Des vagues à la côte belge, un fantasme? La mer y est plate comme les polders, on est d'accord? Réponse: absolument pas. Si les rouleaux de deux mètres sont plutôt rares, notre littoral n'est pas avare en reliefs fantasques et gracieux, à condition d'ouvrir au bon moment la fenêtre d'opportunités. Et ne jamais reporter un départ à plus tard. Généralement, c'est en hiver que les vagues sont les plus spectaculaires, mais la belle saison réserve d'excellentes surprises. Pour cueillir à point ce fruit du subtil ballet de la houle, du vent et des marées, une connaissance poussée de la météo s'impose... mais à défaut, des sites Internet spécialisés - comme fr.surf-forecast.com - peuvent déjà délivrer des infos précieuses. Certains permettent même de s'abonner à des alertes WhatsApp... ou de s'initier à la météo du surf. Prévoir soi-même l'arrivée des meilleures vagues peut se révéler un sacré gain de temps. Besoin d'un coup de pouce? Le site webcamspot.be contrôle en direct l'état de la mer.
...

Des vagues à la côte belge, un fantasme? La mer y est plate comme les polders, on est d'accord? Réponse: absolument pas. Si les rouleaux de deux mètres sont plutôt rares, notre littoral n'est pas avare en reliefs fantasques et gracieux, à condition d'ouvrir au bon moment la fenêtre d'opportunités. Et ne jamais reporter un départ à plus tard. Généralement, c'est en hiver que les vagues sont les plus spectaculaires, mais la belle saison réserve d'excellentes surprises. Pour cueillir à point ce fruit du subtil ballet de la houle, du vent et des marées, une connaissance poussée de la météo s'impose... mais à défaut, des sites Internet spécialisés - comme fr.surf-forecast.com - peuvent déjà délivrer des infos précieuses. Certains permettent même de s'abonner à des alertes WhatsApp... ou de s'initier à la météo du surf. Prévoir soi-même l'arrivée des meilleures vagues peut se révéler un sacré gain de temps. Besoin d'un coup de pouce? Le site webcamspot.be contrôle en direct l'état de la mer. C'est hélas la vérité: les surfeurs sont des bourlingueurs invétérés qui protègent leurs planches à grand renfort de papier bulle et qui polluent allègrement la mer de litres d'écran solaire. Parmi la communauté, la prise de conscience n'en est encore qu'à ses balbutiements. En Belgique, l'équipe des Proper Strand Lopers, qui arpente inlassablement nos plages pour les déblayer, pourrait se révéler une piste. Mais la question environnementale doit clairement être posée par les surfeurs eux-mêmes. Tout au plus le littoral a-t-il droit, une fois par an, à un grand nettoyage par le biais de l'Eneco Clean Beach Cup... à laquelle tous les clubs de surf participent. C'est bien. Mais il y a moyen de faire mieux. En réalité, il n'y a pas vraiment de "meilleurs endroits" pour faire du surf à la côte belge. Par contre, il y en a qui sont clairement beaucoup plus courus que d'autres, et qu'il vaut mieux éviter pour ne pas devoir se frayer un chemin sur une mer de planches. Notre suggestion est simple: ne pas s'installer au même endroit que les autres. Pour les débutants, c'est encore plus important: moins les surfeurs aguerris s'agiteront autour de vous, plus vite vous progresserez. Parmi les sites moins fréquentés, citons Westende (à hauteur du club de surf De Kwinte), Outside Oostende (devant le club éponyme), Wenduine (devant le Surfing Elephant), les escaliers entre Ostende et Bredene et la plage de King Beach à Blankenberge (où le surf est néanmoins interdit en haute saison). Pour calmer la faim après l'effort ou en attendant les instants parfaits pour s'élancer, installez-vous chez Punta Pura au Coq, un resto pop-up exploité par Alana Benitez et le surfeur Zeno Lange, qui a fait ses débuts à la pizzeria de ses parents avant d'ouvrir sa propre enseigne. Le couple y propose des buddha bowls qui empruntent toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, des burgers de noisettes et d'autres spécialités végétariennes décapantes imaginées en collaboration avec le spécialiste du bio La vie est belle. Un snack-bar sain et branché, alternative pleine de fraîcheur aux tea-rooms un brin surranés de la station balnéaire... Et Ostende, dans tout cela? Elle mérite évidemment le titre de capitale belge du surf, et haut la main. Le nombre d'adeptes y a explosé au cours du confinement (l'hiver dernier, les combinaisons chaudes étaient devenues à peu