Sur le papier, visiter la planète sans l'anéantir, ça séduit pas mal de monde. Mais entre vieux réflexes et fausses bonnes idées, on ne sait pas toujours comment devenir un touriste plus responsable. Sites et applications se sont emparés de la question pour nous apporter des réponses en quelques clics. Ils nous permettent d'actionner les différents leviers d'un trip plus écolo: moins de CO2 dépensé lors du transport, des nuits durables, des tables locavores, des activités de pleine nature... Parfois collaboratifs et facilement mis à jour, ils reprennent la promesse générale qui nous a rendus accros à nos smartphones: nous faciliter la vie. Depuis qu'on la rêve plus verte, ils s'adaptent.

© elisa caroli

Ne soyons pas naïfs. Qui dit requête numérique dit pollution (ça vaut aussi pour l'heure passée sur Insta depuis votre transat, même s'il est au milieu d'un vignoble en biodynamie). Et qui dit plate-forme de réservation dit commission. Rien de plus normal pour un porteur d'affaires. Mais parfois, voyager plus durable, c'est aussi passer un coup de fil plutôt que de réserver en ligne, s'arrêter dans un office de tourisme, ou simplement solliciter des conseils auprès des serveurs et habitants... En attendant la perfection, profitons de tous les petits pas qu'on fait facilement grâce à Internet, en se promettant de parfois demander de l'aide à quelqu'un d'autre qu'à Google.

© elisa caroli

Trajets décarbonés

Par personne et par kilomètre, on estime que le train pollue huit fois moins que la voiture et quatorze fois moins que l'avion (et le TGV trois fois moins qu'un train classique). Pas étonnant donc qu'un max d'appli pour des voyages plus durables s'attaquent aux modes de transport. Même Google Maps proposera bientôt l'itinéraire le moins émetteur de gaz à effet de serre. Des facteurs comme les embouteillages ou les pentes seront pris en compte par l'algorithme conçu avec le Ministère américain de l'Energie. Test géant aux USA avant un déploiement international.

Parfois, voyager plus durable, c'est aussi passer un coup de fil plutôt que de réserver en ligne, s'arrêter dans un office de tourisme, ou simplement solliciter des conseils auprès des serveurs et habitants...

Pour les petits joueurs, le comparateur easyvoyage affiche durée, prix, mais aussi estimation des kilos de CO2 émis lors de vos vols (comparés aux capacités d'absorptions d'un arbre en dix ans). Il n'y a pas de petites économies. Ceux qui veulent s'assurer que ça vaut le coup de passer 8 heures dans un train peuvent faire une simulation très précise d'impact carbone sur Monimpacttransport.fr. Ça donne un peu envie de rester dans sa province, mais c'est pratique.

Pour se donner bonne conscience après avoir néanmoins décidé de quitter le pays, la fondation Goodplanet (goodplanet.org) propose également de faire un bilan carbone de vos déplacements en vacances, mais pour mieux les "compenser" en faisant des dons à des projets environnementaux ou sociaux. Exemple: un aller-retour Bruxelles/Athènes, "c'est 1,94 tonne de CO2, soit 1,08 fois plus que ce que la Terre peut supporter par personne/an pour stopper l'accroissement de l'effet de serre", estime le calculateur qui vous recommande de faire un don de 42,58 euros. Vous prévoyez un road trip une fois sur place? Vous pouvez ajouter ces trajets pour un bilan complet.

© elisa caroli

Nouveau venu: Bon voyage se présente comme le premier comparateur de voyages bas carbone, porte à porte et open source. Le projet français mêlera inspiration et réservations avec le mantra "no plane, no pain". Inscrivez-vous sur bienvenue.bonvoyage-eco.net/kkbb pour devenir bêta-testeur.

En manque d'inspiration? Utilisez l'outil de recherche de voyage de planificateur. a-contresens.net. Vous pouvez régler l'empreinte carbone et le nombre de vols maximum, le budget, le mode de transport... Il y a même des tours du monde sans avion.

Nuits plus vertes

Oubliez Booking et testez ses cousins à la démarche plus engagée. Lancée au printemps, la plate-forme de réservation Feelingo se consacre à l'hôtellerie durable. Gestion des déchets ou de l'eau, protection de la faune, consommation énergétique, partenariat avec des entreprises locales, conditions de travail des employés... Tout est passé au crible et un système de cashback permet de faire gonfler une cagnotte de fidélité. Pour l'instant, cinq destinations sont présentées: France, Espagne, Portugal, Grèce et Italie. Pour trouver un logement écoresponsable dans l'Hexagone cet été, vous pouvez également visiter vaovert.fr qui attribue des écopoints à chaque logement et souffle aussi des bons plans pour profiter du séjour.

