De 2006 à 2008, au cours du tournage de documentaires sur la nature, Samuel Orr a vécu dans une petite cabane au calme au couer de l'Indiana. Il a alors filmé les alentours de son habitat, situé dans une partie de la forêt, sur un lopin de terre privé, jouxtant une grande réserve naturelle.

Quand il regardait par la fenêtre, il voyait souvent des cerfs , des écureuils volants , des vautours , des opossums , d'énormes araignées, et un nombre hallucinant d'oiseaux chanteurs, qu'il a d'ailleurs pu filmer pour son travail.

Durant cette période, il a aussi commencé à expérimenter la photographie time-lapse, c'est-à-dire la prise de vue d' images d'une même scène, en plan fixe, jour après jour, en révélant les changements.

" Un après-midi , à l'approche de l'automne, je me suis demandé ce qui arriverait si j'installais mon appareil photo et prenais des photos tous les jours depuis la même fenêtre. Je pourrais alors être en mesure d'obtenir le changement des saisons en les montant dans un film " se rappelle le photographe.

Le résultat n'est donc pas une vidéo time-lapse mais une photographie en accéléré. Ce qui signifie qu'il a installé un appareil photo sur trépied et a pris des photos, 16 mois durant. Soit en tout, 40.000 clichés, dont il a fait ce film. Appréciez.

De 2006 à 2008, au cours du tournage de documentaires sur la nature, Samuel Orr a vécu dans une petite cabane au calme au couer de l'Indiana. Il a alors filmé les alentours de son habitat, situé dans une partie de la forêt, sur un lopin de terre privé, jouxtant une grande réserve naturelle. Quand il regardait par la fenêtre, il voyait souvent des cerfs , des écureuils volants , des vautours , des opossums , d'énormes araignées, et un nombre hallucinant d'oiseaux chanteurs, qu'il a d'ailleurs pu filmer pour son travail. Durant cette période, il a aussi commencé à expérimenter la photographie time-lapse, c'est-à-dire la prise de vue d' images d'une même scène, en plan fixe, jour après jour, en révélant les changements. " Un après-midi , à l'approche de l'automne, je me suis demandé ce qui arriverait si j'installais mon appareil photo et prenais des photos tous les jours depuis la même fenêtre. Je pourrais alors être en mesure d'obtenir le changement des saisons en les montant dans un film " se rappelle le photographe. Le résultat n'est donc pas une vidéo time-lapse mais une photographie en accéléré. Ce qui signifie qu'il a installé un appareil photo sur trépied et a pris des photos, 16 mois durant. Soit en tout, 40.000 clichés, dont il a fait ce film. Appréciez.