Opinion

Edgar Kosma

« Un truc de wouf, ou quand le putaclic se transforme en dogaclic »

Edgar Kosma linktr.ee/edgarkosma

Au royaume des réseaux sociaux, les jours passent et ne se ressemblent pas. Entre les buzz et les likes, le vrai et le fake, Edgar Kosma scrolle le fil d’actu d’un siècle décidément étrange. Hashtag sans filtre.

J’étais hier soir tranquillement vautré dans mon canapé, ma chienne Alice sur les genoux. Elle, rêvant qu’elle pourchassait un chat de gouttière qui s’envolait soudain. Moi, scrollant sur Twitter, l’œil en alerte et l’index agile, tel un lynx à l’affût d’une info croustillante que je pourrais retweeter avec un petit commentaire ironique prouvant mon existence à ceux qui en douteraient.

Soirée intra-ordinaire, donc, jusqu’à ce que je tombe sur ce tweet d’un média grand public et jadis sérieux, illustré avec une photo de jeune labrador beige qui, vu mes accointances canines, a peu de chance de me laisser indifférent: «Un téléphone pour chiens pour atténuer leur solitude.» Ou quand le putaclic se transforme en dogaclic. Je craque et je clique, logique. Après tout, que pourrais-je avoir de mieux à faire dans la vie que de lire un article parlant d’un chien qui téléphone?

Redirection automatique vers le site d’info où, après avoir fermé trois pubs, j’apprends que le Dog Phone ne peut pas être acheté, n’étant encore qu’en phase de développement par une certaine Ilyena Hirskyj-Douglas, spécialiste de l’interaction animal/ordinateur à l’Université de Glasgow, aidée dans ses recherches par Zack, son labrador noir de 10 ans et expérimentateur unique des recherches. Le Dog Phone y est présenté comme le premier système permettant aux animaux d’utiliser Internet pour contacter leurs propriétaires. Je ne pensais pas lire une telle phrase avant d’aller me coucher et j’imagine déjà Alice avec un petit GSM adapté à ses pattes, qui m’enverrait des textos quand je ne suis pas là pour me demander quand je rentre et si je peux lui ramener un os.

‘Nos meilleurs amis seront-ils aussi sur Facebook?’

Grâce à ce nouvel outil, la chercheuse espère atténuer l’anxiété de la séparation chez les chiens, notamment ceux adoptés durant la pandémie, habitués à l’omniprésence des humains et qui se retrouvent seuls depuis que leurs maîtres ont repris leurs distances à cause de leurs réunions en présentiel. Le système fonctionne très simplement: une balle connectée à un laptop qui, quand elle est secouée par le chien, déclenche un appel vidéo. Quoi! C’est tout? J’avoue que mon imagination en prend un coup. Puis, connaissant Alice qui devient folle dès qu’elle aperçoit une baballe, j’ai très peur pour ma santé mentale… et mon niveau de batterie.

Ilyena et Zack précisent que, bien sûr, la communication va dans les deux sens: le maître peut aussi téléphoner à son animal, qui reste libre d’ignorer l’appel ou d’y répondre. Imaginez: j’appelle Alice et elle décide qu’elle a mieux à faire que de me répondre. Moi en rentrant: «Hé alors, je peux savoir pourquoi t’as pas décroché?» Bonjour les disputes.

La question à 100 os: y a-t-il chez le chien une conscience du lien de causalité entre le fait de secouer la balle et de passer un appel? Une interrogation qui restera sans réponse, malheureusement, mais selon la chercheuse, Zack aurait tout de même eu certains comportements qu’il adopte quand ils sont ensemble, comme le fait de lui désigner ses jouets. De son côté, elle lui a par exemple montré son lieu de travail et même un musicien de rue, incitant son animal à dresser les oreilles et à s’approcher de l’écran.

C’est avec l’impression d’avoir acheté un chien dans un sac que je referme cet article pour retourner dans ma timeline Twitter. Mais mes pensées s’y égarent encore un peu: puisqu’il semble avéré que des enfants intègrent rapidement l’usage des outils technologiques, pourquoi les chiens n’en seraient-ils pas également capables? Y aura-t-il, d’ici quelques décennies, des chiens qui utiliseront mieux un smartphone que certains fracturés numériques? Nos meilleurs amis seront-ils aussi sur Facebook? Ou auront-ils leur propre réseau social sur lequel ils posteront des photos de leurs maîtres avec des petits commentaires ironiques qui prouveront leur existence auprès de leurs amis?

Edgar Kosma: linktr.ee/edgarkosma

Partner Content