1. Tutoyer les sommets sur la route du Grossglockner

La Grossglockner Hochalpenstrasse fait partie des routes mythiques d'Europe. Ouverte en 1935, elle attire les cyclistes de l'extrême et les pilotes de tous bords. On ne se lasse d'ailleurs pas d'admirer les groupes de bolides négocier les lacets dans les décors grandioses du massif des Hohe Tauern.
...

La Grossglockner Hochalpenstrasse fait partie des routes mythiques d'Europe. Ouverte en 1935, elle attire les cyclistes de l'extrême et les pilotes de tous bords. On ne se lasse d'ailleurs pas d'admirer les groupes de bolides négocier les lacets dans les décors grandioses du massif des Hohe Tauern. Des montagnes englobées dans le plus grand parc national alpin du continent. En plus d'être très belles, elles sont extrêmement riches en eau. On la voit et on l'entend partout, sous différentes formes, notamment dans les 250 glaciers du site. Dont le gigantesque Pasterze qui se déploie sur plus de 8 km avec, en arrière-plan, le plus haut sommet d'Autriche, le Grossglockner et ses 3798 mètres d'altitude. Arrivé au belvédère François-Joseph, faites un tour à l'observatoire Swarowski, une belle pyramide de verre permettant d'observer - avec des optiques puissantes - bouquetins, rapaces et marmottes. Ces dernières, peu farouches, se laissent d'ailleurs facilement approcher sur les sentiers de randonnée qui démarrent du belvédère... Comme dans l'Italie voisine, le mot "riviera" prend ici tout son sens. La Carinthie compte plus de 1200 lacs dont certains jouissent de conditions idylliques. Le très beau Wörthersee est alimenté par des sources géothermiques. Le Millstättersee, lui, bénéficie d'un microclimat et ses eaux flirtent en été avec les 26 °C. On s'y baigne, on s'y promène, on s'y détend et on y roule à vélo (une piste cyclable en fait le tour sur 28 km). Et on y prend l'apéro en fin de journée dans l'un des bars flottants aménagés sur ses rives. Direction la Pyramidenkogel, qui s'élève à une centaine de mètres de hauteur sur la rive sud du Wörthersee. Une prouesse architecturale tant par ses formes incongrues que par sa taille démesurée: l'édifice serait la plus haute tour d'observation réalisée en bois sur la planète. Du sommet, on s'offre un vertigineux panorama à 360 degrés sur toute la Carinthie. Ceux qui le souhaitent - mais on vous le conseille vivement - sont invités à parachever l'expérience par une descente sensationnelle dans le plus grand toboggan d'Europe. Baignée de soleil, la Carinthie fut, il y a plusieurs siècles, le premier producteur de vin d'Autriche. Après-guerre, il ne restait plus un seul vigneron dans le Land. Et donc plus aucune connaissance ni information sur les cépages les mieux adaptés. Aujourd'hui, une dizaine de valeureux passionnés se sont lancé le défi de s'y remettre. Dont le jeune Nikolaus Trippel, 28 ans, qui cultive à 700 m d'altitude le vignoble plus élevé du pays tout en gérant l'accueil dans son petit hôtel ouvert sur ce site. Comme il fallait repartir de zéro, il a planté quarante-six cépages différents pour déceler les mieux adaptés à son terroir. Parmi les vingt-deux crus qui mûrissent dans ses chais, on trouve notamment un étonnant et délicieux vin naturel orange déjà connu jadis en Carinthie, l'Andas. La Carinthie a récemment été désignée toute première "destination de voyage slow food". Pain artisanal, bière, fromage, légumes, miel, crème glacée... Ils sont près d'une trentaine d'artisans producteurs issus de deux vallées (Gailtal et Lesachtal) à suivre cette nouvelle tendance culinaire et à régaler les visiteurs (locaux et touristes) de produits frais, respectueux de l'environnement et privilégiant le goût. Comme l'explique Gottfried Bachler, pionnier de cette belle aventure, "entre nous, on ne parle pas de combien on gagne mais de notre travail, de nos techniques et du plaisir de faire ce que l'on fait". Des savoir-faire qu'ils sont d'ailleurs prêts à partager lors d'ateliers et de cours de cuisine. L'Autriche est le pays des délices sucrés... et raffinés. A Friesach, poussez la porte de la pâtisserie-chocolaterie Craigher et de son petit musée particulièrement intéressant, tant sur les plans technique que gustatif. Tout en découvrant les processus de fabrication des produits cacaotés, vous goûtez à volonté leurs différentes variétés. Et s'il vous reste une petite place pour une dernière douceur, ne quittez pas l'adresse sans vous asseoir dans son salon de dégustation. La maison existe depuis plus d'un siècle et demeure à juste titre une institution dans la région. C'est tout nouveau, et presque une raison en soi pour planifier un séjour au fil des étendues d'eau de Carinthie. Un itinéraire cyclable de 340 kilomètres en forme d'immense huit permettant de longer pas moins d'une dizaine de lacs. Les points de location (une cinquantaine en tout) de vélos classiques et électriques sont répartis tout au long de la boucle qui relie également villes et villages de caractère. La piste est praticable d'avril à octobre grâce au climat quasi méditerranéen dont jouit la région. Afin de profiter à fond de ses nombreuses étapes et curiosités, mais aussi de s'offrir des moments de détente et de baignade dans les lacs, il est conseillé de prévoir une semaine pour couvrir l'entièreté du parcours. Réserve de la biosphère depuis 2012, la région du Nockberge (qui se traduit par "montagnes rondes") est sauvage à souhait. Une seule route la traverse depuis les années 70, ouverte uniquement de fin mai à octobre. Peu de risque d'y croiser du monde, hormis quelques troupeaux à l'alpage, des randonneurs ou... des curistes. Installé dans un vieux chalet lové dans le repli d'un vallon, le petit centre thermal de Karlbad date de 1742 et semble figé dans le temps. L'eau de source y coule dans des baignoires faites de troncs de mélèze évidés. Des pierres recueillies dans la rivière sont chauffées au bois à 1000 °C et disposées dans les bains, libérant au passage leurs minéraux. Quelques chambres et un excellent petit restaurant 100% traditionnel complètent la modeste infrastructure. La petite capitale de la Carinthie s'étend sur la rive orientale des eaux tempérées du lac de Wörth. Ici aussi, on sent la proximité avec l'Italie: les marchés débordent de produits méditerranéens et tout le centre historique a été relooké au XVIIe siècle par des architectes transalpins dans le plus pur style baroque. Sur la Neuer Platz, un immense dragon veille sur la ville depuis le Moyen Age. Mais, avant tout, on reste sous le charme de l'Alter Platz, au croisement de longues rues piétonnes plantées de palmiers, bordées de palais et de demeures richement décorées d'où débordent terrasses et kiosques. Initié par un passionné, le seul musée automobile privé consacré à Porsche se trouve en Carinthie. La visite permet de comprendre sa raison d'être. C'est là, à Gmünd, que Ferdinand Porsche transféra ses ateliers de 1944 à 1950 et que le premier véhicule portant le nom mythique vit le jour: la légendaire 356. L'usine fut ensuite transférée en Allemagne. Archives, films, raretés, véhicules historiques: pas besoin d'être passionné de moteurs pour y trouver son compte. En sortant, passez faire un tour dans le jardin de Fritz Russ, un farfelu qui redonne vie artistique à quantité d'objets usuels.