019.

© AFP
© AFP
© AFP
© AFP