© elisa caroli

Pour dynamiser le tissu économique des régions visitées, Fairbnb propose d'offrir une visibilité aux hébergements contre commission, mais en reversant une partie de cette dernière à des projets ultralocaux. Et enfin, le site qui nous donne l'impression d'avoir le beurre et l'argent du beurre... Solikend vous propose de passer la nuit dans un super hôtel tout en aidant une association. Comment ça marche? L'hôtelier s'engage à reverser 100% du montant de votre réservation au projet que vous avez sélectionné.

La vie locale

A la fois gratuit et collaboratif, FairTrip est la référence des guides durables. A chaque voyageur d'enrichir le contenu en ajoutant des pépites dénichées lors de son voyage. Les restos, hôtels et expériences répertoriés sont analysés selon cinq critères: authentique, local, vert, équitable et solidaire. L'équipe FairTrip jette un oeil aux suggestions des globe-trotteurs avant de les partager sur l'appli et chacun peut signaler une adresse qui ne répondrait pas à l'éthique du projet.

Dans le même esprit, mais à plus petite échelle, Tookki répertorie restos locavores, adresses slow fashion ou hôtels green dans les villes françaises. Paris, Lyon, Bordeaux et Marseille ouvrent le bal, d'autres devraient suivre.

La maison d'édition Tao, engagée sur le terrain du voyage durable bien avant que cela ne soit tendance, lance aussi son application cet été. Elle offre quelques bonnes adresses et vous aurez la possibilité d'acheter une version plus complète des cartes (par pays ou par région). Là encore, ça démarre en France, mais le monde sera à portée de scroll très rapidement.

Into the wild

Ça y est, après avoir admiré des dizaines de vues de rêve à travers le pare-brise d'un camping-car, vous sautez le pas cet été? Si vous passez par la France, investissez dans une adhésion à France Passion (30 euros/an). Grâce à son guide et désormais son application dédiée, vous pourrez stationner gratuitement durant 24 heures chez un producteur. La promesse d'un accueil adapté (emplacement stabilisé), enthousiaste... et gourmand.

Pour voir le monde, faites du repérage sur Campercontact C'est un peu le TripAdvisor de la van life. Vous y trouverez facilement les aires de camping-car autour de vous, coordonnées GPS et tarifs compris, mais aussi des avis d'autres nomades, des photos etc. Gratuit, mais mode pro à 5,99 euros l'année.

Pour continuer les comparaisons avec les géants du tourisme numérique, voici le Airbnb de l'emplacement: la plate-forme de vente et location de van spots.roadsurfer.com a créé un outil de mise en relation entre conducteurs et jolis spots où passer la nuit.

L'appli CoPilot GPS vous indique quant à elle un itinéraire adapté à la taille de votre véhicule. Ceci dit, un petit chiffre s'impose: on estime qu'un duo circulant en van consomme largement autant de CO2/km que s'il était monté dans un avion long-courrier. Pour de vraies vacances durables, limitez les kilomètres et profitez de chaque étape.

Trucs de troc

Inutile de vous équiper de matériel neuf pour l'oublier ensuite dans le grenier. La location ou la seconde main ont aussi le vent en poupe dans le voyage. Même Decathlon loue désormais ses essentiels de bivouac. Pour les bons plans, faites un tour sur une application qui se trouve sûrement déjà dans votre portable: Facebook et ses multiples groupes à thème. Sur la page "Tourdumondiste.com | Petites annonces voyage", vous serez abreuvé de guides de voyages, sacs de rando, vans à vendre ou à échanger, etc. Les méandres du réseau social sont globalement pleins de conseils de voyageurs adoptant une démarche durable.

© elisa caroli

Routes parallèles

Que vous vous soyez mis le défi de partir à Berlin à vélo ou que vous souhaitiez vous déplacer pour zéro carbone en vacances, Geovelo vous concocte de parfaits itinéraires pour deux-roues. Trajet le plus direct, le plus sécurisé (avec un max de voies aménagées), le plus "touristique" ou encore le plus équilibré (niveau effort): à vous de choisir votre priorité.

Max de diversification avec Wikiloc. Marche, trail, vélo, kayak, cheval ou via ferrata: l'appli propose près de 25 millions d'itinéraires en pleine nature! C'est collaboratif et il y a pas mal d'options malines comme la possibilité d'activer un suivi en direct (rassurant quand on voyage en solo).

