La visite commence par une promenade d'environ deux kilomètres dans les jardins du Domaine royal. Les visiteurs sont ensuite invités à découvrir l'intérieur des plus grandes Serres: la Serre de l'Embarcadère, la Serre du Congo, le Jardin d'hiver et l'Orangerie.

En raison des mesures sanitaires, les petites serres - avec leurs nombreuses fleurs - ne peuvent être visitées. Il n'est en effet pas possible de garantir la distance recommandée entre les visiteurs.

Il est important de noter que les réservations en ligne sont obligatoires. Les visiteurs peuvent réserver un créneau horaire sur www.koninklijke-serres-royales.be. Aucun billet ne peut être acheté à la porte du Palais et il est impossible de réserver sur place.

La promenade, pour la première fois aussi en extérieur, permettra aux visiteurs de découvrir des éléments architecturaux qui ornent les jardins, tels que les ruines d'un temple au bord d'un des étangs, la roseraie en arc de cercle et l'atelier de la reine Élisabeth.

L'atelier de la reine Elisabeth
L'atelier de la reine Elisabeth

La partie la plus sauvage des jardins sera également partiellement accessible, non pas aux visiteurs ordinaires lors de l'ouverture annuelle, mais aux élèves de 5e année primaire des écoles de la Ville de Bruxelles: à partir de la mi-mai, le Palais organisera des promenades éducatives guidées autour de la biodiversité. L'objectif est d'accueillir un millier d'élèves sur l'année.

BRU43 - 20030415 - LAEKEN-LAKEN, BELGIUM : The Royal Park in Laken-Laeken pictured on Tuesday 15 April 2003. The serres will be opened for the public from Wednesday 16 April on. BELGA PHOTO YVES BOUCAU
BRU43 - 20030415 - LAEKEN-LAKEN, BELGIUM : The Royal Park in Laken-Laeken pictured on Tuesday 15 April 2003. The serres will be opened for the public from Wednesday 16 April on. BELGA PHOTO YVES BOUCAU

Les Serres seront dorénavant chauffées par un nouveau réseau de chaleur, a expliqué vendredi matin, lors de la visite de presse, la porte-parole du Palais, Lore Vandoorne. "Depuis l'incinérateur de Neder-Over-Heembeek, 4,5 kilomètres de tuyaux ont été posés jusqu'au Domaine royal de Laeken. Ces tuyaux apporteront une partie de la chaleur résiduelle de l'incinérateur aux chaudières du domaine. Le réseau couvre environ 90% des besoins énergétiques des serres, ce qui réduit considérablement la consommation de combustibles fossiles du domaine."

La visite commence par une promenade d'environ deux kilomètres dans les jardins du Domaine royal. Les visiteurs sont ensuite invités à découvrir l'intérieur des plus grandes Serres: la Serre de l'Embarcadère, la Serre du Congo, le Jardin d'hiver et l'Orangerie. En raison des mesures sanitaires, les petites serres - avec leurs nombreuses fleurs - ne peuvent être visitées. Il n'est en effet pas possible de garantir la distance recommandée entre les visiteurs. Il est important de noter que les réservations en ligne sont obligatoires. Les visiteurs peuvent réserver un créneau horaire sur www.koninklijke-serres-royales.be. Aucun billet ne peut être acheté à la porte du Palais et il est impossible de réserver sur place. La promenade, pour la première fois aussi en extérieur, permettra aux visiteurs de découvrir des éléments architecturaux qui ornent les jardins, tels que les ruines d'un temple au bord d'un des étangs, la roseraie en arc de cercle et l'atelier de la reine Élisabeth. La partie la plus sauvage des jardins sera également partiellement accessible, non pas aux visiteurs ordinaires lors de l'ouverture annuelle, mais aux élèves de 5e année primaire des écoles de la Ville de Bruxelles: à partir de la mi-mai, le Palais organisera des promenades éducatives guidées autour de la biodiversité. L'objectif est d'accueillir un millier d'élèves sur l'année. Les Serres seront dorénavant chauffées par un nouveau réseau de chaleur, a expliqué vendredi matin, lors de la visite de presse, la porte-parole du Palais, Lore Vandoorne. "Depuis l'incinérateur de Neder-Over-Heembeek, 4,5 kilomètres de tuyaux ont été posés jusqu'au Domaine royal de Laeken. Ces tuyaux apporteront une partie de la chaleur résiduelle de l'incinérateur aux chaudières du domaine. Le réseau couvre environ 90% des besoins énergétiques des serres, ce qui réduit considérablement la consommation de combustibles fossiles du domaine."