Opinion

Fanny Bouvry

Réveiller notre sens de la fête

Ce jour-là, Pierre et Helena devaient se dire oui pour l’éternité devant un gratin prestigieux de proches, dans un pompeux château du XVIIe siècle. Tout était prévu: le menu gastronomique, les musiciens, le feu d’artifice et les longs discours… Aux manettes, Max, trente ans de service en tant que traiteur, un vieux de la vieille à qui on n’en raconte pas et qui, à chaque soirée, « joue sa vie ». Mais en coulisse, rien n’alla plus. Les catastrophes s’enchaînèrent les unes après les autres… En cuisine, c’était la Bérézina ; il était l’heure de sortir les feuilletés aux anchois! Les cinéphiles auront reconnu le pitch du Sens de la fête, pépite d’humour signée Eric Toledano et Olivier Nakache, sortie en 2017. Un film à voir d’urgence, si ce n’était déjà fait et refait. D’abord pour savoir pourquoi on vous parle de feuilletés aux anchois… Mais aussi, plus sérieusement, parce que l’acteur principal, Jean-Pierre Bacri, fait partie de la longue liste des regrettés disparus de l’année, que les médias ont coutume de publier en décembre, et que c’est une belle façon de se remémorer ses frasques.

u003cstrongu003eUne facultu0026#xE9; u0026#xE0; tirer le meilleur de la situation que nous vous invitons u0026#xE0; cultiver, en cette crise sans fin.u003c/strongu003e

Au-delà de ce clin d’oeil à l’artiste, ce long-métrage est également la fable parfaite pour cette période où nos envies festives broient du noir… Lorsque nous avons imaginé ce numéro, en réunion de rédaction, il y a plus d’un mois de cela, nous étions en effet encore sur un nuage, avec en ligne de mire des nuits de folie où nous retrouverions le bonheur de sortir le grand show et de célébrer tous ensemble la fin de cette cuvée 2021 un peu bouchonnée. Nous avions même projeté de mettre sur pied un banquet avec une poignée de célébrités ayant marqué ces douze derniers mois – le hockeyeur Felix Denayer, l’actrice Cécile Djunga, la créatrice Siré Kaba et même l’épidémiologiste Marius Gilbert… Et puis, le temps s’est gâté. Nous avons dû tout repenser. Et notre table d’agapes est devenue un shooting pailleté, mais néanmoins aseptisé et tant que possible masqué. Peu à peu, c’est tout notre contenu qui s’est réorienté… Il a fallu, comme le dit une expression désormais éculée, « se réinventer ».

Et en ce sens, le monde de l’événementiel ne peut que nous montrer la voie. « Quand on bosse dans le secteur, on doit pouvoir rebondir, et trouver des solutions. Quand il se met à pleuvoir, hors de question de dire « tant pis ». Il faut avoir la capacité de sortir des sentiers battus », nous a confié Elodie Wilmès, alias Elodie Love & Tralala, spécialisée dans l’organisation de mariages et autres cérémonies et fiestas sur mesure. Une faculté à tirer le meilleur de la situation que, tout comme cette jeune femme et l’ami Bacri, nous vous invitons à cultiver, en cette crise sans fin, pour que le terme « fête » garde tout son sens. Celui qu’on trouve d’ailleurs, mot pour mot, dans le Larousse: « une partie de plaisir », quel qu’il soit.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content