Le label belge Xandres racheté par un groupe français

02/09/16 à 15:55 - Mise à jour à 16:00

Source: Weekend

Ce jeudi 1er septembre, Damartex, société française entre autres propriétaire de Damart, annonçait avoir racheté toutes les activités d'Andres SA, groupe belge détenant les marques Xandres et Hampton Bays.

Le label belge Xandres racheté par un groupe français

© Xandres

Spécialiste de la distribution textile haut de gamme, la maison Andres, dont les quartiers sont installés en région gantoise, a été fondée en 1968, par la famille Andries. En cinquante ans, le groupe s'est développé dans une tradition familiale, qu'entend respecter le groupe Damartex. "Andres SA, Labels by Andres SA, Xandres, Xandresxline et Hampton Bays sont pour moi comme mes enfants, explique Isabelle Santens, ex-administratrice déléguée. Je suis contente que Damartex les reprenne, permettant ainsi de les développer encore. Damartex est cotée en Bourse mais porte des valeurs familiales importantes comme l'engagement fort envers le personnel, la transparence dans la gestion et un focus clairement centré sur le client et le produit."

Le label belge Xandres racheté par un groupe français

© Xandres

Au 31 mars 2016, la société Andres, dont les collections sont disponibles dans 150 boutiques, réalisait un chiffre d'affaires de 31,1 millions d'euros, pour un exercice de 15 mois. Des chiffres encourageants alors que le secteur de la mode belge souffre (voir notre enquête sur le sujet parue ce vendredi 2 septembre). L'opération de rachat devrait permettre à la société flamande de s'appuyer sur les structures d'un groupe solide, dont le chiffre d'affaires atteignait les 717,3 millions sur son exercice 2015-2016.

L'opération n'est pas sans rappeler le partenariat scellé en 2011 entre Delvaux et le fonds chinois Fung Brands Limited. A l'époque, l'association avait affolé la sphère fashion belge, qui redoutait que la maison ne perde son empreinte noir-jaune-rouge. Elle aura surtout permis à la marque de maroquinerie d'ouvrir ses activités à de nouveaux marchés. Bilan positif, donc.

Par Lauranne Lahaye

Nos partenaires