Des tarifs jusqu'à 32% plus élevés pour les étrangers dans des hôpitaux turcs

26/06/13 à 09:17 - Mise à jour à 09:17

Source: Weekend

A l'approche des vacances, les hôpitaux privés turcs appliquent des tarifs plus élevés lorsqu'ils prennent en charge des étrangers. Certains comptent sur des revenus supplémentaires durant les mois d'été et facturent jusqu'à 32% en plus, affirment mardi les Mutualités Libres dans un communiqué.

Des tarifs jusqu'à 32% plus élevés pour les étrangers dans des hôpitaux turcs

© REUTERS

En 2012, les factures des 353 dossiers turcs enregistrés par la centrale d'assistance des Mutualités Libres, Mediphone Assist, ont été minutieusement analysées. "Nous avons constaté qu'elles présentaient des tarifs trop élevés", indique l'expert en affaires internationales à l'Union nationale des Mutualités Libres, Christian Horemans.

"Les hôtels turcs renvoient souvent les touristes vers un médecin ou un hôpital avec lequel ils ont des accords. Ces derniers n'appliquent pas seulement des tarifs trop élevés, mais hospitalisent également souvent les touristes inutilement", explique M. Horemans.

Le phénomène se présente aussi dans d'autres pays, mais c'est en Turquie qu'il est le plus important. "Les touristes paient en effet plus cher en Espagne, où les hôpitaux privés sont fort présents dans les régions touristiques du pays, mais l'augmentation oscille autour de 7%", dit-il encore.

La centrale d'alarme Mutas confirme que les hôpitaux privés turcs ont tendance à appliquer des tarifs 30% plus élevés pour les touristes étrangers. "Il y a effectivement un problème", atteste Annie Ceron, de Mutas. "Cela étant, il faut bien savoir que cela ne signifie pas que les touristes paient vraiment plus cher dans tous les cas. S'ils prennent contact avec leur centrale d'assistance, ça ne devrait pas arriver", conclut-elle.

Les Mutualités Libres conseillent également à leurs affiliés de contacter Mediphone Assist en cas de problèmes médicaux en Turquie afin d'être redirigés vers un hôpital qui pratique des tarifs normaux.

En savoir plus sur:

Nos partenaires