près introuvables!) et la belle Ostendaise s'est très vite imposée comme le lieu de retrouvailles par excellence pour les férus de vagues. On y trouve notamment une boutique de surf (@underthelighthouse.surf), un fabricant de planches ou shaper (Oscar Gonzalez Torres @surfers_hell), une bière dédiée au surf (@poppolou) et un bar de plage ensoleillé tenu par un chef-coq et surfeur (Fabrice Van Besien @chiribeach). Mieux: en poussant la porte du Decathlon local, vous tomberez sur un choix impressionnant de planches, leashes, combinaisons ou nageoires... et des conseils avisés de la part des vendeurs. Même si ce ne sont "que" les vagues de Wenduine que l'on aperçoit depuis ses vastes baies vitrées, le club Surfing Elephant a un petit parfum de Bali avec ses fauteuils en bois, ses poufs et ses plantes vertes. On y suit des cours de yoga, on y travaille son coup de rame et sa condition physique. Ce 21 août, on y profitera aussi d'un Sales Village, un marché de seconde main où chacun peut venir proposer son matériel de surf ou de kite, et découvrir les produits durables imaginés par des start-up écologiques - comme on le disait plus haut, il est plus que temps. Besoin d'un vrai coup de fraîcheur dans le gosier après avoir avoir avalé trop d'eau salée? Le bar sert ses boissons dans des verres (mention spéciale pour la sangria), sans pailles en plastique, et les ingrédients utilisés en cuisine proviennent d'une ferme locale. Pas vraiment le genre d'adresse qu'on trouve d'habitude à Wenduine! Installée en plein centre de Blankenberge, The Breeze Boardshop est la plus grande boutique de surf de Belgique. Au-delà de son vaste assortiment de planches, elle délivre des conseils judicieux, et pour cause: son patron n'est autre que Matt Marcantuoni, ancien champion de la discipline. Du côté de Knokke, l'adresse la plus originale est Haven, qui propose notamment les produits de Patagonia, Vissla et de la marque belge Softdogsurf, mais aussi sa propre gamme de vêtements. Pour cet été, elle a notamment lancé une collection en collaboration avec le créateur de mode et ancien surfeur pro Mic Eaton, ainsi qu'une collection capsule avec la marque de vêtements de pluie Rains. Croyez-le ou non, mais la plus grande communauté de surf en Belgique est... féminine. Cela mérite d'être souligné dans cette discipline où les hommes continuent souvent à rafler les plus juteuses récompenses. Coach de yoga à Ostende, Joke Devreese se bat pour plus d'égalité et a lancé en 2019 le réseau North Sea Surf Sisters, qui compte déjà plus de deux mille membres. L'une d'elles, Marjan Maeckelbergh, réalise même des graffitis de surfeuses au pochoir sur les façades des maisons. Des rencontres sont également organisées à la côte, mais aussi des "sea walk & talks", des balades où les surfeuses débutantes peuvent poser toutes leurs questions aux sportives averties. Joke est aussi la seule en Belgique à proposer un programme de coaching holistique, une trajectoire individuelle axée à la fois sur le surf et sur le mental. En quête de l'un de ces minibus bariolés qui pullulent aux quatre coins du globe aux abords des spots de surf? Allez donc faire un petit coucou à Thomas Waffelaert, prof de technologie automobile à la haute école VIVES et fabricant de camionnettes via son entreprise Van Life Story, installée à Aartrijke. Passionné de surf depuis ses 11 ans, il se déplace lui-même dans une imparable Fiat Ducato rose de 1987 rehaussée d'autocollants "fast-food". L'achat d'un van étant aujourd'hui devenu une affaire (très) coûteuse, les candidats en quête d'une option abordable se tourneront vers un vieux modèle d'occasion... avant que notre homme n'entre en scène pour lui refaire une beauté - vous pouvez lui faire confiance les yeux fermés. Vous rêvez de vous lancer sans vous ruiner? Vu le prix du matériel, on vous suggère d'aller faire quelques bonnes affaires sur la page Facebook "Belgische tweedehands golfsurf markt" du Bredenois Yannick De Buf, qui compte à elle seule plus de huit mille abonnés. On y trouve de tout: gants et bottines pour se protéger des rigueurs de l'hiver, combinaisons, planches de tous niveaux et de qualité. Vu le succès actuel de la discipline, il faut parfois chercher un peu avant de trouver le plan parfait. Autre site en ligne réputé pour son matos: le bien nommé... matos.be, où l'on trouve déstockage et promos par vagues entières!