La capitale serbe a changé au fil des années mais la minuscule boutique semble intemporelle, avec ses fioles et ses pipettes transmises de père en fils.

Pour les Jovanov, ce travail est une passion même s'il ne leur permet pas tout à fait d'en vivre.

"On est restés, par tradition, par amour, par affection et par volonté de faire un travail qui à certains moments ne fournit pas suffisamment de sources de revenus", dit à l'AFP le patron, Nenad Jovanov, 71 ans, en mélangeant une eau de toilette dans une arrière-salle semblable à un laboratoire.

AFP
© AFP

La parfumerie est née durant la Seconde guerre mondiale mais elle ne prit son nom actuel qu'une décennie plus tard, quand les autorités communistes yougoslaves avaient autorisé l'entreprise privée.

Les années 1950 et 60 ont représenté "l'âge d'or" des parfumeries artisanales de Belgrade, se rappelle Nenad Jovanov.

Mais l'ancienne Yougoslavie s'est ouverte aux importations et les parfums issus de la production de masse ont fini par éclipser l'artisanat.

Les sanctions infligées à Belgrade dans les années 1990 au moment de l'explosion sanglante de la Yougoslavie ont encore accentué le déclin.

- Notes florales -

"Une à une, elles ont commencé à fermer. A la fin, il n'y avait plus que nous", ajoute le parfumeur.

Lorsque le client arrive dans la minuscule échoppe lambrissée de bois, Nenad ou son fils Nemanja, qui travaille dans l'industrie du cinéma, l'aide à s'y retrouver parmi les étagères remplies de flacons en verre.

AFP
© AFP

"Nous n'avons pas de noms de marque. Nos bouteilles n'ont pas de nom. Nos emballages n'ont pas de nom. On a simplifié notre packaging et notre intérieur pour que les clients puissent découvrir par eux-même leurs préférences", explique Nemanja.

Les parfumeurs s'enquièrent des préférences du client, entre notes florales, boisées, fruitées ou encore la gamme des agrumes, avant de l'asperger à l'aide d'un pulvérisateur à l'ancienne.

Les gens sont encouragés à aller se balader pour permettre au parfum d'évoluer au contact de la peau. La plupart des ingrédients viennent de France, berceau de la parfumerie mondiale.

AFP
© AFP

La boutique survit grâce à une clientèle d'habitués mais aussi à l'intérêt croissant des touristes pour ce "musée vivant" comme l'appelle Nenad.

Avec le Covid-19 qui a privé de nombreux malades de leur odorat, est aussi arrivée une prise de conscience de l'importance de ce sens.

"Il peut nous transporter dans d'autres endroits, dans d'autres époques", dit Nenad.

La capitale serbe a changé au fil des années mais la minuscule boutique semble intemporelle, avec ses fioles et ses pipettes transmises de père en fils. Pour les Jovanov, ce travail est une passion même s'il ne leur permet pas tout à fait d'en vivre."On est restés, par tradition, par amour, par affection et par volonté de faire un travail qui à certains moments ne fournit pas suffisamment de sources de revenus", dit à l'AFP le patron, Nenad Jovanov, 71 ans, en mélangeant une eau de toilette dans une arrière-salle semblable à un laboratoire. La parfumerie est née durant la Seconde guerre mondiale mais elle ne prit son nom actuel qu'une décennie plus tard, quand les autorités communistes yougoslaves avaient autorisé l'entreprise privée.Les années 1950 et 60 ont représenté "l'âge d'or" des parfumeries artisanales de Belgrade, se rappelle Nenad Jovanov. Mais l'ancienne Yougoslavie s'est ouverte aux importations et les parfums issus de la production de masse ont fini par éclipser l'artisanat.Les sanctions infligées à Belgrade dans les années 1990 au moment de l'explosion sanglante de la Yougoslavie ont encore accentué le déclin."Une à une, elles ont commencé à fermer. A la fin, il n'y avait plus que nous", ajoute le parfumeur. Lorsque le client arrive dans la minuscule échoppe lambrissée de bois, Nenad ou son fils Nemanja, qui travaille dans l'industrie du cinéma, l'aide à s'y retrouver parmi les étagères remplies de flacons en verre."Nous n'avons pas de noms de marque. Nos bouteilles n'ont pas de nom. Nos emballages n'ont pas de nom. On a simplifié notre packaging et notre intérieur pour que les clients puissent découvrir par eux-même leurs préférences", explique Nemanja.Les parfumeurs s'enquièrent des préférences du client, entre notes florales, boisées, fruitées ou encore la gamme des agrumes, avant de l'asperger à l'aide d'un pulvérisateur à l'ancienne.Les gens sont encouragés à aller se balader pour permettre au parfum d'évoluer au contact de la peau. La plupart des ingrédients viennent de France, berceau de la parfumerie mondiale.La boutique survit grâce à une clientèle d'habitués mais aussi à l'intérêt croissant des touristes pour ce "musée vivant" comme l'appelle Nenad.Avec le Covid-19 qui a privé de nombreux malades de leur odorat, est aussi arrivée une prise de conscience de l'importance de ce sens. "Il peut nous transporter dans d'autres endroits, dans d'autres époques", dit Nenad.