Le quotidien cite les vestiges des rares majestueux hôtels et villas de la belle époque qui ont survécu, l'hippodrome Wellington, construit en 1883, ou encore la gare ferroviaire de 1907. Mais aussi l'église néo-gothique St-Petrus-en-Paulus, avec ses tours jumelles qui s'inspirent de la cathédrale de Cologne. Il pointe également le Musée du Mur de l'Atlantique et la zone pittoresque de Raversyde, récemment rénovée. Il précise aussi que comme il ne faut que 10 minutes depuis la gare pour rejoindre la plage de 4,5 km de long, c'est un lieu privilégié pour les adeptes d'une excursion d'une journée.

Il faut dire que la plus grande ville côtière de Belgique connaît une vague de renouveau. Jusqu'à il y a une dizaine d'années, cette ancienne reine avait l'air bien miteuse. Aujourd'hui elle revit grâce à des événements comme Crystal Ship, un festival artistique qui pare rues et bâtiments de superbes fresques murales. Cette année pas moins de 10 nouvelles oeuvres d'art permanentes se sont rajoutées à cette galerie de plein air.

À l'est du centre et du port, il y a l'Oosteroever. Une plage plus calme et plus naturelle. On peut s'y rendre en voiture ou en vélo, mais c'est plus amusant de prendre le ferry gratuit qui part de près du Vistrap, le marché aux poissons.

Le quotidien donne enfin quelques adresses comme celle de l'ancien poste. Le bâtiment date de 1947 et est aujourd'hui un centre culturel populaire appelé De Grote Post, avec des manifestations artistiques dans ses salles annexes. La salle principale a été magnifiquement restaurée pour retrouver sa splendeur d'antan, et tout le monde vient ici pour prendre un café ou une bouchée dans le populaire CultuurCafé. À noter: la terrasse au dernier étage.

Aussi épinglé : le Sanseveria, à 10 minutes à pied de la gare et Expo & Kafie, juste derrière la digue ou encore le Old Inn, véritable institution.

Les autres villes reprises par The Guardian sont Cadiz en Espagne, Toulon en France, Rovinj en Croatie ou encore Cagliari en Sardaigne et Volos en Grèce.