...

Au carrefour de l'Autriche, la Croatie, l'Italie et la Hongrie, la Slovénie parvient à concentrer les influences variées de ses voisins. Réserve et volubilité, couleurs et austérité architecturale, saveurs méditerranéennes et art des plats mijotés de l'Est. Le tout mixé avec un petit air de Suisse, dans une version australe. Sacré mélange, dans lequel toute ressemblance avec des régions connues finit par apparaître fortuite pour ne présenter qu'une étonnante singularité. L'offre bien-être, elle aussi, déploie des contrastes et des complémentarités. Dans cette gigantesque futaie - la moitié du pays en est recouverte -, la sérénité prend la forme d'une palette de verts qui tranche avec le blanc d'omniprésents sommets. Des teintes tirant sur le bleu des conifères des Alpes juliennes (au nord-ouest) aux verts profonds des reliques des forêts primaires de Kocevje (au sud-est), en passant par l'anisé tendre de certaines prairies, les amateurs d'espaces préservés profitent ici d'un territoire dont le tiers est classé Natura 2000.Pendant nécessaire de cette végétation luxuriante, l'eau occupe une place importante dans le pays : 28 000 km de cours d'eau serpentent ce mouchoir de poche de 20 000 km2. Respectueux de cette ressource, les Slovènes furent les premiers en Europe à inscrire l'eau potable dans le texte de leur Constitution, en tant que droit inaliénable de tout être humain. Voyant venir la montée de la valeur de cet " or liquide du XXIe siècle ", les dirigeants de la jeune nation ont décidé de déclarer l'eau " non privatisable ". Il faut dire que la qualité du breuvage qui sort du sol slovène attire les convoitises. Deux eaux minérales naturelles sont particulièrement réputées : la Donat Mg, qui affiche la plus haute teneur en magnésium du monde, et la Radenska, au rapport calcium magnésium de 2:1, un ratio jugé idéal par les professionnels de la santé. L'aqua-bien-être commence donc dans les verres et se poursuit dans les quatorze stations thermales que dénombre l'association des spas. Avec une tradition vieille de plus de six cents ans, la Slovénie multiplie les légendes de ces dames ayant retrouvé santé et jeunesse en se plongeant dans telle source ; de ces créatures mythiques, tel Pégase, venues dans la contrée pour faire jaillir une eau miraculeuse... et d'autres contes aux notes d'alchimie. Problèmes articulaires ou cutanés, affections cardio-vasculaires, gynécologiques, digestives, neurologiques, respiratoires ou urinaires : la science est aujourd'hui passée par là pour attester que les vertus des eaux n'étaient pas qu'une vaine promesse de grimoire. Avec quatre-vingt-sept sources jaillissant entre 24 et 73 °C, le pays multiplie ses offres. Plus de 47 000 m2 sont dévolus aux bassins intérieurs et extérieurs, et la capacité d'accueil dans le secteur est de près de 15 000 lits. De l'appartement au camping, en passant par des hôtels de toute catégorie, ici, le thermalisme séduit à tout-va. Chaque budget, chaque envie, chaque âge et chaque saison rencontrent un centre adapté. Activité familiale classique pour les Slovènes, la journée dans les thermes prend, sur certains sites, la forme d'une rivière sauvage ou de parcs aquatiques géants mêlant toboggans et piscines à vague. D'autres enseignes privilégient la relaxation, une large carte de soins de spa ou encore l'ayurveda, pour se démarquer. La faible étendue du territoire, combinée à la variété de l'offre, ne serait-ce qu'en fonction des vertus des diverses eaux, permet un véritable circuit à thème à travers les régions slovènes. Grâce à ses quelques kilomètres de côtes, caressées par l'Adriatique, le pays propose même un catalogue thalasso. La plupart des centres de cures disposent d'une clinique, pour une approche médicalisée des pathologies. A côté des adresses généralistes, se sont même développés des programmes spécifiques orientés vers la gestion de la ménopause ou de l'andropause, la rééducation après une reconstruction mammaire ou la sclérose en plaques. Fort de sa réputation, le pays accueille aussi de nombreuses équipes sportives des nations voisines, en phase de récupération ou de préparation à une compétition. Privilégiant une vision holistique qui mêle aux eaux une alimentation locale de qualité, les centres puisent un maximum de ressources dans la nature environnante. Utilisée en enveloppement, la tourbe déploie ses propriétés anti-inflammatoires, les eaux de mer et eaux salées nourrissent le corps de sels minéraux, la boue médicinale, appliquée en cataplasmes, rééquilibre l'organisme et tous les péloïdes minéraux s'emploient à régénérer l'organisme. Parmi les atouts thérapeutiques naturels, sont même cités l'altitude et un microclimat bienfaisant... A cette approche géographique du bien-être, nous serions tentés d'ajouter un petit quelque chose dans l'air, et la richesse des paysages participe à la sensation de plénitude. Les oenophiles s'attarderont sur les nombreux coteaux viticoles qui produisent des vins orange (cépages blancs vinifiés comme le rouge), mais aussi d'intéressants pétillants, travaillés en méthode champenoise. La tradition remonte aux Celtes et, si la période yougoslave a causé du tort à la qualité et la réputation vinicole de la région, d'habiles vignerons s'évertuent à inscrire la Slovénie sur la carte des terres à raisins qui comptent. L'exportation étant encore rare, les dégustations s'accompagnent d'un plaisir supplémentaire, lié à un sentiment d'exclusivité. Si la ville ne dispose pas de thermes, ne passez pas non plus à côté du charme de Ljubljana. Porte d'entrée pour les touristes internationaux, en plein coeur du pays, la capitale se découvre en quelques enjambées et invite à la détente. Peuplée de plus de dragons - emblèmes de la cité -, qu'une intégrale de Game of Thrones, Ljubljana mêle ruelles pavées, verdure et quiétude. Articulée autour d'un étonnant Triple-pont, la vie de la ville s'écoule au gré de la rivière Ljubljanica, de ses courtes croisières et des soirées attablées sur la rive. Un bon point de départ, ou d'arrivée, pour un séjour au fil de l'eau bienfaitrice.