Enfin, si vous trouvez que le numérique manque de poésie, chargez l'appli Derive, un outil de navigation pas comme les autres. Donnez votre destination à cette boussole design et elle vous indiquera en permanence la bonne direction, sans vous imposer d'itinéraire. Idéal pour flâner, prendre le temps. Vous pouvez même envoyer une "dérive" vers une destination tenue secrète à un proche. De la vraie microaventure slow, facile à mettre en place.

Sur le papier, visiter la planète sans l'anéantir, ça séduit pas mal de monde. Mais entre vieux réflexes et fausses bonnes idées, on ne sait pas toujours comment devenir un touriste plus responsable. Sites et applications se sont emparés de la question pour nous apporter des réponses en quelques clics. Ils nous permettent d'actionner les différents leviers d'un trip plus écolo: moins de CO2 dépensé lors du transport, des nuits durables, des tables locavores, des activités de pleine nature... Parfois collaboratifs et facilement mis à jour, ils reprennent la promesse générale qui nous a rendus accros à nos smartphones: nous faciliter la vie. Depuis qu'on la rêve plus verte, ils s'adaptent. Ne soyons pas naïfs. Qui dit requête numérique dit pollution (ça vaut aussi pour l'heure passée sur Insta depuis votre transat, même s'il est au milieu d'un vignoble en biodynamie). Et qui dit plate-forme de réservation dit commission. Rien de plus normal pour un porteur d'affaires. Mais parfois, voyager plus durable, c'est aussi passer un coup de fil plutôt que de réserver en ligne, s'arrêter dans un office de tourisme, ou simplement solliciter des conseils auprès des serveurs et habitants... En attendant la perfection, profitons de tous les petits pas qu'on fait facilement grâce à Internet, en se promettant de parfois demander de l'aide à quelqu'un d'autre qu'à Google. Par personne et par kilomètre, on estime que le train pollue huit fois moins que la voiture et quatorze fois moins que l'avion (et le TGV trois fois moins qu'un train classique). Pas étonnant donc qu'un max d'appli pour des voyages plus durables s'attaquent aux modes de transport. Même Google Maps proposera bientôt l'itinéraire le moins émetteur de gaz à effet de serre. Des facteurs comme les embouteillages ou les pentes seront pris en compte par l'algorithme conçu avec le Ministère américain de l'Energie. Test géant aux USA avant un déploiement international. Pour les petits joueurs, le comparateur easyvoyage affiche durée, prix, mais aussi estimation des kilos de CO2 émis lors de vos vols (comparés aux capacités d'absorptions d'un arbre en dix ans). Il n'y a pas de petites économies. Ceux qui veulent s'assurer que ça vaut le coup de passer 8 heures dans un train peuvent faire une simulation très précise d'impact carbone sur Monimpacttransport.fr. Ça donne un peu envie de rester dans sa province, mais c'est pratique. Pour se donner bonne conscience après avoir néanmoins décidé de quitter le pays, la fondation Goodplanet (goodplanet.org) propose également de faire un bilan carbone de vos déplacements en vacances, mais pour mieux les "compenser" en faisant des dons à des projets environnementaux ou sociaux. Exemple: un aller-retour Bruxelles/Athènes, "c'est 1,94 tonne de CO2, soit 1,08 fois plus que ce que la Terre peut supporter par personne/an pour stopper l'accroissement de l'effet de serre", estime le calculateur qui vous recommande de faire un don de 42,58 euros. Vous prévoyez un road trip une fois sur place? Vous pouvez ajouter ces trajets pour un bilan complet. Nouveau venu: Bon voyage se présente comme le premier comparateur de voyages bas carbone, porte à porte et open source. Le projet français mêlera inspiration et réservations avec le mantra "no plane, no pain". Inscrivez-vous sur bienvenue.bonvoyage-eco.net/kkbb pour devenir bêta-testeur. En manque d'inspiration? Utilisez l'outil de recherche de voyage de planificateur. a-contresens.net. Vous pouvez régler l'empreinte carbone et le nombre de vols maximum, le budget, le mode de transport... Il y a même des tours du monde sans avion. Oubliez Booking et testez ses cousins à la démarche plus engagée. Lancée au printemps, la plate-forme de réservation Feelingo se consacre à l'hôtellerie durable. Gestion des déchets ou de l'eau, protection de la faune, consommation énergétique, partenariat avec des entreprises locales, conditions de travail des employés... Tout est passé au crible et un système de cashback permet de faire gonfler une cagnotte de fidélité. Pour l'instant, cinq destinations sont présentées: France, Espagne, Portugal, Grèce et Italie. Pour trouver un logement écoresponsable dans l'Hexagone cet été, vous pouvez également visiter vaovert.fr qui attribue des écopoints à chaque logement