Bien qu'elles soient légalement tenues d'indemniser les passagers pour les vols annulés, de nombreuses compagnies aériennes ont forcé les voyageurs à accepter plutôt des "vouchers", soit des bons à valoir, analyse la CCE. Après la fermeture des frontières par les gouvernements européens, environ 7.000 routes aériennes ont été interrompues dans le réseau aéroportuaire européen, selon les auditeurs et auditrices.

Des dizaines de millions de passagers ont dû annuler leurs projets de voyage entre mars de l'année dernière et mars 2021, avec la suppression de 70% des vols. "Les passagers ont en fait été laissés dans l'ignorance de leurs droits et perdaient de l'argent en conséquence", a déclaré l'auditrice belge Annemie Turtelboom, ancienne ministre fédérale, lors d'un point presse. Alors que de nombreux vacanciers n'ont pas reçu d'indemnisation financière dans le délai prescrit par la loi européenne (sept jours s'il s'agit d'un simple vol, ou 14 jours s'il fait partie d'un forfait), les compagnies aériennes ont reçu des milliards d'euros d'aides d'État. Les pays de l'UE ont dépensé un total de 35 milliards d'euros pour soutenir les compagnies aériennes, a précisé Annemie Turtelboom.

Certains passagers n'ont pas été remboursés du tout, ou n'ont reçu que des "vouchers". Avant le rapport du CCE, la Commission européenne a appelé lundi les compagnies aériennes à améliorer leur gestion des annulations de vols. "Les compagnies aériennes doivent respecter les droits des consommateurs lorsque des vols sont annulés", a commenté le commissaire à la Justice Didier Reynders.

Bien qu'elles soient légalement tenues d'indemniser les passagers pour les vols annulés, de nombreuses compagnies aériennes ont forcé les voyageurs à accepter plutôt des "vouchers", soit des bons à valoir, analyse la CCE. Après la fermeture des frontières par les gouvernements européens, environ 7.000 routes aériennes ont été interrompues dans le réseau aéroportuaire européen, selon les auditeurs et auditrices. Des dizaines de millions de passagers ont dû annuler leurs projets de voyage entre mars de l'année dernière et mars 2021, avec la suppression de 70% des vols. "Les passagers ont en fait été laissés dans l'ignorance de leurs droits et perdaient de l'argent en conséquence", a déclaré l'auditrice belge Annemie Turtelboom, ancienne ministre fédérale, lors d'un point presse. Alors que de nombreux vacanciers n'ont pas reçu d'indemnisation financière dans le délai prescrit par la loi européenne (sept jours s'il s'agit d'un simple vol, ou 14 jours s'il fait partie d'un forfait), les compagnies aériennes ont reçu des milliards d'euros d'aides d'État. Les pays de l'UE ont dépensé un total de 35 milliards d'euros pour soutenir les compagnies aériennes, a précisé Annemie Turtelboom. Certains passagers n'ont pas été remboursés du tout, ou n'ont reçu que des "vouchers". Avant le rapport du CCE, la Commission européenne a appelé lundi les compagnies aériennes à améliorer leur gestion des annulations de vols. "Les compagnies aériennes doivent respecter les droits des consommateurs lorsque des vols sont annulés", a commenté le commissaire à la Justice Didier Reynders.