Chirurgie esthétique: les Chinoises se font leur nez en tour Eiffel pour trouver un job

30/01/14 à 12:29 - Mise à jour à 12:29

Source: Weekend

Alors que des millions de jeunes Chinois sont en compétition pour trouver un premier emploi, des étudiantes se tournent vers la chirurgie esthétique pour augmenter leurs chances, certaines remodelant même leur nez à "l'image" de la tour Eiffel.

Chirurgie esthétique: les Chinoises se font leur nez en tour Eiffel pour trouver un job

© Imageglobe

"Nous sommes influencés par la beauté de la tour Eiffel; ainsi, nous ne nous contentons pas d'ajouter quelque chose au nez, nous le reconstruisons", affirme le chirurgien Wang Xuming, qui dit réaliser chaque mois une douzaine d'opérations de ce type.

Les employeurs chinois ne font souvent pas mystère de l'importance des critères physiques pour le choix d'un candidat, certains précisant la taille requise dans leurs petites annonces. Et les étudiants sont de plus en plus nombreux à passer sous le scalpel dans l'espoir de mieux séduire un recruteur potentiel, faisant prospérer le secteur chinois de la chirurgie esthétique, déjà au 3e rang mondial.

D'autant que la concurrence est rude: ils ont été 7 millions - un record - à sortir des universités du pays en 2013, en plein ralentissement de la deuxième économie mondiale. Selon les médias officiels chinois, 2013 a été "l'année la plus difficile" jamais enregistrée pour les diplômés en quête d'un emploi.

La clientèle du docteur Wang est presque exclusivement féminine, souligne Mme Li, une responsable administrative de son établissement.

Les "nez tour Eiffel" -- une opération coûtant quelque 60.000 yuans (7.200 euros) -- n'entretiennent qu'une vague relation avec la structure métallique parisienne, reconnaît Mme Li.

Mais "la tour Eiffel est un monument classique, avec une forme extrêmement esthétique, et nous essayons de combiner médecine et art. Nous espérons que ces nez deviendront des +classiques+, suscitant les mêmes sentiments que la tour Eiffel", se justifie-t-elle.

En savoir plus sur:

Nos partenaires