Les taux d'occupation "ont augmenté de sept points par rapport à la saison précédente pour les stations situées entre 630 et 1.300 mètres" d'altitude, a indiqué dans un communiqué l'observatoire, qui s'est appuyé sur un panel de 380.000 lits "représentatifs du marché de la montagne" pour établir cette tendance.

Cette hausse "grimpe à treize points sur la semaine du Nouvel An", avec un taux d'occupation estimé à 82% pour cette typologie de stations de ski, contre 69% l'an dernier sur la même période.

Si elle est moins spectaculaire, cette embellie de la fréquentation touche également les stations situées entre 1.300 et 1.700 mètres d'altitude, qui enregistrent une progression de cinq points. Au-dessus de 1.700 mètres d'altitude, la croissance du taux d'occupation gagne deux points.

La clientèle française a plus massivement fréquenté les stations de ski des Alpes du nord, plus enneigées. "Un recul est plus fréquemment avancé pour les autres massifs, et notamment ceux ayant connu des situations d'enneigement plus instables", précise l'observatoire.

Si "la plupart des domaines skiables alpins" réalisent un début de saison "satisfaisant", ceux situés dans les Pyrénées, le Massif Central, le Jura et les Vosges pâtissent du manque de neige pour cette période. Les Alpes, qui "rassemblent 85% de l'activité" ski, "tirent ainsi la fréquentation nationale, en hausse de 12%, au-dessus de la moyenne des quatre précédents hivers", note l'observatoire.