Que faut-il attendre de la Fashion Week de New York?

14/02/11 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

Source: Weekend

Le point sur les présentations de collections automne-hiver 2011 américaines, qui ont débuté jeudi.

Que faut-il attendre de la Fashion Week de New York?

© Catwalk Pictures

Du 10 au 17 février, New York va vivre au rythme des défilés, présentations, cocktails et soirées organisés par les marques de mode pour révéler leurs dernières créations. Une semaine frénétique -une dizaine de shows sont prévus chaque jour- marquée par un contexte économique favorable.

Retour à la croissance Plusieurs marques de luxe affichent en effet des résultats financiers très positifs: Prada termine l'année 2010 avec un chiffre d'affaires de 2,04 milliards d'euros, soit une hausse de 31% par rapport à l'année précédente, tandis que le groupe Hermès a dépassé ses propres attentes avec des ventes record pour 2010 à 2,4 milliards d'euros, soit un quart de plus qu'en 2009.

Démocratisation ou retour à plus de confidentialité? Alors que jusqu'à la saison dernière, seules quelques marques avaient retransmis leur défilé en direct sur le Net, la plupart des shows ne devenant visibles qu'avec un décalage de plusieurs heures sur Internet, cette fois le live stream s'est généralisé. Une majorité de collections peut ainsi être découverte en temps réel sur le site de la marque ou sur sa page Facebook. Véritable prouesse technologique, le site Now Fashion permet quant à lui d'avoir accès en live à toutes les images des défilés.

Une nouvelle accessibilité qui ne manque pas de chiffonner certains professionnels. La saison dernière, Tom Ford avait fait grand bruit en interdisant son défilé aux blogueurs et à la quasi totalité des photographes (il a cette fois préféré se cantonner à quelques présentations confidentielles à Londres). Six mois plus tard, l'idée de défilés plus intimes fait son chemin, comme le prouve cette vidéo du New York Magazine.

Mystérieuse Roitfeld Absente de la Fashion Week cette saison, Carine Roitfeld était tout de même à New York jeudi. Ce jour-là, au gala de l'amfAR, l'ancienne rédactrice en chef de Vogue a déclaré: "J'ai un nouveau projet. Je viens assister au gala de l'amfAR parce que je travaille pour la fondation. [...] J'ai aussi un livre à finir avec Rizzoli [sa biographie, écrite par Olivier Zahm à paraître cet automne, NDLR]."
Superstitieuse, elle a refusé d'en dire plus mais a tout de même affirmé que son nouveau projet était relatif à "la mode, bien sûr", et qu'elle pourrait en dire plus "dans un mois". En attendant, elle et Emmanuelle Alt, sa remplaçante à la tête de Vogue Paris, ne se parlent plus...

Des mannequins mieux encadrés Fin janvier, Diane Von Furstenberg, créatrice et présidente du CFDA, avait marqué sa volonté d'aider les jeunes modèles à travailler dans de meilleures conditions. Plusieurs recommandations avaient été envoyées aux marques, les priant de fournir backstage "repas sains et en-cas" et de ne pas embaucher de mineures de moins de 16 ans.
Quelques mois plus tôt, l'ancien mannequin Sara Ziff avait en effet dénoncé le manque de réglementation du secteur dans un documentaire. Les filles sur les podiums seront-elles moins maigres et plus souriantes pour autant? Rien n'est moins sûr.

Comme le veut la tradition, BCBG Max Azria a ouvert la marche jeudi matin avec une collection aux couleurs d'automne, moutarde, bordeaux et gris, avec des pointes de blanc sur des bodies transparents à col roulé. Robes chasubles en mousseline finement ceinturées taille basse, superpositions vaporeuses de blouses sur des jupes culottes, la maison avait opté pour le long pour la prochaine saison froide. De petites capes en flanelle doublée de fourrure laissaient dépasser les chemises d'homme amples.

Après BCBG, l'Américain d'origine coréenne Richard Chai, ancien collaborateur de Marc Jacobs, a lui aussi opté pour la longueur et les jupes plissées d'écolières sages. Les superpositions de flanelles de longueur différentes côtoient les robes longues moulantes en jersey gris.

A suivre Lundi 14 février, on gardera par ailleurs un oeil vigilant sur la présentation de la seconde collection Theory par le Belge Olivier Theyskens, ancien directeur artistique de Nina Ricci et de Rochas. En septembre, ses premières créations épurées pour l'enseigne moyen de gamme américaine (disponible en France au Printemps Haussmann) avaient séduit les rédactrices en quête de marques portables et plus accessibles en termes de prix.

Cunningham superstar A l'heure du triomphe des blogueurs, à qui sont désormais réservées les meilleures places aux défilés, le héros de la Fashion Week est cette saison Bill Cunningham, du New York Times, considéré comme le précurseur du streetstyle. Le photographe octogénaire, connu pour ses clichés de fashionistas extravagantes pris sur le vif dans les rues de New York, est le sujet d'un film documentaire, Bill Cunningham New York, de Richard Press, qui sort aux Etats-Unis le 16 mars prochain (malheureusement, aucune date n'est encore prévue pour la France).

Par Géraldine Dormoy, avec l'AFP, l'EXPRESS Styles

Retrouvez tous les défilés new-yorkais sur Catwalk

Nos partenaires