et souffle aussi des bons plans pour profiter du séjour. Pour dynamiser le tissu économique des régions visitées, Fairbnb propose d'offrir une visibilité aux hébergements contre commission, mais en reversant une partie de cette dernière à des projets ultralocaux. Et enfin, le site qui nous donne l'impression d'avoir le beurre et l'argent du beurre... Solikend vous propose de passer la nuit dans un super hôtel tout en aidant une association. Comment ça marche? L'hôtelier s'engage à reverser 100% du montant de votre réservation au projet que vous avez sélectionné. A la fois gratuit et collaboratif, FairTrip est la référence des guides durables. A chaque voyageur d'enrichir le contenu en ajoutant des pépites dénichées lors de son voyage. Les restos, hôtels et expériences répertoriés sont analysés selon cinq critères: authentique, local, vert, équitable et solidaire. L'équipe FairTrip jette un oeil aux suggestions des globe-trotteurs avant de les partager sur l'appli et chacun peut signaler une adresse qui ne répondrait pas à l'éthique du projet. Dans le même esprit, mais à plus petite échelle, Tookki répertorie restos locavores, adresses slow fashion ou hôtels green dans les villes françaises. Paris, Lyon, Bordeaux et Marseille ouvrent le bal, d'autres devraient suivre. La maison d'édition Tao, engagée sur le terrain du voyage durable bien avant que cela ne soit tendance, lance aussi son application cet été. Elle offre quelques bonnes adresses et vous aurez la possibilité d'acheter une version plus complète des cartes (par pays ou par région). Là encore, ça démarre en France, mais le monde sera à portée de scroll très rapidement. Ça y est, après avoir admiré des dizaines de vues de rêve à travers le pare-brise d'un camping-car, vous sautez le pas cet été? Si vous passez par la France, investissez dans une adhésion à France Passion (30 euros/an). Grâce à son guide et désormais son application dédiée, vous pourrez stationner gratuitement durant 24 heures chez un producteur. La promesse d'un accueil adapté (emplacement stabilisé), enthousiaste... et gourmand. Pour voir le monde, faites du repérage sur Campercontact C'est un peu le TripAdvisor de la van life. Vous y trouverez facilement les aires de camping-car autour de vous, coordonnées GPS et tarifs compris, mais aussi des avis d'autres nomades, des photos etc. Gratuit, mais mode pro à 5,99 euros l'année. Pour continuer les comparaisons avec les géants du tourisme numérique, voici le Airbnb de l'emplacement: la plate-forme de vente et location de van spots.roadsurfer.com a créé un outil de mise en relation entre conducteurs et jolis spots où passer la nuit. L'appli CoPilot GPS vous indique quant à elle un itinéraire adapté à la taille de votre véhicule. Ceci dit, un petit chiffre s'impose: on estime qu'un duo circulant en van consomme largement autant de CO2/km que s'il était monté dans un avion long-courrier. Pour de vraies vacances durables, limitez les kilomètres et profitez de chaque étape. Inutile de vous équiper de matériel neuf pour l'oublier ensuite dans le grenier. La location ou la seconde main ont aussi le vent en poupe dans le voyage. Même Decathlon loue désormais ses essentiels de bivouac. Pour les bons plans, faites un tour sur une application qui se trouve sûrement déjà dans votre portable: Facebook et ses multiples groupes à thème. Sur la page "Tourdumondiste.com | Petites annonces voyage", vous serez abreuvé de guides de voyages, sacs de rando, vans à vendre ou à échanger, etc. Les méandres du réseau social sont globalement pleins de conseils de voyageurs adoptant une démarche durable. Que vous vous soyez mis le défi de partir à Berlin à vélo ou que vous souhaitiez vous déplacer pour zéro carbone en vacances, Geovelo vous concocte de parfaits itinéraires pour deux-roues. Trajet le plus direct, le plus sécurisé (avec un max de voies aménagées), le plus "touristique" ou encore le plus équilibré (niveau effort): à vous de choisir votre priorité. Max de diversification avec Wikiloc. Marche, trail, vélo, kayak, cheval ou via ferrata: l'appli propose près de 25 millions d'itinéraires en pleine nature! C'est collaboratif et il y a pas mal d'options malines comme la possibilité d'activer un suivi en direct (rassurant quand on voyage en solo). Enfin, si vous trouvez que le numérique manque de poésie, chargez l'appli Derive, un outil de navigation pas comme les autres. Donnez votre destination à cette boussole design et elle vous indiquera en permanence la bonne direction, sans vous imposer d'itinéraire. Idéal pour flâner, prendre le temps. Vous pouvez même envoyer une "dérive" vers une destination tenue secrète à un proche. De la vraie microaventure slow, facile à mettre en place.